World News – FR – Présidentielle américaine: pour Trump, un bilan économique mitigé

0
17

Au cours de sa présidence et lors de sa campagne de réélection, Donald Trump l’a répété des dizaines de fois Avec lui à la barre, l’économie américaine « n’a jamais été aussi forte dans l’histoire du pays », a-t-il soutenu lors le premier débat présidentiel entre lui et Joe Biden

En début d’année, l’argument numéro 1 pour prolonger son bail dans le Bureau Ovale était tout trouvé: rappeler sans relâche quelques chiffres flatteurs, notamment sur l’emploi, et ainsi faire le fameux pique adressé à George H. Bush par James Carville, le conseiller de Bill Clinton: «C’est l’économie, stupide! « ( » C’est l’économie qui compte, idiot! « ) En attendant, un énorme bâton s’est glissé dans les roues de la machine économique développée par l’administration Trump: la pandémie Covid-19 avec sa cohorte d’effets catastrophiques

Même avant l’épidémie du coronavirus, ce mandat était-il un succès aussi flamboyant que le prétend Donald Trump sur le front économique? En réalité, c’est un bilan mitigé qui se dégage, entre de lourds déficits gonflant une énorme dette et le chômage ayant atteint un niveau historiquement bas

Dès le 15 juin 2015, le jour où il a annoncé sa candidature à la présidence républicaine, Trump avait planté le décor en assurant qu’il serait «le meilleur président pour le poste que Dieu ait jamais créé». Le bar était sans doute un peu trop élevé, mais le président américain a pu compter longtemps sur un taux de chômage très bas avant que le coronavirus ne prive des millions d’Américains de leur emploi

Début 2020, il était 35%, inouï depuis la fin du boom d’après-guerre et quelque chose à envier dans la plupart des autres pays Impressionnant en soi, ce chiffre doit être relativisé par rapport à l’arrivée de Trump à la Maison Blanche « En janvier 2017, cette le taux n’était que de 47% », rappelle Isabelle Lebon, professeur d’économie à l’Université Caen Normandie Les Etats-Unis étaient déjà, pour ainsi dire, en situation de plein emploi Ce n’est pas du tout comme s’il était arrivé avec 10% de chômage « 

Le constat est à peu près le même quand on regarde la croissance de l’économie américaine Donald Trump a promis qu’elle atteindrait «4, 5 ou même peut-être 6%»? En moyenne, US Le PIB a en fait augmenté 25% entre 2017 et 2019 Positif en tant que tel, la performance apparaît moins exceptionnelle par rapport aux 2Croissance de 3% en moyenne au cours des quatre années du second mandat d’Obama

« Après la crise des subprimes, la reprise était en fait déjà amorcée depuis 2010 Trump a poursuivi une dynamique qui existait On peut au moins le reconnaître pour ne pas l’avoir brisée, au moins jusqu’en mars dernier », explique Christophe Blot, économiste à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques)

Pour récolter ses bons chiffres, Trump a appliqué une recette: relancer, relancer et encore, au risque de surchauffer Plutôt que d’augmenter les dépenses, il a subi des baisses d’impôts colossales pour les particuliers et les entreprises avec la « Tax Cuts and Jobs Act » , réforme phare de sa présidence, le taux fédéral d’imposition des sociétés est passé de 35 à 21%

Avec ce texte, les ménages américains ont en moyenne vu leur impôt sur le revenu baisser de 8% C’est surtout les plus aisés qui ont bénéficié de ce rabais Selon le Congrès, les 1% les plus riches ont pu épargner 60 milliards de dollars l’année dernière , un montant égal au montant de la ristourne fiscale pour la plupart des Américains, ceux qui gagnent entre 20 000 $ et 100 000 $ Les plus pauvres ont à peine vu la couleur « Cette réforme fiscale a clairement contribué à l’élargissement des inégalités, même s’ils étaient déjà sur une trajectoire défavorable », remarque Isabelle Lebon

Avec une telle réforme, présenter un budget équilibré était une tâche impossible Ces déficits successifs ont alimenté le moulin à dette Plus élevée que le montant du PIB en début d’année, la dette publique des Etats-Unis s’est envolée cette année avec les milliards de dollars du plan de relance pour contrer les effets de la pandémie Covid-19 Aujourd’hui elle s’élève à plus de 26 mille milliards de dollars, soit environ 135% du produit intérieur brut L’assurance du candidat Trump de se débarrasser de toute dette en seulement huit ans n’a jamais semblé aussi peu fiable

Malgré ce montant pharaonique, «la dette n’est pas au cœur des inquiétudes du côté de Biden comme celui de Trump», note Christophe Blot. Pour l’économiste, il y a deux bonnes raisons à cela: «Contrairement aux pays du zone euro, les États-Unis ont leur propre banque centrale et il est plus facile de se coordonner avec les choix du gouvernement L’autre facteur clé est le fait que le dollar reste la monnaie internationale de référence La demande reste très forte pour acheter de la dette américaine « 

Les résultats obtenus par Trump ne sont d’ailleurs pas très concluants sur l’un des autres marqueurs forts de sa rhétorique économique: le retour des industries sur le sol américain Il y a quatre ans, le sujet n’était pas étranger à ses bons scores obtenus avec des ouvriers en clé États de la «ceinture de rouille», la région industrielle du pays

Certaines délocalisations ont eu lieu, mais elles ne constituent pas un phénomène majeur « La part des emplois manufacturiers est restée stable ces trois dernières années », note Christophe Blot, ajoutant qu’il est de toute façon trop tôt pour juger du succès ou de l’échec de La politique de Trump sur ce point « Le déclin de l’emploi industriel est une tendance depuis les années 1970, il ne sera pas inversé du jour au lendemain »

Les mesures protectionnistes prises pour rééquilibrer la balance commerciale ont, en revanche, vu le jour, entre la renégociation de l’ALENA, l’accord de libre-échange conclu avec le Canada et le Mexique dans les années 1990, et la du fer avec Pékin Cette guerre commerciale, qui a conduit à la signature d’un accord préliminaire entre la Chine et les États-Unis en début d’année, a notamment vu Washington imposer des tarifs punitifs pour limiter les importations de produits chinois.

Cette politique dure a eu plusieurs effets secondaires Très souvent, ce sont les ménages américains qui se sont retrouvés à acheter des produits importés plus chers La Chine n’est pas non plus restée les bras croisés et, à son tour, a fortement taxé les importations américaines « Cela a porté un coup très dur aux agriculteurs des États-Unis, en particulier aux producteurs de soja », déclare Isabelle Lebon La majorité des graines de soja américaines se dirigent vers la Chine et Pékin s’est tournée vers d’autres marchés « 

Les conséquences de la politique agressive de déficit commercial de Trump – la différence entre la valeur des exportations et celle des importations – peuvent ne pas être à la mesure de ce qu’il attendait Certes, ce déficit a légèrement diminué en 2019 pour la première fois en six ans. il ne faut pas oublier qu’il avait augmenté de 22% entre 2016 et 2019

Une fois cette évaluation terminée, pouvons-nous imaginer que Trump poursuive la même politique économique en cas de réélection? Qu’il gagne ou soit vaincu par Joe Biden, la priorité devrait être de nouvelles mesures de relance pour répondre à la crise des coronavirus Les contours d’un second mandat pour Trump dépendraient également de la capacité des républicains à garder le contrôle du Sénat alors que les démocrates sont pratiquement garantis rester majoritaire à la Chambre des représentants «S’il perd la chambre haute, il devra négocier chaque texte, chaque extension de la dette, au coup par coup», explique Isabelle Lebon Sur les questions fiscales et budgétaires, sa marge de manœuvre sera à peu près nulle « 

Présidentielle des États-Unis, 2020, Donald Trump, Présidentielle, Joe Biden, Parti républicain

Actualités du monde – FR – Présidentielle américaine: pour Trump, un bilan économique mitigé


SOURCE: https://www.w24news.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

[comment-form]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]