World News – FR – Bilan 2020, Covid 19 et le football belge (7/12): Standard

0

. .

0 ° /
6 °

Tous les temps

275 millions d’euros de perte de revenus totale. En dévoilant la réalité implacable des chiffres le 1er janvier.. Novembre, la Pro League a objectivé les terribles conséquences financières de l’épidémie de Covid-19 pour nos clubs professionnels.

Nos clubs sont aujourd’hui confrontés à la nécessité de limiter les dépenses sur le marché des transferts grâce à un maximum d’ingéniosité et de créativité.

Avez-vous réussi? Dans quelle mesure vos ambitions sportives ont-elles été littéralement affectées par une perte de revenus extraordinaire? Petit tour d’horizon subjectif en descendant le classement et en comparant les performances.

La vie chez Standard est, a été et ne sera jamais un long et calme flux. Ce qui le rend si spécial et si important pour le paysage du football belge. La saison dernière, le club liégeois n’a jamais quitté le top 5. Aujourd’hui, il est le 7. endroit. Cela est dû à des résultats en baisse (4/18 lors des 6 derniers matchs) et à un entraîneur qui était sur place aujourd’hui alors que ses débuts étaient prometteurs. 4-3-3, 3-4-3, 5-3-2,. . .

Philippe Montanier a rapidement démontré qu’il possédait cette fameuse «flexibilité tactique» que Roberto Martinez aimait. Il est également revenu sur une méthode exigée depuis de nombreuses années: faire entrer de nombreux jeunes dans l’équipe. Raskin (désormais indispensable), Pavlovic, Tapsoba, Balikwisha,. . . Tous ces noms sont devenus familiers aux adeptes. Les débuts de Montanier ont donc été à la hauteur des attentes, notamment lors des matchs de haut niveau contre Bruges ou Charleroi. .

Néanmoins, l’étoile de Montanier s’est estompée ces dernières semaines: une approche trop défensive, une flexibilité tactique réduite, une gestion chaotique et non résolue de l’affaire Carcela, une nervosité accrue dans l’analyse et le comportement. Cependant, la norme est telle qu’une étincelle suffirait à la propulser. . Une étincelle, une spirale. . . Même sans l’aide très précieuse du célèbre 12. Homme de Sclessin.

Nous savons que les finances de Standard sont en assez mauvais état. Il n’est donc pas étonnant que le club ait vendu plus qu’il n’en a acheté l’été dernier (5,5 millions d’euros pour Vojvoda à Turin et 2 millions d’euros pour Muleka du TP Mazembe). . Nous pensions que le noyau n’était pas assez renforcé, mais grâce à l’avènement de Raskin, à la confirmation de Bodart, ou à la polyvalence de Bokadi, il a prouvé qu’il pouvait être compétitif (du moins sur la scène belge . . . ). .

Une solidité défensive convoitée a été déterminée (deuxième meilleure défense derrière Bruges). En revanche, la faiblesse offensive est observée. . . depuis le départ d’Emond (un départ qui n’a jamais été indemnisé en permanence par Oulare, Cop ou Avenatti). Une autre chose qui se démarque dans le jeu standard est le manque de folie (anciennement incarné par Mpoku ou Carcela), ce qui en fait une équipe assez prévisible aujourd’hui.. . Le contraire de son ADN. . .

Une erreur inconnue s’est produite.

Ce lien d’activation a expiré.

Première Division belge A, Standard Liège, Belgique, R. . S.. . CONTRE. Anderlecht, Club Brugge KV

Actualités du monde – FR – Bilan 2020, Covid 19 et le football belge (7/12): Standard

Ref: https://www.rtbf.be

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: