Autoroute Yaoundé-Nsimalen : le paysage ouvert ouvert à la circulation

0

Après 7 ans de travaux, cette section a été inaugurée le 5 janvier 2022 par la Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Célestine Ketcha Courtes.

Depuis le 5 janvier 2022, conformément aux directives du chef de l’Etat Paul Biya et en lien avec la Coupe d’Afrique 2021, la section ouverte de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen est ouverte à la circulation. Du coup, les automobilistes et délégations sportives étrangères arrivant au pays de Samuel Eto’o peuvent apprécier cette nouvelle infrastructure moderne qui a littéralement changé le visage de la ville de Yaoundé. Cette nouvelle donne impose de nouvelles habitudes et de nouveaux comportements de mobilité urbaine.

A cet effet, en prélude à cet événement, la Ministre du Logement et de l’Urbanisme, Célestine Ketcha Courtès, a lancé une vaste campagne de sensibilisation et de mobilisation des citoyens de la population avoisinante, notamment ceux des villages Ahala du 3e arrondissement. des préfectures du Mfoundi et du Ngoulemekong dans le district de Bikok, à Mefou et Akono.

Les riverains doivent donc savoir que l’autoroute est une voie à grande vitesse réservée uniquement à la circulation des automobilistes. Car selon certaines statistiques, près de 1450 personnes traversent illégalement cette autoroute, créant d’énormes dangers. Et pourtant les passages au-dessus de la structure sont bien réservés à la population. Le projet d’autoroute Yaoundé-Nsimalen est divisé en deux phases : une section en terrain découvert de près de 12 km et une section urbaine prévue d’une longueur similaire.

Alors que la fin des travaux était auparavant prévue pour décembre 2021, il faut dire que la pandémie de Covid-19 a contribué à retarder les livraisons de certains équipements commandés à l’étranger. Les travaux de cette phase ont démarré le 13 octobre 2014 pour une durée de 48 mois. Mais ils ont eu deux prolongations de 12 (du 13 octobre 2018 au 12 octobre 2019) et de 14,5 mois (du 13 octobre 2019 au 31 décembre 2020) en raison des nombreuses difficultés.

De la part de China First Highway Engineering, il y a eu un retard de travaux dû à des retards dans la libération des emprises et surtout dans le paiement des factures. Pour la phase 2 (136 km), le Ministère des Travaux Publics (Mintp) estime le coût total des travaux à 812,8 milliards de FCFA (hors taxes).

Dans le détail, un montant de 690,6 milliards de FCFA sera alloué pour le tronçon autoroutier et 74,3 milliards pour les bretelles. Le contrôle et l’indemnisation sont évalués respectivement à 36,7 milliards de FCFA et 11,2 milliards de FCFA.

La réception technique de ces 60 premiers km est en cours tandis que sont réalisés les travaux des voies reliant ce tronçon d’autoroute au réseau routier de Yaoundé (Carrefour entrée Cité verte – carrefour MEEC – Nkolbisson – Minkameos – PK0) et à la route. Les N°3 au niveau de Boumnyebel ne sont pas terminés. Par ailleurs, les infrastructures fonctionnelles (péage, postes de pesée, aires de repos et de services et bande d’arrêt d’urgence) ne sont pas encore construites et le contrat de concession pour l’exploitation de cette partie de l’autoroute n’est pas encore signé. Le consortium français Sogea-SatomVinci/Razel-Fayat, le portugais Mota Engil Engenharia Construcao Africa et le consortium chinois SinohydroPCRB-SDHS sont en compétition pour cette deuxième phase de l’autoroute.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: