World news – Devrions-nous ramener des femmes et des enfants djihadistes?

0

l’essentiel
Au moins 100 Françaises et peut-être 300 enfants languissent dans les camps de Roj et Ha-Lol dans le nord de la Syrie. Des votes sont exprimés pour demander leur rapatriement. Le gouvernement fait semblant d’ignorer les solutions pour ces Français façonnés par le djihad.

« Vos enfants ont été rendus. Grâce au gouvernement, c’est une formidable opportunité. Aujourd’hui, ils sont mieux lotis, ils sont encerclés, aidés, loin de Toulouse, mais surtout loin de l’enfer syrien. Mais comment leur expliquer que leur mère est coincée là-bas? Je n’essaie pas de m’excuser pour son départ en 2014 ou ce qui s’est passé. Combien a-t-elle suivi son compagnon. Aujourd’hui, elle sait, elle le dit, elle avait tort. Qu’est-ce qu’on fait ? Allons-nous les laisser mourir? Nous les ignorons comme toutes ces femmes, tous ces enfants qui n’ont rien demandé. Je ne peux pas me résoudre à l’accepter. «  »

L’homme qui a grandi à Toulouse parle pour la première fois. Anonyme. Tout d’abord, pour ne pas mettre en danger sa sœur, qui est mêlée aux horreurs d’un camp du nord de la Syrie, à Roj ou Al-Hol, où une centaine de Français languissent, et le nombre n’est pas confirmé, mais il a été ces dernières semaines ont fui, plus de 300 enfants (!), dont les deux tiers avaient moins de 6 ans. Ce Toulousain sait que la cause qu’il défend ne reçoit guère de réponse positive de l’opinion publique. «Je ne parle pas d’une chose, et certainement pas de l’islam radical. Je défends ma sœur et avec elle les autres prisonnières. Seules quelques personnes autour de moi savent qu’elle est en Syrie. Je n’en parle pas, sinon ils me verront comme si j’avais la peste … « 

Néanmoins, il a décidé de témoigner. « Parce que si les choses ne changent pas, que va-t-il se passer? » Les Kurdes, qui dirigent les camps avec l’aide de la France, sont bloqués. Ils demandent depuis 2019, viennent-ils de le répéter, que les États rapatrient leurs ressortissants. Certains commencent à le faire. La France cache ses yeux, mais cet aveuglement ne fera aucun bien. Qu’est-ce qu’on attend ? C’est l’évasion la plus radicale? Que les enfants grandissent et deviennent des terroristes potentiels? «  »

En particulier des avocats à travers l’association « Avocats sans frontières » en décembre, puis à nouveau fin février avec des parlementaires français, des membres de l’Assemblée nationale et du Parlement européen, ont tenté de se rendre dans les camps du Rojava, cette province gouvernée des Kurdes. Ils étaient tous les deux bloqués à la frontière. « Sous la pression des autorités françaises », ont dénoncé les élus à leur retour. Les informations recueillies au cours de ces deux voyages « sont terrifiantes », me prévient Ludovic Rivière, qui a fait le déplacement à deux reprises. «Dans ces camps, presque tout est caché aux femmes et aux enfants: pas de nourriture, pas d’accès à l’hygiène, pas de sécurité …» Depuis, malgré le nombre croissant d’interventions, des questions ont été posées à l’Assemblée nationale ou au ministre des Affaires étrangères. . Les autorités refusent d’admettre et organisent un retour massif.

«Vous parlez de rapatriement au cas par cas. C’est plus comme une goutte. Seuls 35 enfants ont été rapatriés depuis 2019. Doit-on se souvenir que même à Guantánamo, aucun enfant n’a été emprisonné? «Ludovic Rivière m’a dénoncé. L’avocat toulousain, très impliqué dans ces affaires, avec son collègue parisien Me Marie Dosé, s’inquiète du silence des autorités malgré une pression croissante. Les Nations unies ont donc réaffirmé que la France a la responsabilité de protéger ses ressortissants. Cette semaine, la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme a été saisie dans deux affaires dans lesquelles des ressortissants français ont en vain saisi les tribunaux français du retour de leurs petits-enfants. Enfin, certains pays européens comme la Belgique s’organisent pour ramener leurs ressortissants. Et pourtant, la France se tait en suggérant que ces femmes seront jugées en Syrie, ce qui n’a aucun sens. « Parce que les Kurdes n’ont vraiment rien à blâmer et que les Irakiens l’ont confirmé, ils ne veulent pas devenir une poubelle pour les terroristes », souligne Me Rivière.

Que faire? « Si nous voulons sortir de la haine causée par le terrorisme, cela passera par nos valeurs démocratiques, principalement par la justice », a déclaré le frère du prisonnier. Au début, j’avais beaucoup de haine, beaucoup de colère. La rencontre avec l’Association des victimes du terrorisme m’a donné beaucoup de force. Ces personnes qui sont touchées dans leur chair veulent comprendre. Vous faites campagne pour le rapatriement, ce qui mènera inévitablement à une enquête judiciaire. Ma sœur le sait: à son retour, elle sera inculpée, interrogée et passera sans doute de nombreuses années en prison. Elle acceptera. Mais pour ses enfants, même dans une salle de visite de prison, une mère vaut toujours mieux qu’une mère absente. «  »

Officiellement, le cas des femmes prisonnières du djihad et de leurs enfants est poursuivi depuis le quai d’Orsay. Le ministre Jean-Yves Le Drian ne montre pas beaucoup de sympathie sur cette question. Mais ceux qui connaissent ce sujet délicat estiment que les décisions, ces fameux retours se font « au cas par cas » principalement à l’Elysée. «Le vrai patron dans ce domaine est Emmanuel Macron. Un plan de rapatriement massif, porté notamment par des spécialistes de la lutte contre le terrorisme, des services d’enquête et des juges spécialisés, a été rejeté en 2019. Une fuite avait provoqué une réaction très forte et négative de l’opinion publique. «À un moment donné, vous avez également besoin de courage politique. On ne peut plus laisser ces enfants souffrir », préviennent les avocats qui défendent les familles. Ces professionnels sont conscients d’une autre réalité, celle du calendrier politique: plus les élections présidentielles sont proches, moins la question des enfants et des femmes détenues sera une priorité dans le nord de la Syrie.

Ref: https://www.ladepeche.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: