Affaire Congelcam : le cœur de l’histoire du poisson saisi à Obala et à Monatélé. a été détruit

0

Devant une station-service au cœur d’Obala le 31 mars 2022, plus de 30 marchands alignent leurs comptoirs d’épices. Nous sommes exactement à l’agence 1 de Freecam.

Elisabeth Melingui, est l’une des commerçantes qui s’est installée depuis quatre ans devant ce grand bâtiment commercial pour proposer ses produits, des épices, pour accompagner les ménages achetant du poisson. Mais depuis une semaine, la dame se plaint de la baisse drastique de ses revenus quotidiens. Le bureau a été temporairement fermé et ne pouvait pas fonctionner sans que les responsables soient arrêtés et placés en garde à vue. Ils ont été placés en garde à vue après la saisie par la Délégation Départementale de l’Elevage, de la Pêche et des Industries Animales de cinq tonnes de poissons « abîmés ». Une situation embarrassante pour les commerçants et ménagères après un différend entre les responsables de cette société de négoce et les autorités du département de la Lékié : « Je ne peux plus vendre d’épices normalement car la poissonnerie est fermée. Nous prions Dieu que ce bureau ouvre à nouveau ses portes bientôt car l’activité ne tourne plus, je ne peux plus nourrir mes enfants normalement. Avant la fermeture de l’agence, je vendais des épices en moyenne 20 000 FCfa par jour et actuellement je ne peux même plus vendre 5 000 FCfa », raconte le commerçant. La véranda de l’agence Congelcam a été transformée en aire de jeux pour certains enfants. Les vitrines de ce grand magasin offrent une vue aisée sur l’intérieur.

Plus de 20 congélateurs sont hermétiquement fermés.

En cette période marquée par la vie chère, trouver du poisson à Obala n’est pas chose aisée depuis le 25 mars 2022 : « Les trois magasins Congelcam sont fermés et cette situation nous porte préjudice à nous les femmes au foyer. Aujourd’hui j’ai acheté un kilo de maquereau pour 1700Fcfa dans une poissonnerie, alors que j’ai acheté ce maquereau pour le prix de 1400Fcfa. †
L’agence N°1 n’est pas loin de la station service. C’est dans ce magasin qu’une équipe conduite par le Délégué Départemental de l’Elevage, de la Pêche et des Industries Animales a débarqué le 23 mars dernier avec une équipe de jeunes pour procéder à la saisie d’une grande quantité de Poissons. La délégation départementale de l’Elevage, de la Pêche et des Industries animales parle de cinq tonnes de poissons « abîmés » qui ont été saisis conformément à la réglementation en vigueur. Une femme au foyer s’est réunie vendredi devant l’agence 3 de Congelcam et explique que cette saisie visait à éviter que la population de la ville ne soit exposée à la consommation de produits de mauvaise qualité.

Une affirmation rejetée par Fabrice Wembe, le chef du bureau de Congelcam 1, qui a déclaré : « J’étais dans mon bureau quand j’ai vu le député arriver dans mon bureau avec les caïds et les journalistes. Ces personnes sont immédiatement entrées dans la chambre froide et ont commencé à retirer les caisses de poisson. Je n’étais pas au courant de la descendance du sous-ministre dans nos différentes agences. J’ai été surpris de la voir venir comme ça. Le poisson saisi n’a pas été endommagé. Chaque jour dans nos agences nous recevons le responsable du Centre Vétérinaire ou son personnel. Ces agents communaux déchargent tous les camions de ravitaillement arrivant sur leur territoire et contrôlent la qualité du poisson dans les entrepôts frigorifiques et ceux dans le congélateur. Ces derniers jours, le vétérinaire du district n’a pas commenté la « mauvaise qualité de nos poissons ».

Le patron de l’agence Congelcam regrette que les agents du ministère de l’Elevage, de la Pêche et des Industries Animales affirment que le poisson détruit a été saisi dans la commune de Batchenga, toujours dans le département de la Lékié, et que Congelcam n’a pas d’agence à cet endroit : « La quantité de poisson offerte lors de la destruction est faible par rapport aux cinq tonnes de poisson saisies. Lorsque la saisie a eu lieu sur nos trois sites, le camion était plein de caisses de poisson, mais ce véhicule était quasiment vide lors de la phase de destruction », ajoute le responsable du site.

A la délégation départementale de l’élevage, de la pêche et des industries animales, un directeur du département des services vétérinaires a expliqué que la cargaison à Monatélé avait été détruite parce que la mairie d’Obala ne leur avait pas donné d’emplacement pour la destruction. Concernant les images du député départemental en train de récolter des fonds dans une agence Congelcam, notre source précise : « Ces images sont bien celles du député. Elle devrait obtenir un dossier juvénile dans son bureau. Mais lorsque ce jeune homme est arrivé à Monatélé pour rencontrer le député, Madame lui a dit qu’elle était plutôt à Obala. Le jeune homme est retourné à Obala pour remettre le dossier au député. L’argent en question était destiné à l’achat des timbres appartenant au dossier. †
Marthe Mebounou, déléguée départementale à l’Elevage, à la Pêche et aux Industries animales, n’a pas souhaité poursuivre l’entretien téléphonique du 1er avril 2022 lorsque cette question d’image vidéo a surgi.

Prince Nguimbos / 237online.com

#Affaire #Congelcam #cœur #lhistoire #poisson #saisi #Obala #Monatélé #été #détruit

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire