World news – Inondations à Casablanca: Lydec et la mairie, tous deux responsables

0
12

Les inondations extraordinaires ont mis en évidence l’insuffisance des investissements dans les infrastructures de la ville, ainsi que le manque de gouvernance et de vision des élus. Bref, Lydec et la mairie sont tous deux responsables de l’actuel calvaire de la population de Casablanca.

Après un an de pandémie et de grave sécheresse en 2020, le Maroc espérait que la pluie tomberait en 2021, ce qui est une bonne chose année agricole et donc une faible croissance. Économique tant attendue.

Mais la voici, si le souhait se réalise avec l’espoir que les barrages se rempliront et que les terres et les nappes souterraines assoiffées se dilueront, les infrastructures des villes échoueront.

Trois jours de pluie , certes forte, mais prévisible, a inondé les artères de la métropole économique. Rues endommagées voire effondrées, trous dans les boulevards, rues coupées, tunnels bouchés, voitures submergées, maisons inondées, …

Après ces événements et l’indignation générale des habitants de la ville, le bureau du conseil municipal s’est exprimé ce mardi 5 mai Janvier, pour annoncer une réunion « d’urgence » – dont le nom vient de toute urgence – est prévue pour le vendredi 8 janvier.

Le maire Abdelaziz El Omari s’est rarement exprimé pour aborder la question. Les élections sont obligatoires! Lorsqu’il a été invité au JT de la deuxième chaîne nationale ce jeudi 7 janvier, le principal message de son intervention était de rejeter la responsabilité sur le Lydec, qui est le délégué du service sanitaire.

Quel est le rôle du conseil municipal ? «Transmettre les plaintes des citoyens à Lydec», répond le maire, avant d’ajouter que le conseil municipal a également «une mission et une fonction de contrôle». Dans ce contexte, la réunion du vendredi était prévue.

« Lydec doit nous fournir un rapport détaillé sur la situation actuelle et les mesures prises pour faire face à ce problème », explique-t-il et invite les citoyens victimes des intempéries à rencontrer Lydec Entrer en contact. Compensation reçue.

Un membre de la Mairie de Médias24 a accepté de répondre à nos questions sous couvert d’anonymat. «Cette année, les pluies ont été beaucoup plus importantes que les années précédentes», explique-t-il. « Mais ce n’est pas le conseil municipal qui gère directement la plomberie, c’est un domaine dont la gestion est déléguée à un opérateur privé qui doit réagir à ce qui se passe », continue-t-il de maintenir la même ligne de délégation. Défense du maire El Omari .

« Nous avons convoqué une réunion avec Lydec ce vendredi 8 janvier. L’opérateur doit nous expliquer la situation actuelle. A-t-il nettoyé correctement et à temps? Lorsque le nettoyage est terminé, les responsables du Lydec doivent nous fournir des preuves, des documents, combien de sédiments ont été enlevés … »ajoute-t-il.

Selon notre source, les dégâts les plus graves ont été enregistrés au niveau 37 de la rue à Hay Sadri Ce quartier est touché par un projet de protection contre les inondations. Comme indiqué dans le communiqué de presse de Lydec publié le mercredi 6 janvier, il s’agit d’une galerie de stockage des eaux pluviales à Hay Sadri, dont les travaux ont débuté en décembre 2018 (182 MDH ).

Cet ouvrage de plus de 1,3 km et d’une profondeur de 30 à 40 mètres est destiné à protéger Hay Sadri ainsi que l’avenue Mohamed Bouziane, boulevard 10, contre des crues jusqu’à dix fois l’intensité des précipitations (22 mm / heure) en mars ).

« La construction de la galerie de stockage des eaux pluviales de Hay Sadri se déroule comme prévu », a déclaré Lydec dans son communiqué de presse.

« Lors de la réunion de vendredi on peut aussi déterminer si les projets prévus pour protéger les points bas de la ville sont dans les délais ou trop tard », explique le membre du conseil municipal.

A en croire le ton du conseil municipal dans les médias, il promet Rendez-vous vendredi pour devenir explosif! À toutes fins pratiques, disons que les sorties d’élus pendant une année électorale ne sont pas exemptes de calculs politiques.

Malgré cela, Lydec est tout aussi responsable de la situation actuelle que le conseil municipal, qui est à l’année plutôt que quatre Les jours après la tragédie devraient prendre le contrôle nécessaire.

Que dit Lydec à propos de tout cela? Médias24 a contacté le délégué pour lui poser une série de questions. Ces pluies sont-elles si extraordinaires? Quel est l’état du réseau d’égouts à Casablanca?

Saad Azzaoui, chef de projet chez Lydec, explique: «Ces cinq dernières années, il a plu entre 200 et 250 mm en moyenne à Casablanca en un an. Nous avons eu ces trois derniers jours ont atteint un total de 90 mm à certains endroits « .

 » Entre hier et aujourd’hui nous avons enregistré des précipitations de 75 mm à certains endroits.  » Selon un communiqué publié le jeudi 7 janvier au soir, cela correspond à une période de contre-pluie de cinquante ans.

Concernant les égouts pluviaux, notre interlocuteur explique que «ces réseaux sont régulés par des références précises. Ils sont généralement dimensionnés pour supporter une pluviométrie de retour sur dix ans, environ 20 mm. C’est la norme. « 

 » Cependant, les précipitations que nous avons constatées autour de la gestion déléguée depuis le début des événements de cette semaine ont dépassé ce chiffre Des réseaux de capacité de transit largement conçus pour dix ans de précipitations (20 mm, ndlr) », poursuit notre interlocuteur, qui insiste donc sur le caractère extraordinaire des crues enregistrées cette semaine et qui, selon une récente météo, se prolongent jusqu’à lundi. .

Mais pourquoi alors Casablanca sombre-t-il avec chaque événement majeur de précipitation qui n’est pas nécessairement o est extraordinaire comme cette année, sous l’eau?

« La ville de Casablanca est une ville dynamique. Chaque année, nous voyons plus de 310 acres s’ajouter au périmètre urbain. Cela conduit à une imperméabilisation du sol, ce qui augmente le risque de débordements. et des inondations », explique Saad Azzaoui

« L’eau s’écoule jusqu’à atterrir au point le plus bas. Les dépressions qui étaient conformes à un moment de l’histoire peuvent ne plus être comme ça. Mon directeur, qui a fait tous les renforts nécessaires identifiés pour accompagner ce développement urbain où il y a un manque de mise en réseau », poursuit-il.

« Nous avons un programme d’investissement qui est élaboré dans le cadre de nos obligations contractuelles et au comité de suivi (où le conseil municipal est représenté Au moment I. Parlez-nous, nous avons des projets d’une valeur équivalente à 600 MDH. Depuis le début du contrat (1997, ndlr), nous avons investi environ 26 milliards de DH, dont la moitié est cet investissement était dédié à l’hygiène », ajoute Saad Azzaoui.

Dans le cadre de ce programme, les projets de la galerie Hay Sadri et le système d’élimination des liquides de la Nationalst Route n ° 1 (RN1).

« Parallèlement, nous avons un programme annuel d’entretien, de nettoyage et de nettoyage du réseau. Il faut savoir que nous disposons d’un réseau liquide et pluvial de plus de 6800 km, plus de 150 stations de pompage et 130 bassins de rétention des eaux pluviales « 

Lydec précise qu’en 2020 près de 30 000 tonnes de sédiments ont été extraites, correspondant à différents types de déchets sont intégrées dans le réseau et les structures. Elle ajoute que la planification et le bilan détaillé de ces différentes mesures sont régulièrement envoyés aux autorités concernées de l’agglomération de Casablanca (Délégation, Wilaya, Pré Fectures, Arrondissements et Communes).

Malgré Le chef de projet Lydec reconnaît l’importance de ces investissements que «la capacité du contrat est insuffisante pour accompagner le développement de Casablanca en termes de drainage des eaux pluviales». AT

«Il faut aussi savoir que la restauration des eaux pluviales ne concerne pas ressources propres. Nous ne facturons aucun frais pour l’assainissement des eaux de pluie. Le financement se fait donc dans le cadre de l’équilibre entre les métiers et cela ne peut pas financer tous les projets », explique-t-il.

« C’est pourquoi nous priorisons chaque année les projets qui ont un effet direct sur la continuité de service, par exemple. Hormis les événements extraordinaires tels que nous les avons vus aujourd’hui. au cours des deux derniers jours », poursuit-il, indiquant que ces projets, en particulier ceux en cours,« répondent à un besoin géographiquement localisé. Par exemple, le système d’assainissement liquide sur la route nationale n ° 1 (RN1) vise à contrôler les débordements sur la route El Jadida entre le bureau de change et l’autoroute. Cela vaut également pour d’autres projets.

« Avec le développement de la ville, de plus en plus de points émergent au fil du temps, auxquels nous répondons par d’autres investissements qui sont programmés pour les résoudre. Et ce programme d’investissement est décidé en concertation avec les autorités de la ville conformément aux obligations contractuelles », précise Saad Azzaoui

« Nous incluons les projets dans le cadre de la capacité disponible dans le cadre du contrat. Et nous savons très bien que chaque année lorsque certains projets sont enregistrés, d’autres ne le font pas. Le manque de ressources fait toujours l’objet de discussions et de réflexions avec l’autorité délégante pour trouver des financements pour répondre aux besoins « .

 » Vous pouvez voir partout dans le monde que même les pays disposant de fonds plus importants sont inondés de précipitations exceptionnelles Et nous sommes de l’ordre de l’extraordinaire, c’est-à-dire que je n’exclus pas que sur certains points deux Er les événements se produisent simultanément. Ces points connaissent une sous-capacité du réseau, qui est exacerbée par une pluie exceptionnelle. Sur ces points, nous travaillons avec un programme d’investissement qui est mis en œuvre en concertation avec les autorités », conclut notre interlocuteur.

Les constats rationnels de Lydec n’expliquent pas pourquoi ces projets visent à protéger les populations et leurs biens et les biens publics sont importants.

Ils n’expliquent pas non plus comment les trottoirs s’effondrent après trois jours de fortes pluies! Ils n’expliquent pas non plus la négligence de l’autorité délégante.

Le roi Mohammed VI son discours à l’ouverture de la première session de la troisième année législative de l’année le sort de la métropole 9ème législature.

« Mais pourquoi cette ville, l’une des plus riches du Maroc, ne connaît pas le véritable boom comme beaucoup d’autres villes auquel aspire le peuple de Casablanca? Est-il raisonnable qu’il reste un espace de grandes contradictions à ce stade jusqu’à ce qu’il devienne l’un des modèles les plus faibles en termes d’administration territoriale? « 

Le souverain avait résumé la réponse à ces questions en une phrase: » En un mot, le problème dont souffre le capital économique est essentiellement dû à une mauvaise gouvernance. « 

Le major-général Michael E. Langley, commandant des forces du Corps des Marines des États-Unis en …

Le trafic ferroviaire se fait ce jeudi 7 janvier sur certains axes de sa …

Ceva Logistics, filiale du groupe CMA CGM, a annoncé le rachat du groupe Asti à …

jeudi 7 janvier
L’écrivain Najat El Hachmi a remporté le 77e prix Nadal mercredi 6 janvier avec le roman …

La quantité de précipitations enregistrée par la Direction Générale de la Météorologie est de 97 mm à …

Lawrence Randolph quittera ses fonctions de consul général des États-Unis le mercredi 6 janvier à …

La nouvelle BMW Série 4 Coupé est plus originale et plus sportive que jamais. Des proportions aux réglages de suspension en passant par les éléments de design emblématiques …

Mercedes renouvelle son grand SUV coupé tout en conservant une recette esthétique éprouvée. La barre est plus élevée en ce qui concerne la technologie et la maniabilité embarquées. Examen.

Nous savons enfin qui est derrière les comptes infâmes qui ont fait sensation sur Instagram cette semaine. C’est une campagne audacieuse et ingénieuse de Marjane pour faire ressortir sa dernière …

La Fondation Ennajah a clôturé un partenariat avec l’Académie Régionale d’Education Casablanca-Settat pour l’équipement des médias de 6 établissements dans les provinces d’El Jadida et de Sidi …

Les inondations exceptionnelles ont provoqué l’insuffisance des investissements dans les infrastructures de la Ville ainsi que le manque de gouvernance et de vision des élus mis en évidence. Bref, Lydec et la mairie sont tous deux responsables de l’actuel calvaire de la population de Casablanca.

Après un an de pandémie et de grave sécheresse en 2020, le Maroc espérait que la pluie tomberait en 2021, ce qui est une bonne chose année agricole et donc une faible croissance. Économique tant attendue.

Mais la voici, si le souhait se réalise avec l’espoir que les barrages se rempliront et que les terres et les nappes souterraines assoiffées se dilueront, les infrastructures des villes échoueront.

Trois jours de pluie , certes forte, mais prévisible, a inondé les artères de la métropole économique. Rues endommagées voire effondrées, trous dans les boulevards, rues coupées, tunnels bouchés, voitures submergées, maisons inondées, …

Après ces événements et l’indignation générale des habitants de la ville, le bureau du conseil municipal s’est exprimé ce mardi 5 mai Janvier, pour annoncer une réunion « d’urgence » – dont le nom vient de toute urgence – est prévue pour le vendredi 8 janvier.

Le maire Abdelaziz El Omari s’est rarement exprimé pour aborder la question. Les élections sont obligatoires! Lorsqu’il a été invité au JT de la deuxième chaîne nationale ce jeudi 7 janvier, le principal message de son intervention était de rejeter la responsabilité sur le Lydec, qui est le délégué du service sanitaire.

Quel est le rôle du conseil municipal ? «Transmettre les plaintes des citoyens à Lydec», répond le maire, avant d’ajouter que le conseil municipal a également «une mission et une fonction de contrôle». Dans ce contexte, la réunion du vendredi était prévue.

« Lydec doit nous fournir un rapport détaillé sur la situation actuelle et les mesures prises pour faire face à ce problème », explique-t-il et invite les citoyens victimes des intempéries à rencontrer Lydec Entrer en contact. Compensation reçue.

Un membre de la Mairie de Médias24 a accepté de répondre à nos questions sous couvert d’anonymat. «Cette année, les pluies ont été beaucoup plus importantes que les années précédentes», explique-t-il. « Mais ce n’est pas le conseil municipal qui gère directement la plomberie, c’est un domaine dont la gestion est déléguée à un opérateur privé qui doit réagir à ce qui se passe », continue-t-il de maintenir la même ligne de délégation. Défense du maire El Omari .

« Nous avons convoqué une réunion avec Lydec ce vendredi 8 janvier. L’opérateur doit nous expliquer la situation actuelle. A-t-il nettoyé correctement et à temps? Lorsque le nettoyage est terminé, les responsables du Lydec doivent nous fournir des preuves, des documents, combien de sédiments ont été enlevés … »ajoute-t-il.

Selon notre source, les dégâts les plus graves ont été enregistrés au niveau 37 de la rue à Hay Sadri Ce quartier est touché par un projet de protection contre les inondations. Comme indiqué dans le communiqué de presse de Lydec publié le mercredi 6 janvier, il s’agit d’une galerie de stockage des eaux pluviales à Hay Sadri, dont les travaux ont débuté en décembre 2018 (182 MDH ).

Cet ouvrage de plus de 1,3 km et d’une profondeur de 30 à 40 mètres est destiné à protéger Hay Sadri ainsi que l’avenue Mohamed Bouziane, boulevard 10, contre des crues jusqu’à dix fois l’intensité des précipitations (22 mm / heure) en mars ).

« La construction de la galerie de stockage des eaux pluviales de Hay Sadri se déroule comme prévu », a déclaré Lydec dans son communiqué de presse.

« Lors de la réunion de vendredi on peut aussi déterminer si les projets prévus pour protéger les points bas de la ville sont dans les délais ou trop tard », explique le membre du conseil municipal.

A en croire le ton du conseil municipal dans les médias, il promet Rendez-vous vendredi pour devenir explosif! À toutes fins pratiques, disons que les sorties d’élus pendant une année électorale ne sont pas exemptes de calculs politiques.

Malgré cela, Lydec est tout aussi responsable de la situation actuelle que le conseil municipal, qui est à l’année plutôt que quatre Les jours après la tragédie devraient prendre le contrôle nécessaire.

Que dit Lydec à propos de tout cela? Médias24 a contacté le délégué pour lui poser une série de questions. Ces pluies sont-elles si extraordinaires? Quel est l’état du réseau d’égouts à Casablanca?

Saad Azzaoui, chef de projet chez Lydec, explique: «Ces cinq dernières années, il a plu entre 200 et 250 mm en moyenne à Casablanca en un an. Nous avons eu ces trois derniers jours ont atteint un total de 90 mm à certains endroits « .

 » Entre hier et aujourd’hui nous avons enregistré des précipitations de 75 mm à certains endroits.  » Selon un communiqué publié le jeudi 7 janvier au soir, cela correspond à une période de contre-pluie de cinquante ans.

Concernant les égouts pluviaux, notre interlocuteur explique que «ces réseaux sont régulés par des références précises. Ils sont généralement dimensionnés pour supporter une pluviométrie de retour sur dix ans, environ 20 mm. C’est la norme. « 

 » Cependant, les précipitations que nous avons constatées autour de la gestion déléguée depuis le début des événements de cette semaine ont dépassé ce chiffre Des réseaux de capacité de transit largement conçus pour dix ans de précipitations (20 mm, ndlr) », poursuit notre interlocuteur, qui insiste donc sur le caractère extraordinaire des crues enregistrées cette semaine et qui, selon une récente météo, se prolongent jusqu’à lundi. .

Mais pourquoi alors Casablanca sombre-t-il avec chaque événement majeur de précipitation qui n’est pas nécessairement o est extraordinaire comme cette année, sous l’eau?

« La ville de Casablanca est une ville dynamique. Chaque année, nous voyons plus de 310 acres s’ajouter au périmètre urbain. Cela conduit à une imperméabilisation du sol, ce qui augmente le risque de débordements. et des inondations », explique Saad Azzaoui

« L’eau s’écoule jusqu’à atterrir au point le plus bas. Les dépressions qui étaient conformes à un moment de l’histoire peuvent ne plus être comme ça. Mon directeur, qui a fait tous les renforts nécessaires identifiés pour accompagner ce développement urbain où il y a un manque de mise en réseau », poursuit-il.

« Nous avons un programme d’investissement qui est élaboré dans le cadre de nos obligations contractuelles et au comité de suivi (où le conseil municipal est représenté Au moment I. Parlez-nous, nous avons des projets d’une valeur équivalente à 600 MDH. Depuis le début du contrat (1997, ndlr), nous avons investi environ 26 milliards de DH, dont la moitié est cet investissement était dédié à l’hygiène », ajoute Saad Azzaoui.

Dans le cadre de ce programme, les projets de la galerie Hay Sadri et le système d’élimination des liquides de la Nationalst Route n ° 1 (RN1).

« Parallèlement, nous avons un programme annuel d’entretien, de nettoyage et de nettoyage du réseau. Il faut savoir que nous disposons d’un réseau liquide et pluvial de plus de 6800 km, plus de 150 stations de pompage et 130 bassins de rétention des eaux pluviales « 

Lydec précise qu’en 2020 près de 30 000 tonnes de sédiments ont été extraites, correspondant à différents types de déchets sont intégrées dans le réseau et les structures. Elle ajoute que la planification et le bilan détaillé de ces différentes mesures sont régulièrement envoyés aux autorités concernées de l’agglomération de Casablanca (Délégation, Wilaya, Pré Fectures, Arrondissements et Communes).

Malgré Le chef de projet Lydec reconnaît l’importance de ces investissements que «la capacité du contrat est insuffisante pour accompagner le développement de Casablanca en termes de drainage des eaux pluviales». AT

«Il faut aussi savoir que la restauration des eaux pluviales ne concerne pas ressources propres. Nous ne facturons aucun frais pour l’assainissement des eaux de pluie. Le financement se fait donc dans le cadre de l’équilibre entre les métiers et cela ne peut pas financer tous les projets », explique-t-il.

« C’est pourquoi nous priorisons chaque année les projets qui ont un effet direct sur la continuité de service, par exemple. Hormis les événements extraordinaires tels que nous les avons vus aujourd’hui. au cours des deux derniers jours », poursuit-il, indiquant que ces projets, en particulier ceux en cours,« répondent à un besoin géographiquement localisé. Par exemple, le système d’assainissement liquide sur la route nationale n ° 1 (RN1) vise à contrôler les débordements sur la route El Jadida entre le bureau de change et l’autoroute. Cela vaut également pour d’autres projets.

« Avec le développement de la ville, de plus en plus de points émergent au fil du temps, auxquels nous répondons par d’autres investissements qui sont programmés pour les résoudre. Et ce programme d’investissement est décidé en concertation avec les autorités de la ville conformément aux obligations contractuelles », précise Saad Azzaoui

« Nous incluons les projets dans le cadre de la capacité disponible dans le cadre du contrat. Et nous savons très bien que chaque année lorsque certains projets sont enregistrés, d’autres ne le font pas. Le manque de ressources fait toujours l’objet de discussions et de réflexions avec l’autorité délégante pour trouver des financements pour répondre aux besoins « .

 » Vous pouvez voir partout dans le monde que même les pays disposant de fonds plus importants sont inondés de précipitations exceptionnelles Et nous sommes de l’ordre de l’extraordinaire, c’est-à-dire que je n’exclus pas que sur certains points deux Er les événements se produisent simultanément. Ces points connaissent une sous-capacité du réseau, qui est exacerbée par une pluie exceptionnelle. Sur ces points, nous travaillons avec un programme d’investissement qui est mis en œuvre en concertation avec les autorités », conclut notre interlocuteur.

Les constats rationnels de Lydec n’expliquent pas pourquoi ces projets visent à protéger les populations et leurs biens et les biens publics sont importants.

Ils n’expliquent pas non plus comment les trottoirs s’effondrent après trois jours de fortes pluies! Ils n’expliquent pas non plus la négligence de l’autorité délégante.

Le roi Mohammed VI son discours à l’ouverture de la première session de la troisième année législative de l’année le sort de la métropole 9ème législature.

« Mais pourquoi cette ville, l’une des plus riches du Maroc, ne connaît pas le véritable boom comme beaucoup d’autres villes auquel aspire le peuple de Casablanca? Est-il raisonnable qu’il reste un espace de grandes contradictions à ce stade jusqu’à ce qu’il devienne l’un des modèles les plus faibles en termes d’administration territoriale? « 

Le souverain avait résumé la réponse à ces questions en une phrase: » En un mot, le problème dont souffre le capital économique est essentiellement dû à une mauvaise gouvernance. « 

Le major-général Michael E. Langley, commandant des forces du Corps des Marines des États-Unis en …

Le trafic ferroviaire se fait ce jeudi 7 janvier sur certains axes de sa …

Ceva Logistics, filiale du groupe CMA CGM, a annoncé le rachat du groupe Asti à …

jeudi 7 janvier
L’écrivain Najat El Hachmi a remporté le 77e prix Nadal mercredi 6 janvier avec le roman …

La quantité de précipitations enregistrée par la Direction Générale de la Météorologie est de 97 mm à …

Lawrence Randolph quittera ses fonctions de consul général des États-Unis le mercredi 6 janvier à …

ENTRETIEN. Le spécialiste du droit boursier, fondateur du cabinet d’avocats commercial Capstone Law Firm, a conclu les accords juridiques de plusieurs OPCI au Maroc. Elle nous en parle …

Comme beaucoup d’industries, l’industrie automobile neuve a connu une année 2020 difficile. Le secteur a terminé l’année avec une baisse d’environ 20% par rapport à 2019, mais …

Plaidoyer pour l’indépendance financière du ministère public. La loi accorde à la présidence son propre budget, mais celui des forces de l’ordre travaillant au tribunal reste …

La RAM n’a pas encore été sollicitée par les autorités pour transporter les 66 millions de doses du vaccin anti-Covid, mais s’est associée à Envirotainer, le premier fournisseur mondial de …

Il y a eu 27 décès et 1 825 récupérations. Le nombre officiel de cas actifs tombe à 20 464. L’utilisation des lits de réanimation Covid est de 35% dans 1 100 cas graves ou critiques.

La réception du vaccin AstraZeneca au Maroc dépend du début de la campagne de vaccination en Inde, où se trouve le laboratoire de fabrication. Le lancement de la campagne en Inde peut …

Médias24 est un journal d’affaires marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marché, données et analyse économique. Avec Médias24 vous pouvez retrouver toute l’actualité économique, politique, sociale et culturelle du Maroc en direct et en temps réel en photos et vidéos

Notre journal s’efforce de vous fournir des informations précises et originales sans influencer les opérateurs.

Ref: https://www.medias24.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Votre point de vue compte, donnez votre avis

[maxbutton id= »1″]