World news – Jean-Pascal Zadi, honoré aux Césars 2021: « Seul Drucker est d’accord »

0

On lui doit l’une des sensations cinéma 2020 avec « Simply Black », qui lui a valu le César du meilleur espoir masculin vendredi soir. Une cérémonie qui a été appréciée très différemment pour son ton et la somme des interventions réalisées, y compris celle qui portait spécifiquement sur la diversité. Jean-Pascal Zadi, dont «Carrément craignos», l’excellente suite de sa folle série «Craignos», sera mis en ligne ce vendredi sur France.tv, revient sur cette soirée spéciale.

JEAN-PASCAL ZADI. (Rires) Non et c’est tellement inattendu, c’est tellement émouvant! En une seconde, vous serez moins intelligent. Avant, je me fichais des visages des gens qui avaient des Césars, j’ai un peu paniqué sur scène. Eh bien, ça y est, ils m’ont fermé la bouche …

En fait, j’avais de petites choses en tête et j’ai dû les réparer. Je ne savais pas si j’allais dire quelque chose ou pas, mais je l’ai fait, j’ai tout jeté et j’en suis content.

Diverses choses. Tout d’abord, si j’ai eu ce César, c’est parce que d’autres l’avaient avant moi et ont ouvert ce vide. Ensuite, j’ai voulu utiliser cette liberté pour dire les messages qui étaient un peu dans le film. Et redonner au film ce qu’il m’a réellement donné. Je ne voulais pas profiter de ce succès sans remercier ma grand-mère ou mes enfants …

« Je remercie tous ceux qui ont ouvert la brèche devant moi » @JeanPascalZadi, Meilleur espoir masculin (« Tout simplement noir » ) # César2021 pic.twitter.com/YHlqQQEBpY

Mais trop de trucs … Presque tout, je dirais. Il m’a permis de m’exprimer, il m’a permis d’avoir un travail, d’avoir une récompense, un avenir … Il m’a tout donné. Et du coup, tout ce que le film avait apporté, tous ces retours que j’avais des gens de la rue qui venaient me parler, je voulais le lui rendre comme si la boucle était bouclée. Je ne veux pas dire que c’était le personnage de Jean-Pascal Zadi qui était sur scène (NDLR: le film est un faux documentaire dans lequel il joue son propre rôle), mais presque. Avec tous les débats de société que le film avait ouverts, j’ai enfin voulu rouvrir d’autres pages et questions.

D’où cette référence à ces statues … (NDLR: Il a été étonné que certaines personnes qui y participent activement dans l’esclavage sont glorifiés par des statues dans les espaces publics.)

Je n’avais pas de nom spécifique en tête, en fait, c’était plutôt le système dont je voulais parler. Le système qui signifie que nous n’existons pas dans l’espace public aujourd’hui. En matière de diversité, on nous dit toujours que c’est important … Oui, c’est important, mais nous voulons de l’action. Si nous ne pouvons pas résoudre les statues aujourd’hui, où sont les nouvelles statues que nous construisons? On veut de nouvelles statues, on veut de nouvelles rues, on veut ça maintenant.

A LIRE AUSSI> Rokhaya Diallo: « Simplement noir, c’est une traversée de la France en 2020 »

Je l’ai trouvé dessus! Parce que cela a montré une fois de plus que nous avons la chance d’être dans un pays où une femme de 50 ans peut monter nue sur scène pour dire ce qu’elle a à dire, tout comme une jeune femme espoir. 14 ans, une Jeanne Balibar qui vient défendre la condition des femmes, moi encore … Cela prouve que nous sommes dans un pays merveilleux où nous pouvons encore utiliser cette liberté extraordinaire. Il n’y a que quelques pays où cela est possible. Même en Amérique, je ne sais pas si une femme pourrait monter nue sur scène et demander la réouverture des théâtres. Dans notre pays, qui traverse une crise sociale et économique, les artistes ne sont pas à jour et se sentent affectés par les problèmes de société. Il n’y a pas d’artiste d’un côté et de personnes de l’autre, nous sommes tous pareils.

Bien sûr! L’art est politique et plus encore dans des temps comme ceux-ci. Un ami m’a appelé et m’a dit: «Moi, je suis le peuple JP, et je veux vous dire que les gens ne veulent pas voir ça. Je comprends ce qu’il dit, mais je suis désolé, je veux voir ça. Je veux voir des artistes engagés qui traitent de questions sociales …

Oui bien sûr, mais c’est la marque de l’engagement. Chaque fois que vous vous impliquez quelque part, il y a toujours le «féroce pour» et le «ouvert contre». Il n’y a que Drucker qui est unanime … Je suis désolé, j’ai des choses à dire, et j’ai dit ce que j’avais à dire. Critique, insultes et encouragements, qui en font partie. C’est un paquet. C’est comme l’entraîneur de l’équipe de France qui fait sa meilleure équipe. Il sera offensé et les autres trouveront cela génial. Donc, cela va de pair que … (Il récupère). Non, je voulais mettre une phrase de Chirac … (NDLR: «Une chose me touche sans bouger l’autre») Ça ne me dérange pas du tout. (Rires)

Pour être honnête, beaucoup et pas beaucoup en même temps. Ça change beaucoup aux yeux des gens, de mon métier et pas grand chose dans mon quotidien: je suis père, j’accompagne mes enfants à l’école, je dors, je mange … C’est un honneur, mais ça ne l’est pas me dérange tous les jours …

Exactement, et je pense avant tout à un message sur la profession. Pour montrer que je peux faire des choses, que ça marche plutôt bien et que je ne suis pas mal.

Vous avez rencontré le ministre de la Culture dans les coulisses vendredi. Qu’est-ce que tu lui as dit?

Rien du tout (rires). En toute honnêteté, j’étais avec mes amis, Jonathan Cohen, John Wax (NDLR: qui a co-réalisé «Tout Simplement Noir» avec Zadi), nous étions heureux d’être avec les Césars pour fêter ce moment que je n’ai pas fait a un mot avec elle. Bref, que lui aurais-je dit? Je pense qu’elle prend déjà tout en face, elle n’a pas besoin que je sache quoi faire …

Que mes enfants vont bien, que ma femme va bien, que mes attachés de presse vont bien avec leurs familles , pour le travail je m’en occuperai. Que tu vas bien … Ah! Et surtout oui, surtout que les cinémas rouvrent.

Titre associé :
Jean-Pascal Zadi, récompensé aux Césars 2021: « Il n’y a que des imprimeurs qui font le &. Unanimité »
Après le fiasco de Marina Foïs, qui devrait présenter le César l& # 39; L’année prochaine?
Pour Jean-Pascal Zadi, » le peuple est très dur « avec le 2021 César
César 2021: Jean-Pascal Zadi (noir uni) défend la présentation de Marina Foïs
La série Carrément Craignos par et avant ec Jean-Pascal Zadi, disponible à partir de vendredi.
Vidéo: 9 faits intéressants sur Jean-Pascal Zadi
Quotidien, deuxième partie du 15 mars 2021 avec Jean-Pascal Zadi et Alain Bauer
Nous méritons le César pour la maîtrise de soi
Génération perdue, thriller celtique, galère de banlieue: notre série de la semaine
Jean-Pascal Zadi défend la cérémonie de César et Marina Foïs: " On adore lancer des cailloux … Elle était hyper …

Ref: https://www.leparisien.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: