Au Cameroun, les investissements des entreprises publiques ont diminué de 67,4% en 2019, malgré une augmentation des besoins

0

(Investir au Cameroun) – Au cours de l’exercice 2019, les investissements des 44 entreprises publiques camerounaises ont culminé à seulement 130 milliards de FCFA, selon un document officiel annexé à la loi de finances de l’Etat 2021 du Cameroun. Le même document montre que ces investissements ont diminué de 67,4% sur un an, contre les 400 milliards de FCFA investis par les mêmes entreprises publiques en 2018.

« Il est à noter que cette baisse est le résultat de la baisse des investissements dans le secteur secondaire, et notamment dans le sous-secteur de l’eau et de l’énergie, où ils sont passés de 240 milliards de FCFA à 50 milliards de FCFA. Entre 2018 et 2019, le document ci-dessus souligne.

Paradoxe

Paradoxalement cependant, le même document révèle que le secteur secondaire, et surtout les sous-secteurs de l’industrie, de l’eau et de l’énergie, sont les secteurs qui nécessitent le plus d’investissement, en raison du degré élevé de vieillissement de leur appareil de production, dont le pourcentage est de 61,3 %. , contre seulement 26,5% dans le secteur primaire et 43,8% dans le secteur tertiaire. Force est de constater qu’en 2019 les entreprises publiques camerounaises ont choisi de réduire les investissements dans les filières qui en ont le plus besoin.

Or, ce paradoxe est abordé dans la circulaire du Président de la République relative à la préparation du budget de l’Etat pour l’année 2022, dans laquelle le chef de l’Etat prescrit un barème de priorité pour le redressement des entreprises publiques.  » La priorité doit être donnée à ceux dont l’amélioration de l’outil de production permettra de rétablir l’équilibre financier, et donc les activités contribuent à la mise en œuvre du SND 30 (la stratégie de développement du pays pour la décennie 2020-2030, NDLR) », dit Paul Biya.

Pour rappel, le Stratégie nationale de développement du pays pour la décennie 2020-2030 énergie retenue; services financiers; industrie agro-alimentaire; numérique ; les secteurs forestiers, textile-habillement-cuir, mines-métallurgie-sidérurgie, hydrocarbures-pétrochimie-raffinage, chimie-pharmacie ; le bâtiment et les services, comme secteurs prioritaires pour atteindre les objectifs de développement visés par le gouvernement pour la période 2020-2030.

problème structurel

Par ailleurs, malgré les réglementations du chef de l’Etat susmentionnées, la question des investissements des entreprises publiques est un problème structurel. Dans son rapport 2019 sur les entreprises publiques, la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR) indique que les états financiers des entreprises publiques au Cameroun révèlent généralement des coûts de fonctionnement excessifs.

Selon la même source, les seuls frais de personnel dans 90 % des entreprises publiques s’élèvent à plus de 30 % de leur chiffre d’affaires annuel. Dans certains cas, poursuit le CTR, ces charges sont  » au-dessus de 70%»Du chiffre d’affaires, tout« Ne laissez aucune marge de manœuvre pour un fonctionnement optimal», en vue du financement des investissements et du remboursement de la dette dont l’enveloppe était officiellement estimée à 922 milliards de FCFA fin 2020.

Brice R. Mbodiam

A lire aussi :

09-02-2021 – Réhabilitation d’entreprises et d’établissements publics : Paul Biya fixe de nouvelles orientations

07-04-2021 – Inférieure à 2019, la dette publique du Cameroun estimée à 922 milliards de FCFA à fin 2020

.

#Cameroun #les #investissements #des #entreprises #publiques #ont #diminué #malgré #une #augmentation #des #besoins

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.