World news – Les marchés ont à juste titre peur de l’inflation-PPE

0
52

PARIS, 30 mars (Reuters). La crainte sur les marchés d’une inflation galopante, qui obligerait les banques centrales à resserrer prématurément leur politique monétaire, semble justifiée. Le scénario privilégié par la Réserve fédérale devrait rencontrer plusieurs obstacles, selon l’Union des banques privées (UBP).

La banque centrale américaine a décidé de minimiser le risque d’inflation, de relativiser la hausse des rendements des emprunts d’Etat et dans la recherche du plein emploi, qui est désormais leur objectif premier de maintenir une politique accommodante.

Cette attitude pourrait devenir inconfortable si l’inflation s’ancre en permanence au-dessus de son objectif d’augmentation annuelle des prix de 2%, argumente Patrice Gautry, chef économiste « La peur des marchés est en partie justifiée car, contrairement à l’évaluation de la Fed, l’inflation pourrait ne pas baisser comme prévu après l’accélération des effets de base avec la reprise des prix de l’énergie », a-t-il déclaré à Reuters.

« Dans le scénario de la Fed, l’inflation globale pourrait atteindre 3% au cours des premiers mois du deuxième trimestre avant wi L’un ou l’autre coule. Ce que la Fed ne dit pas, c’est que l’inflation pourrait baisser non pas à 1,5% mais à 2%, voire au-dessus. « 

Les banques centrales, affirme-t-il, réduisent l’impact attendu sur les prix de la hausse des coûts des entreprises, de la reprise de la demande et de l’inflation salariale que le retour au plein emploi entraînera, en particulier aux États-Unis. » / p> « Nous avons gagné ne pas être sur l’inflation avec 6% comme en 2005 ou même 3%, mais contrairement aux années précédentes, où l’inflation était bien inférieure à 2%, on pourrait avoir une inflation qui est en permanence au-dessus de 2%, ou même au-dessus de 2,5%. « , dit-il. » Dans un tel scénario, la Fed serait obligée de changer sa rhétorique. « 

La Fed parie sur l’acceptation d’une certaine surchauffe de l’économie et la hausse des prix et des taux d’intérêt sans anticiper une forte croissance qui est stimulé par la politique budgétaire, poursuit-il.

« Ce pari ne peut être gagné que si la productivité augmente et si les efforts budgétaires débouchent sur des investissements réels, pas seulement pour soutenir l’action », a-t-il déclaré.

croissance en septembre, l’inflation restant un peu au-dessus de 2% et le chômage en baisse encore. « 

Les marchés ont donc raison de croire que la Fed pourrait devoir changer d’attitude, estime l’économiste, qui ne souscrit pas aux scénarios selon laquelle l’organisme émetteur pourrait relever ses taux d’intérêt dès l’année prochaine. Il prône l’hypothèse d’un retrait progressif («tapering») de l’Unt un soutien apporté par l’achat d’actifs.

« Si la Fed se trompe sur son scénario et tient sa promesse d’avertir les marchés en temps utile d’un changement de stratégie, elle acceptera le besoin de rentrée scolaire annoncer qu’il introduira un cône d’ici 2022, a-t-il déclaré. La hausse des taux, en revanche, ne devrait pas avoir lieu avant la mi-2023. « 

Selon Patrice Gautry, la situation est différente pour la Banque centrale européenne. Étant donné que l’inflation est contenue et une reprise probablement moins vigoureuse, l’institution de Francfort pourrait revoir à la hausse son programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP). </ p De son côté, la BCE prévoit d'intervenir de manière plus importante pour contrer la hausse des taux d'intérêt à long terme aux États-Unis, ce qui pourrait la conduire à utiliser l'intégralité du montant du PEPP ou même de l'augmenter en sachant que les perspectives d'inflation sont constamment inférieures aux siennes et que les membres du Conseil des gouverneurs ne sont nullement unanimes. "dit-il.

ACTIA GROUP: La visibilité chez Actia reste limitée

BILENDI: Bilendi a bien résisté en 2020 et réaffirme ses objectifs

PIXIUM VISION: Nouvelles données d’efficacité pour la vision bionique de Pixium, en hausse de plus de 20% en bourse

WEDIA: Wedia a répondu aux attentes en 2020

KORIAN: La récente acquisition de Korian a du sens

DOSSIER: Semaine de l’éducation financière: ne vous inquiétez plus!

FICHIER: Escale prolongée mais début garanti pour les aéroports ADP

DOSSIER: Ces entreprises françaises améliorent leur performance extra-financière

DOSSIER: Une vie à travers les écrans entre les deux

DOSSIER: Comment choisir sa banque … et la changer

Ref: https://investir.lesechos.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

Vidéo du jour: