World News – FR – Val Gardena – Nils Allègre, celui qui aurait tort de ne pas y croire

0

. .

En 2020, Johan Clarey était, comme c’est souvent le cas, le fleuron de l’équipe de France de vitesse. Mais derrière lui, un autre skieur prend de plus en plus la lumière. A 26 ans, Nils Allègre ne compte plus que trois top 10 en carrière, mais le Briançonnais continue à entrer dans les étapes les uns après les autres. . Sans les brûler. « Il a été promu normalement, sans être très précoce, mais toujours à la pointe de la technologie dès le départ », explique l’entraîneur du groupe de vitesse français Yannick Bertrand. . Je ne dirais pas que c’est une personne très talentueuse au niveau de la base, mais c’est un travailleur acharné, il est très sérieux, très gentil, très humble. « . Un dernier trait si présent dans le Tricolore que ce serait presque une erreur. «Il est trop modeste», poursuit celui qui avait terminé 4e en 2007 lors de sa relégation de Val d’Isère. A eu lieu. . Nous voulons le presser et lui dire: « Vas-y, les autres ne valent pas mieux que toi. « . Mais cette année les choses ont changé depuis un an.

« Je n’ai pas nécessairement l’impression qu’il a cliqué », déclare Bertrand. . Ça continue l’hiver dernier, c’est juste que ça s’améliore d’année en année . . . Son classement en Super-G et en descente s’améliore d’année en année. Ayant été un bon géant avec les adolescents, il a une grande formation technique et maintenant qu’il commence à acquérir un peu d’expérience, de taille et de carrure, il est très bon pour s’exprimer dans la précipitation.. . C’est complet, il n’a pas beaucoup de trous dans sa tenue. « . Mais en descente surtout dans le Super-G, qui correspond un peu plus à ses propriétés. La seule discipline dans laquelle il a déjà remporté deux top 10 (7. chez Hinterstoder l’année dernière) et dans laquelle les salariés français pourraient l’attendre un peu plus.

« Il a un grand potentiel en Super-G, confirme l’entraîneur français. Indépendamment de l’itinéraire. Là, il a fait un bon Super-G à Val Gardena, qui est plutôt une tendance à la baisse, mais il peut aussi obtenir un bon résultat sur une piste gigantesque comme Beaver Creek. . Il a cru en lui pendant un moment et je pense qu’il peut vraiment jouer tout le temps. À l’entraînement, il a montré des choses vraiment intéressantes, comme les dernières semaines à Cervinia où nous étions avec les Norvégiens.. Il était à leur niveau et maintenant il montre ce qu’il peut faire en course « . Même dans des conditions tout sauf faciles, comme sur le Saslong.

Nils Allègre s’est retrouvé avec le dossard 2, à un moment où le Ciaslat n’était pas encore baigné de soleil et n’avait pas de véritables standards, et pour le plus grand plaisir de ses coachs ne posait aucune question. « Vous n’avez pas beaucoup d’informations sur la piste avec ce dossard, mais il a réussi à s’appuyer sur les lignes qu’il a choisies », explique Yannick Bertrand. Cependant, parfois il est un peu impressionné et ne croit pas à 120% de ses décisions. . Mais on en avait parlé la veille, quand on a découvert les dossards, c’était à lui de faire ses choix, comme il le fait à l’entraînement tout l’été, et de les adopter. Et il l’a très bien fait « . Le Français, qui a terminé sixième sur le Saslong, a donné au vainqueur du jour, Aleksander Aamodt Kilde, moins d’une seconde. Une vraie prouesse, même si le Tricolore était déjà plus rapide que les Norvégiens . . . dans la formation. « Nous nous sommes entraînés avec eux à l’automne, il y a beaucoup de manches dans lesquelles il était en tête », a déclaré l’entraîneur des Blues.. . Et même des jours, pas seulement des manches. Il reste encore un pas à franchir, ce n’est pas forcément le plus simple ». Ça ne l’est jamais, mais les axes de progression sont connus.

« Il y a toujours place à l’amélioration, admet l’entraîneur français. Mais il doit aussi croire en lui pour pouvoir mieux viser. Il y croit – bien sûr – mais à ce niveau il y a un petit pourcentage qu’au lieu de faire 100% de votre choix, vous n’êtes que 98%. Et c’est assez pour faire toute la différence. Après cela, on pense qu’il peut aussi rouler plus vite sur les parties coulissantes. Après cela, puisqu’il était un jeune géant, ce n’est pas illogique, d’autant plus que, bien qu’il soit grand et fort, il n’est pas le plus dur du circuit.. . Mais comme tout le reste, ça progresse petit à petit. Les dernières marches ne sont pas si faciles à gravir, mais elles ont tout à faire « . Et pourquoi grimper avant 2021? « Maintenant qu’il est stable dans les dix, on lui fera confiance », explique Yannick Bertrand. Et après Noël nous sommes à Bormio. Au niveau qu’il a maintenant quand les conditions sur le Stilfserjoch sont difficiles, avec une piste glacée . . . « Ça promet.

« Mais samedi, quand il a un bon dossard dans la descente (depuis Val Gardena) où il s’est bien entraîné et s’il repart un peu plus en arrière, il y a vraiment moyen de porter un gros coup. L’entraîneur tricolore rêve déjà. Il faut se faire confiance et être très engagé, prendre des risques et conduire la course la plus propre possible. Après cela, vous avez besoin d’un peu de succès. Les meilleurs sont toujours en tête, mais c’est ce petit plus qui peut l’aider à progresser. « . Mais grâce à un travail acharné, Nils Allègre a déjà atteint le stade où il côtoie les meilleurs. En attendant de toucher celui où il sera le meilleur. Compte tenu de ses progrès, il pourrait arriver plus tôt que prévu.

Ski alpin, Aleksander Aamodt Kilde, Val Gardena, descente, Nils Allègre, Mauro Caviezel, Kjetil Jansrud

Actualités du monde – DE – Val Gardena – Nils Allègre, celui qui aurait tort ne le crois pas

Ref: https://www.eurosport.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour: