World news – Le prince Philip, l’éternel second, est mort

0

Les Prince Wives sont comme les Premiers Ministres: quand ils sont là, ils interfèrent, et quand ils sont absents, ils manquent … Le repoussoir éternel de leurs femmes, très peu sont parvenus à accepter la deuxième place derrière la couronne. Moins d’un mètre, certes, mais toujours en arrière pendant que sa femme se déplace au premier rang et s’illumine … Le prince Philippe de Grèce, rebaptisé Mountbatten, ne déroge pas à la règle. Tout son tempérament, macho et conservateur, n’a jamais vraiment digéré ce rôle supplémentaire que l’Angleterre lui a donné à son arrivée à Buckingham. Il avait rêvé d’un royaume, il a décroché un siège enfant.

Tout commence par un destin incroyable. Dans les années 1940, Philippe de Grèce était un noble sans le sou, un paria de Gotha, né dans une famille royale d’origine dano-allemande qui a ensuite été dispersée par la guerre. Il a été placé dans diverses écoles, où il a parfois été élevé à la dure jusqu’à ce que son oncle Louis Mountbatten le prenne sous son aile: le jeune Philip s’est fait les dents dans la marine et a visité la cour de Windsor. Ce qui devait arriver, arrive … Sa cousine Elizabeth tombe amoureuse du fringant blond officier qui a cinq ans de plus que lui. Les deux jeunes hommes, tous deux descendants de la reine Victoria, échangent d’abord des lettres pendant que Mountbatten tente de convaincre le couple royal que leur neveu ferait un excellent mari pour leur fille. Le roi George VI. Est à peine convaincu. Il trouve Philip un peu aventureux et toujours grincheux. C’est justement ce site Playboy et Joker qui séduit la jeune Elizabeth, qui bénéficie d’une éducation stricte et classique dans un environnement surprotégé.

Philip devient aussi ce site Joker qui a fait rire le jeune héritier du trône alors n’abandonnez jamais. Sous son expression rigide et sévère, il affronte chaque jour l’humour. Lorsque l’hymne de Dieu Save the Queen retentit, nous le voyons souvent se tourner vers sa femme et dire: «Ah, voici votre chanson! Il est toujours le premier à prendre du recul par rapport au cirque médiatique qui entoure «la compagnie», comme il appelle la famille royale, il collectionne donc des dessins originaux qui se moquent de lui et de son clan. Surtout, il est l’un des rares parents de la reine qui sait la faire rire aux éclats. Dans les années 1950, il poursuivait toujours Elizabeth dans les couloirs d’un train avec des prothèses farces et astucieuses! Cela montre si le protocole était parfois le moindre de ses soucis.

Quand il a épousé Elizabeth en 1947, il avait l’impression d’entrer dans un cycle d’enfer. La machine ne l’a pas écrasé, mais elle s’est rapprochée. Les vieux employés de Buckingham, imprégnés d’habitudes fortifiées, tentent de faire venir ce chaud prince d’origine allemande qui, à leurs yeux, n’a pas voix au chapitre. C’est mal de connaître Philip, dont l’humeur vagabonde ne correspond pas très bien au zèle des gardiens de sa nouvelle prison dorée. Puis il entre en guerre avec toute cette clique à plumes, qui finit par accepter certains compromis, comme avoir son prince lui-même au téléphone ou porter sa valise. Une révolution! En vérité, Philip est en train d’essayer d’exister du mieux qu’il peut. Il ne supporte pas d’aller trois pas derrière sa femme et d’être exclu des affaires du Royaume.

La première crise – et finalement la dernière – survient lorsqu’il essaie d’utiliser le nom de Mountbatten pour désigner celui de Windsor. couronnement, comme son oncle ambitieux semble. La reine mère est indignée, Churchill entre et convainc Elizabeth de ne rien faire. Pour Philip, c’est la castration ultime. Il a eu la leçon et joue désormais le rôle du danseur de salon qui lui est imposé sur la photo officielle. Non sans remplir son rôle de chef drone en donnant à la couronne trois fils (Charles, Andrew, Edward) et une fille (Anne): l’Angleterre n’a pas tant demandé à ce prince germanique, qui a progressivement conquis son cœur de Fan.

Mais la reine sent que son mari bouillonne à l’intérieur. Elle a l’intelligence de lui confier régulièrement certaines missions, par exemple l’administration des domaines royaux de Balmoral, en Écosse ou de Sandringham à Norfolk. Le prince Philip prend son rôle à cœur, tendant le bulldozer à creuser lui-même une piscine d’eau, redessinant les jardins, vendant des produits de la ferme … On le voit conduire un taxi londonien équipé d’un moteur à essence ou encore peindre avec des oiseaux recueillir ses grandes passions . Il conseille la reine sur sa diction, traite de l’écologie bien avant l’heure, soutient l’éducation des jeunes, a prononcé plus de 5000 discours depuis son adhésion et sponsorisé pas moins de 800 associations différentes. Toujours le premier à se lever, toujours sur le pont, parfois au détriment de ses enfants, qui le lui reprochent.

Philip est solitaire et secret depuis l’enfance et est très vite devenu un père miné par l’exil et une mère qui était un congé psychologiquement fragile. Il n’a pas toujours été en mesure de transmettre l’affection qu’il n’avait pas connue dans sa jeunesse. Parfois, il règle les différends familiaux avec sa rigueur habituelle lorsqu’il demande à son fils Charles de s’expliquer à Diana car il est fatigué de la presse assiégeant Buckingham. Il envoie ensuite un message à son fils aîné, âgé de 34 ans, qui finit par céder et à ce moment-là est incapable de s’imposer au royaume de Camilla. Philip tente plus tard maladroitement de réparer le couple princier en entamant une correspondance avec sa belle-fille. Les lettres qu’il a signées «Avec toute mon affection, Pa» seront infructueuses. À la mort de la princesse de Galles, il mènera le cortège funèbre à pied derrière le cercueil du défunt et escortera ses petits-enfants en deuil jusqu’à l’abbaye de Westminster, théâtre des joies et du drame du royaume.

Il y a eu quelques coups dans le contrat avec le Reine? Certains suggèrent que Philip a toujours aimé les belles femmes – il avait le béguin pour une jeune actrice hollywoodienne, Cobina Wright, avant d’épouser Elizabeth. Mais aucun scandale majeur n’a terni la solide histoire du couple royal. Cela n’empêche pas quelques tempêtes de passer … Dans les années 1950, les journalistes s’étonnaient de voir un jour le prince Philip sortir en courant du chalet princier, bombardé par une raquette de tennis et une paire de chaussures. « Puis la reine est apparue », a déclaré Loch Townsend, le journaliste australien, et lui a ordonné de se retourner. Elizabeth le ramène rapidement à l’intérieur alors qu’elle claque la porte. Quelques minutes plus tard, la jeune femme vient en personne pour remercier les journalistes de ne pas avoir filmé cette scène: « Je suis désolée pour cette courte pause, mais comme vous le savez probablement, il se passe quelque chose comme ça dans chaque mariage *. » « 

En fait, Philip était vraiment attaché à la reine, qui l’a toujours vu comme un véritable partenaire. Elizabeth II. Elle s’est toujours sentie plus comme une femme qu’un souverain à ses côtés, plus comme une personne normale qu’un emblème. Son mari était après tout le seul qui pouvait lui parler comme tout le monde, l’un des rares parents avec qui elle pouvait enfin – un peu – oublier son sacerdoce. « Je dois dire qu’au fil des ans, il a tout simplement été ma force et mon soutien était « , a-t-elle admis à l’occasion de son cinquantième anniversaire de mariage en 1997. Le règne d’une grande solitude commence pour Elizabeth II.

Quand j’ai dit qu’une balle enverrait l’article sous le tapis sur les petits coquins qui déjeunent dans des restrictions secrètes, c’est ici! Prince Phillip, paix à son âme, sauve ta journée … Comme parfois …

Le prince Philip et Elizabeth sont devenus duc et duchesse d’Édimbourg après leur mariage en 1947, et Charles est né assez rapidement en novembre 1948.
Elisabeth II est montée en 1952 après la mort de son père Georg VI. Le trône.
À tel point qu’il y avait deux reines mères et une nouvelle reine à leurs funérailles!
Sa carrière maritime lui a permis de décoller sous les pressions du système monarchique pendant ses «jeunes années» (20 ans et 30 ans). Il s’est ensuite consacré à l’environnement, au climat et à bien d’autres raisons pour lesquelles il est devenu « Patron ». par plusieurs organisations et associations que son fils Edward a repris au cours de la dernière décennie.
Dommage, il avait deux mois avant son 100e anniversaire car il est né le 10 juin 1921.

Lisez les articles dans la section Internationale,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: