Home Economique La révolution de l’aviculture : en route vers la transformation
Economique

La révolution de l’aviculture : en route vers la transformation

Le Salon International de l'Aviculture de Yaoundé met en lumière la nécessité de la transformation des produits avicoles au Cameroun. Malgré les défis financiers, le secteur avicole continue de croître, soutenu par le gouvernement. Abattoirs industriels, investissements, grippe aviaire, viande bovine. Aviculture, transformation, Cameroun, Savi, Ipavic, élevage, grippe aviaire, viande bovine, abattoirs, investissements, gouvernement, production animale, statistiques, dynamique.

Le Salon International de l’Aviculture de Yaoundé (SAVI) 2024 : vers une transformation de l’aviculture camerounaise

Une nécessité de transformation

L’édition 2024 du Salon International de l’Aviculture de Yaoundé (SAVI) s’est ouverte le 23 avril au Palais des Congrès. Jusqu’au 25 avril, les participants à cette rencontre organisée par l’Association Interprofessionnelle de l’Aviculture du Cameroun (Ipavic) travailleront sur le thème : « L’aviculture camerounaise, en route vers la transformation ». « Compte tenu du niveau atteint par le secteur de la volaille, il nous a semblé nécessaire de nous concentrer sur la transformation », explique François Djonou, le président d’Ipavic.

La nécessité de transformer les produits avicoles au Cameroun a déjà été abordée lors de la première édition du SAVI, en 2014. « Nous sommes confrontés au problème de la commercialisation des poulets vivants, qui constitue un frein au développement de la filière. Nous devons passer à la phase de transformation », déplore Jean Paul Fouda Ottou, alors secrétaire permanent d’Ipavic.

D’autres problèmes à résoudre

Cependant, après observation, l’argument du manque de financement des investissements dans la transformation du poulet doit être nuancé. En 2011, la Société camerounaise de produits avicoles (SPAC) a construit un abattoir de poulets d’une valeur de 5 milliards de FCFA à Bafang (Haut-Nkam), dans la région de l’Ouest, avec le soutien financier de l’État. Mais quelques mois seulement après l’inauguration, l’entreprise a fait faillite en raison de coûts de production élevés, selon l’explication donnée aux délégués par le ministre des Finances, Louis Paul Motazé en novembre 2022.

Cette réalité, qui rend l’abattage, la découpe, la transformation et le conditionnement des poulets bien plus coûteux que les poulets vivants, semble être un frein aux investissements dans les filières d’abattage par exemple. Autrement on ne comprendrait pas que le groupe Noutchoguoing, leader de l’aviculture au Cameroun et en Afrique centrale, qui a multiplié ces dernières années des investissements colossaux dans la production avicole, évite soigneusement le secteur de la transformation.

Une dynamique positive dans le secteur avicole camerounais

Malgré les épidémies successives de grippe aviaire qui ont frappé le Cameroun au cours de la dernière décennie, le secteur avicole camerounais s’est toujours redressé, avec le soutien du gouvernement. Cela ressort clairement des données de l’Institut national de la statistique (INS). La production de poulets de chair au Cameroun a augmenté de 18 % sur un an en 2021. Dans le détail, le montant était de 52 600 tonnes au 31 décembre 2021, contre seulement 44 400 tonnes un an plus tôt.

Cette dynamique observée dans le secteur avicole camerounais en a fait le 2e le fournisseur de viande du pays au cours de la période considérée, avec 19% des quantités totales. Cependant, l’aviculture est loin derrière le secteur de la viande bovine, qui a fourni au Cameroun 46 % (125 000 tonnes) de viande rien qu’en 2021.

Mot de la rédaction:
Le secteur avicole au Cameroun est en pleine évolution, mais la question de la transformation reste un défi majeur à relever. Malgré les investissements colossaux dans la production avicole, la transformation des produits avicoles semble être un frein important. Il est crucial de trouver des solutions pour encourager et soutenir la transformation de l’aviculture camerounaise afin de garantir son développement durable.

L’équipe de rédaction de Cameroon Magazine.

Cameroon Magazine: N°1 sur l

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LIRE AUSSI ...

Engagement audacieux de BGFIBank Cameroun pour les jeunes entrepreneurs

BGFIBank Cameroun s'engage avec Fogajeune pour soutenir les jeunes entrepreneurs. Accords de...

La révolution numérique de la presse grâce à Mtn Cameroon

Mtn Cameroon soutient la transformation digitale de la presse avec la Fédération...

Défis de financement pour les startups climatiques en Afrique

Les startups climatiques en Afrique peinent à accéder aux fonds malgré une...

[quads id=1]