World news – César 2021: Sept César pour « Adieu les cons » avec Virginie Efira, la Belge Emilie Dequenne, sacrée meilleure actrice dans un second rôle

0

Cette année, la cérémonie des César a lieu à l’Olympia et sans public. Seuls les nominés et référents sont présents. Voici la liste des prix de la soirée!

Cette année la Belgique est avec les nominations de Virginie Efira (« Au revoir, les idiots »), Yolande Moreau (« La bonne femme ») et Emilie Dequenne (« Les choses que nous disons que les choses que nous faisons (les plus nominées) sont bien représentées. . Il y a aussi la costumière Pascaline Chavanne, le caméraman Hichame Alaouié et le monteur Fred Demolder ainsi que les coproductions belges « Josep » (meilleur film d’animation), « Je serai unter den Almeln » (meilleur court-métrage) et « Choums Odyssey « (meilleur court métrage d’animation).

Les Césars ont dû rompre entre eux: ils sont intervenus dès l’ouverture de la cérémonie et ont couronné deux acteurs noirs comme les meilleurs espoirs.

La 46e cérémonie, qui ouvert vendredi soir à l’Olympia selon des protocoles sanitaires stricts, alors que les cinémas sont toujours fermés, ont déclaré Jean-Pascal Zadi et Fathia Youssouf.

Le premier meilleur nouveau venu masculin est l’auteur, le réalisateur (avec John Wax) et l’acteur principal dans « Tout Simply Noir », une comédie qui s’attaque aux stéréotypes racistes. Cet OVNI cinématographique, qui à son avis « parle avant tout d’humanité », a frappé les écrans entre les deux frontières.

« Chaque génération doit trouver, remplir ou trahir sa mission », a déclaré Jean-Pascal Zadi, qui a fait sa Prix ​​reçu et cité par le penseur postcolonial Frantz Fanon.

Pour les Césars, une institution phare du cinéma français qui a longtemps été minée par des allégations d’estime de soi et d’opacité et qui a été détruite lors du couronnement de Roman Polanski l’année dernière, ce rendez-vous est très symbolique.

D’autant qu’il est venu peu de temps après celui de Fathia Youssouf, qui a été couronnée à seulement 14 ans pour « Mignonnes », un film sur la jeunesse à Paris, entre les traditions d’une famille polygame sénégalaise et le réseautage social.

Le président de la cérémonie, l’acteur Roschdy Zem, avait précédemment ouvert la cérémonie en soulignant que « la profession est en train de changer ». « Les règles du jeu changent, non pas pour mettre fin au jeu, mais pour obtenir une égalité cette fois », a-t-il déclaré.

L’autre gros problème pour les Césars était évidemment la pandémie qui maintient les théâtres fermés et l’industrie dans les forces du genou.

« Ce qui nous manque, c’est ce qui nous unit, les émotions que nous vivons ensemble et qui disons que nous ne sommes pas tous seuls (…) Alors oui, on peut difficilement s’y attendre à vous voir! », a expliqué la maîtresse de cérémonie Marina Foïs au public dans ses discours d’ouverture.

Devant elle une salle à moitié vide de l’Olympia, dans laquelle, pour des raisons de santé, seuls les nominés et une poignée d’autres personnalités pourraient siéger. </ La ministre de la Culture Roselyne Bachelot, très attendue par les professionnels mécontents désespérés de donner corps à la perspective de la réouverture, a envoyé "un message d'espoir" à son arrivée ammen pour créer les conditions de la réouverture des salles », a-t-elle déclaré avant de venir à Olympie.

« On reverra des films, le public sera là, les artistes seront là, vraiment, le cinéma français aura confiance ! Elle a ajouté.

Les récompenses les plus attendues devront être remises plus tard dans la soirée, notamment après un anniversaire des César, à la troupe Splendid (Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Michel Blanc, Josiane Balasko …) , auteurs de « Bronzés » et « Santa Claus is Trash ». Un trio de stars de cinéma.

Le grand coup de coeur avec 13 nominations, « The Things We Say, The Things We Do » d’Emmanuel Mouret, infatigable découvreur du sentiment d’amour, peut à côté du titre du meilleur film aussi celui de la meilleure actrice (Camélia Jordana) et l’espoir du meilleur acteur (Niels Schneider).

Aussi bien placé sont « Summer 85 » de François Ozon, cinéaste, qui est souvent mentionnée et jamais récompensée, ainsi que « Adieu les Cons » d’Albert Dupontel, avec la mise en scène et l’interprétation, avec Virginie Efira, dans la course à la meilleure actrice des César.

dans toutes les catégories (Directrice Caroline Vignal et l’actrice Laure Calamy pour « Antoinette dans les Cévennes », l’acteur Jonathan Cohen dans « Énorme ») avec des routards plus âgés du cinéma (acteur Lambert Wilson pour « De Gaulle » ou actrice) Barbara Sukowa pour « Deux », il y a 35 ans à Cannes excellent) …

Le choix était limité cette année car seuls les films sortis en salles en 2020 et passés entre les peines de prison pouvaient concourir.

« Deux » de Filippo Meneghetti, une histoire d’amour entre deux septuagénaires, sélectionné pour représenter la France aux Oscars, a remporté vendredi le César du meilleur premier film. « Je suis tout seul et c’est injuste! », A déclaré le jeune réalisateur italien sur scène à l’Olympia de Paris et a accueilli toute son équipe.

A 40 ans, Jean-Pascal Zadi remporte le César du meilleur nouveau venu masculin pour le film « Tout Simplement Noir ».

Fathia Youssouf a reçu le premier César de la soirée pour son rôle dans le film « Mignonnes », celui des meilleures espérances féminines.

« Peu importe si les animaux pleurent de Sofia Alaoui remporte le César du meilleur court-métrage. Il raconte l’histoire d’un jeune berger et de son père échoués dans les montagnes du Haut Atlas.

Le décorateur Carlos Conti a remporté le César du meilleur décor pour son travail sur le film « Adieu les cons » d’Albert Dupontel.

Albert Dupontel a remporté son deuxième César de la soirée avec « Adieu les cons », l’élève livré en direct pour la première fois.

La réalisatrice Agnès Patron est l’heureuse récipiendaire du César du meilleur court métrage d’animation pour son film « L’h eure de l’ours « .

Sébastien Lifshitz a remporté le César du meilleur documentaire pour » Adolescentes « , qui est également l’un des meilleurs films.

Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard ont remporté le César du meilleur son pour leur travail dans le film « Deux » précédemment récompensé.

Un anniversaire César a été décerné à la troupe culte « Bronzés » et « Santa Claus is a garbage », composée de Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Michel Blanc et Josiane Balasko…

Le César, qui récompense les meilleurs costumes, a été décerné à l’équipe de « The Good Wife » après une intervention très surprenante de Corinne Masiero, déguisée en « Donkey Skin » et puis sur scène était complètement nu.

C’est une belle réussite pour Albert Dupontel « qui a remporté son quatrième César de la soirée sans être présent.

Basé sur un film argentin, » La fille au bracelet « de Stéphane Demoustier, a été le César du meilleur Adapt ion.

Le musicien et producteur électronique Rone a signé la musique du film « La nuit Coming », pour lequel il a remporté le César de la meilleure musique originale.

Nicolas Marié a remporté le César du meilleur acteur dans un soutien rôle pour le film « Adieu les cons » d’Albert Dupontel.

« Adolescentes » de Sébastien Lifshitz a reçu un autre prix, la meilleure adaptation, signé ici par Tina Baz.

L’actrice belge Emilie Dequenne vendredi pour elle rôle dans « Les choses que l’on dit, les choses que l’on fait » d’Emmanuel Mouret avec un César dans la catégorie « Meilleure actrice dans un second rôle ». Cependant, elle n’était pas là pour recevoir son prix.

Yolande Moreau, nommée dans la même catégorie qu’Emilie Dequenne, s’est démarquée par sa performance dans « The Good Wife ». Alors que Virginie Efira figurait parmi les nominés au César de la « Meilleure actrice » pour son rôle dans « Adieu les cons » d’Albert Dupontel.

C’est l’acteur Samy Bouajila qui a été nominé pour son rôle dans le film « Un fils » von Mehdi Barsaoui a remporté le célèbre César du meilleur acteur.

Laure Calamy a remporté le César de la meilleure actrice pour son rôle dans « Antoinette dans les Cévennes » de Caroline Vignal. Laure Calamy, également connue pour son rôle dans la série à succès « Dix pour cent », est apparue très émue sur la scène olympique.

Grand succès pour Albert Dupontel, qui a remporté son sixième César de la soirée pour le film « Adieu les cons « !

Le film » Adieu les cons « , pour lequel Virginie Efira a été nominée dans la catégorie » Meilleure actrice « , a remporté sept Césars lors de la 46e cérémonie!

Protection de la vie privée –
Annonceurs –
Contacter –
Politique relative aux cookies –
Conditions d’utilisation –
Conditions de vente –
Charte des médias

Ref: https://www.sudinfo.be

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: