Tragédie de Batibo: une ONG exige une enquête internationale

0

Ce jeudi 11 février 2021, alors que le Cameroun tout entier est en train de célébrer la jeunesse, l’opinion publique nationale et internationale a été choquée par une image montrant un civil en larmes, tenant dans ses bras un enfant calciné, qui vraisemblablement a trouvé la mort dans un incendie.

Cette tragédie qui a eu lieu à Batibo, département de la Momo, région du Nord-Ouest rappelle celle de Ngarbuh, survenue il y a bientôt un an, où plusieurs enfants avaient été tués puis incendiés dans des maisons de fortune ou encore la tragédie à la Mother Franscica School à Kumba, dans la région du Sud Ouest, le 24 octobre 2020, où 7 enfants avaient été tués dans leurs salles de classe par des groupes armés.

Qui sont ceux qui, dans l’armée, au sein des institutions de l’Etat, dans l’administration, au sein de la société civile, ont ordonné, supervisé cet incendie dévastateur d’hier à Batibo?

Le massacre d’inoffensifs enfants, de femmes , etc…constitue un crime contre l’humanité qui mérite d’être traité comme tel.

De tout ce qui précède

Cameroon We Can est très inquiet de la situation des exactions qui continuent à accroître dans ces régions de conflits ;

– Condamne avec la dernière énergie ces crimes et massacres, dont la mise en œuvre s’écrit avec des caractères de sang, qui s’exécutent de façon barbare dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-ouest depuis 2016.

-Exige la mise sur pied rapide d’une Commission d’enquête internationale, de préférence pilotée par l’ONU ou l’UA, sur cet autre drame de Batibo afin que les responsables soient traduits devant les juridictions compétentes et sévèrement punis.

Réitère avec urgence, une recommandation d’un dialogue national inclusif en mettant une fois de plus en garde, les auteurs de ces crimes crapuleux dans les régions du NOSO.

L’Ong Cameroon We Can exprime ses condoléances à la famille de l’enfant calciné et sa solidarité avec les populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest victimes depuis quatre ans d’affrontements violents entre les groupes séparatistes armés et l’armée camerounaise.

La cellule de communication de Cameroon We Can

Fait à Montréal, le 12 février 2021

ref: camer

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: