World news – Viol suspect à Sciences-Po Toulouse: « Des mesures de protection ont été prises »

0

l’essentiel
Le directeur de l’IEP Toulouse (Sciences-Po) Olivier Brossard a tenu une conférence de presse urgente ce mardi 9 février, à la suite des révélations sur les réseaux sociaux d’un étudiant qui se prétend victime de viol en 2018. «Une enquête judiciaire est en cours», assure le directeur.

Avez-vous été surpris d’apprendre les faits que cette étudiante rapporte sur les réseaux sociaux depuis lundi, affirmant avoir été violée par l’un de ses camarades lors d’une soirée d’intégration fin 2018?

Olivier Brossard: Non, ce n’était pas une surprise car je suis le cas depuis la mi-novembre. Au départ, seules des informations indirectes étaient disponibles sans connaître le nom de la victime ou de l’auteur présumé. J’ai immédiatement fait rapport au procureur conformément aux recommandations de l’article 40. L’enquête judiciaire a commencé immédiatement. Je ne savais absolument rien avant la mi-novembre 2020. Depuis, j’ai assumé ma responsabilité, appliqué les règles, il y a une enquête interne, j’ai informé nos supérieurs, j’ai parlé au procureur pour savoir quel comportement je devrais adopter. Nous avons essayé de contacter la victime qui a initialement refusé. On l’a entendu parler de sa santé, on sait qu’elle était prise en charge par une association. Nous essayons de créer une relation de confiance pour qu’elle se rapproche de nous, notre cellule.

Lisez aussi:
#SciencesPigs: des étudiants dénoncent le viol et les agressions sexuelles dans les instituts d’études politiques

Fin décembre, avant Noël, la victime m’a rendu visite personnellement. Nous lui avons demandé de nous donner le nom de l’auteur présumé afin que nous puissions agir. Des mesures de protection ont été déclenchées aujourd’hui. L’une des mesures de protection est, en particulier, l’interdiction que l’agresseur présumé se présente en classe. Les faits datent de septembre 2018. Chaque année, les étudiants organisent des événements pour les nouvelles actions soutenues par les plus âgés. Je ne sais pas o it c’est arrivé. Ce n’était pas a priori dans les locaux de l’IEP de Toulouse, va établir l’enquête. Pour l’instant, je ne peux pas dire si les élèves sont de la même classe.

La recherche actuelle nous en dira plus, mais rien ne m’est revenu jusqu’à présent. L’information provenait d’un employé qui a découvert que la victime parlait sur les réseaux sociaux. Aucune autre victime ou autre auteur présumé à ce stade. Mais je commence à m’inquiéter sérieusement de ce qui se passe dans les « critères sportifs » entre les IEP. Les managers sont consternés par ce qui se passe depuis de nombreuses années. Je constate que les promesses n’ont pas été suivies des faits concernant le contrôle de ces festivals par les organisateurs, les associations. Cependant, ils signent chaque année une charte de bonne conduite pour que les combats d’alcool ne se passent pas mal.

Pour le moment, l’image de l’école ne nous concerne pas. Maintenant, nous nous devons de nous assurer que cela ne se reproduira plus. Nous devons également protéger les victimes afin de les soulager. Des travaux sont en cours pour que les victimes se sentent en sécurité. Nous travaillons avec des ressources limitées. Même si notre service des violences sexuelles et discriminatoires, créé en 2018, est fonctionnel.

Il ne surprendra personne !! Toutes ces écoles pour fils et filles de …… viol et autres existent … mais chut …. il n’y a rien à dire ….. !!! ça marcherait ……

Attention aux fausses déclarations. Laisser l’enquête se poursuivre sans prendre position
Hormis la dénonciation du viol, il n’y a rien à dire sur cette affaire.

Ref: https://www.ladepeche.fr

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour: