Politique : Voici enfin le décryptage du discours de Maurice Kamto à Bafoussam

0

EXIT BAFOUSSAM !!!!!

Décryptage du discours de Maurice Kamto à l’aune de la restitution de cinq moments dominants(Première partie constituée de deux moments)

I. Nouvelle ère politique pour les nouveaux responsables élus dans la fédération régionale du Mrc de l’Ouest

Dans son adresse de 40mn hier à Bafoussam, le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun(Mrc), en permanente interactivité avec ses camarades militants, a, de prime abord, fustigé la posture des aventuriers ayant tenté, en fin juillet 2022, de bâtir des chimères pour semer la division dans les rangs du parti. Pour Maurice Kamto, cette catégorie de militants espérait dérouter les camarades de parti sur la base du mesnsonge, mais ils ont été, tous, débusqués et disqualifiés par le comité national de médiation et d’arbitrage(Cnma), structure ayant régulé le processus électoral de ces échéances internes. A cause des pratiques déviantes de « ces militants aux desseins inavouables », qualificatif attribué par M.Kamto, le leader national du Mrc exhorte les amis politiques de la région de l’Ouest à « une vigilance accrue et de tous les instants ».

M. Kamto s’adresse, dans la même veine, aux militants, dont les listes de candidature ont été rejetées aux récentes échéances électorales et leur tend la main pour leur engagement et leur loyauté. Aux nouveaux responsables élus de la fédération régionale de l’Ouest, le président national du Mrc demande d’être des rassembleurs tant « une famille divisée court, inévitablement, à sa perte », clame-t-il. Aux militants déçus pour avoir perdu le scrutin, M. Kamto dit: « Le Mrc n’appartient pas à ceux qui ont gagné et qui seront, d’ailleurs, jugés quant aux résultats de leur travail sur le terrain. Ceux qui, parce qu’ils seraient déçus, essaient de mettre le feu à la maison, y compris en allant chercher des appuis extérieurs au parti, ne peuvent pas nous faire croire que c’est parce qu’ils aiment trop cette maison qu’ils veulent la réduire en cendres ». L’homme politique ajoute que ceux qui aiment vraiment le Mrc n’œuvreront jamais à sa destruction. « On ne sert pas son parti seulement en occupant, par tous les moyens et à tous les prix, tel ou tel poste que l’on convoite, on le sert efficacement partout où le devoir vous appelle, partout où on l’on peut être utile », explique M. Kamto.

La figure de proue du Mrc saisit donc cette occasion opportune pour rappeler que occuper tel ou tel poste au sein d’un organe de base du parti ne donne pas automatiquement le droit d’être candidat du parti à telle ou à telle élection étatique. Il fait savoir aux uns et aux autres que les investitures se feront par des instances désignées à cette fin par le parti en fonction de la capacité des militants à ramener la victoire puisque quels que soient ceux qui gagneront, c’est le parti tout entier et chacun de ces militants qui auront gagné in fine.

QUITTEZ BAFOUSSAM !!!!!

Décryptage du discours de Maurice Kamto à la lumière de la restitution des cinq moments dominants (Première partie composée de deux moments)

I. Nouvelle ère politique pour les nouveaux élus de l’association régionale de la Mrc de l’Ouest

Dans son allocution de 40 minutes hier à Bafoussam, le président national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), en échange constant avec ses compagnons d’armes, a fustigé au premier regard l’attitude des aventuriers qui, à la fin de juillet 2022, a tenté de construire des chimères, de semer la division dans les rangs du parti. Pour Maurice Kamto, cette catégorie de militants espérait confondre les camarades du parti avec des mensonges, mais ils ont tous été débusqués et disqualifiés par la Commission nationale de conciliation et d’arbitrage (Cnma), une structure qui régissait le processus électoral. En raison des pratiques déviantes de « ces militants aux arrière-pensées », mise en garde attribuée par M. Kamto, le leader national du Mrc exhorte les amis politiques de la région de l’Ouest à une « vigilance accrue et en tout temps ».

M. Kamto tend également la main aux militants dont les listes de candidats ont été rejetées lors des récentes élections et leur serre la main pour leur dévouement et leur loyauté. Aux nouveaux élus de l’Association régionale de l’Ouest, le président national du Mrc leur demande d’être rassembleurs, car « une famille divisée finit inévitablement par finir », proclame-t-il. Parmi les militants qui ont été déçus d’avoir perdu l’élection, M. Kamto a déclaré: « Le mrc n’appartient pas à ceux qui ont gagné et qui seront également jugés par les résultats de leur travail sur le terrain seront déçus d’essayer de mettre le feu à la maison même en cherchant des soutiens extérieurs au parti, ne peuvent pas nous faire croire qu’ils aiment trop cette maison parce qu’ils veulent la brûler ». L’homme politique ajoute que ceux qui aiment vraiment le Mrc ne travailleront jamais à sa destruction. servez votre parti en occupant par tous les moyens et à tout prix le poste et la position que vous désirez, vous le servez efficacement partout où le devoir vous appelle, partout où vous êtes utile », déclare Kamto.
Le fleuron du Mrc en profite donc pour rappeler que pourvoir tel ou tel poste au sein d’un organe de base du parti ne donne pas automatiquement au parti le droit de se présenter à tel ou tel scrutin départemental. Il fait savoir à tous que les nominations sont faites par des instances désignées par le parti à cet effet en fonction de la capacité des militants à ramener la victoire, car celui qui gagne, c’est tout le parti et chacun de ces militants qui gagne a la fin.
2. La Mrc est devenue un patrimoine national une décennie plus tard et la Renaissance s’est transformée en un socle de valeurs fondamentales.

Maurice Kamto affirme que la formation politique dont il préside la fortune depuis août 2012 est désormais « l’héritière de tous ses combattants, en fait elle est devenue bien plus que cela : c’est désormais une héritière politique nationale ». Et pour cause : beaucoup de Camerounais l’auraient bien compris, explique l’homme politique : « La renaissance pour laquelle nous nous sacrifions les uns les autres, c’est la renaissance nationale comme vérité, justice, droiture, fraternité républicaine et solidarité, qui, comme il l’explique, valeurs dans la construction d’une nation unie, forte et prospère » a été la décision de boycotter les élections générales et locales couplées en 2020. L’homme politique réitère que cette décision était opportune et avantageuse. Par ailleurs, il avance que c’est parce que le Mrc a évité ce piège que lui tendaient les partisans du régime, notant que ces derniers sont devenus amers contre cette formation politique de l’opposition camerounaise. « Sinon, Kamto se demande comment un parti polissique, à qui nous avons laissé de la place pour ranger tous les sièges, peut être celui qui fustige chaque jour notre « petit parti » pour ne pas participer à cette mascarade électorale ? Comme le feraient nos braves gens. dire : « Pourquoi le Mrc porte son pantalon et ça sert le Rdpc ? », demande encore le chef national du Mrc avec un brin de dérision. Sur le terrain, des applaudissements tonitruants accompagnés des rires sarcastiques de la foule hétéroclite qui regardait le Site de l’Eglise Evangélique du Cameroun (EEC).

M. Kamto note de même que depuis 2020 le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) n’a pas digéré la pilule du boycott que le Mrc lui a ordonné de faire. D’où l’acharnement continu qui tue non seulement M. Kamto, mais encore plus ses dirigeants, ses militants et sympathisants, dont 101 sont toujours détenus dans les crèches crasseuses des geôles camerounaises. Kamto a même envoyé un message de consolation à Alain Fogue Tedom, le trésorier national du parti, à Olivier Bibou Nissack, son porte-parole, à Pascal Zamboue, le secrétaire national en charge du développement du parti, ainsi qu’à Salomon Beas, militant, etc. , qui depuis toujours en prison au 22 septembre 2020.
« Je veux qu’ils sachent que je pense personnellement à chacun d’eux chaque jour et qu’ensemble nous continuerons à les soutenir et à lutter pour la justice. » L’homme politique note également qu’en raison de ces circonstances, les opposants basés au parti au pouvoir tentent à chaque pour s’infiltrer dans les rangs du Mrc et tenter de réveiller des sans foi et sans loi qui émeutes en tous sens, menaces et insultes. Face aux insultes dont M. Kamto est accusé au quotidien, l’avocat répond : « J’endurerai toutes les insultes comme j’en ai subi depuis les dix ans que notre parti existe. Mais je ne laisserai pas Mrc être détruit en plein jour sans rien faire ».

ref: camerounweb

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire