World news – Jean-Michel Blanquer se rend aux élections régionales

0
6

Le ministre de l’Éducation est sur le point de jeter l’éponge. Il ne veut plus se présenter aux prochaines élections régionales. Emmanuel Macron lui avait demandé d’affronter Valérie Pécresse dans la région de la capitale. Cependant, selon nos informations, Blanquer tente de sortir du piège électoral sans offenser le président.

Jean-Michel Blanquer ne veut plus partir. Il n’a jamais été très enthousiasmé par les élections régionales. Mais cette fois, « le ministre de l’Education nationale Emmanuel Macron a attiré l’attention sur elle », explique un député majoritaire qui a ses entrées sur l’Elysée. « Une discussion pendant les vacances de Noël » confirme le parti La République en Marche, qui est évidemment responsable de la préparation de ce scrutin.

Début décembre, Jean-Michel Blanquer, le « chef de file » macroniste de l’Île-de-France Être la France. Un mois et demi plus tard, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports découvre «qu’il ne peut pas être au four et au moulin», c’est-à-dire ministre et tête de liste aux élections régionales. L’argument suffira-t-il à convaincre le président Macron? A voir … En attendant, l’un des conseillers de Jean-Michel Blanquer, rue de Grenelle, espère que «le mauvais souvenir de la campagne d’Agnès Buzyn lors des dernières élections locales [à l’élection du président] ne sera pas anodin « .

Quand Emmanuel Macron a demandé à Jean-Michel Blanquer de se joindre à la bataille, » il a été touché par le vote de confiance du président « , se souvient un ami du ministre de l’Education. « Il vient de réaliser que c’était un cadeau empoisonné! » Car si Jean-Michel Blanquer devient un simple conseiller régional de l’opposition – à 10 mois de la présidentielle – il aura du mal à espérer gagner Matignon après 2022.

Blanquer s’apprête donc à jeter l’éponge. Mais sa véritable proximité avec François Bayrou pourrait lui poser problème. Cela fait de lui le seul candidat capable de remettre le modem qui a mené la région avec Valérie Pécresse pendant 6 ans sur la liste macroniste. Il continue à y travailler ailleurs, et espère y arriver avant début février.

Seulement qui pourra incarner cette entité redécouverte sinon lui? Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, élu de l’opposition dans les Hauts-de-Seine? Il ne cache pas qu’il ne le veut pas non plus. Les ministres Emmanuelle Wargon, Elisabeth Borne, Agnès Pannier-Runacher? Leurs noms circulent comme ceux des députés d’Ile-de-France Laurent Saint-Martin et Aurore Bergé.

Alors Jean-Michel Blanquer ne veut plus partir. La République est à la recherche d’un plan B en mars, mais la demande du ministre de l’Éducation n’a pas encore été officiellement enregistrée.

Ref: https://www.franceinter.fr