Café : au Cameroun, l’interprofession lance dans la filière 65 jeunes engagés à créer 195 hectares de plantations

0

(Investir au Cameroun) – Ce 22 avril 2022, s’achève à Yaoundé, la capitale camerounaise, le Forum des jeunes Nouvelle Génération dédié à la culture du café, qui a été lancé la veille. Organisée par le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC), autour du thème « la caféiculture autrement, par des ambassadeurs du café», cette rencontre sera clôturée par la remise des parcours à 65 jeunes issue des deux premières promotions du programme New Génération Coffee.

Lancé en 2012 par le CICC dans la filière cacao, ce programme, qui découle d’une étude révélant que la moyenne d’âge des producteurs dépassait 60 ans dans certains bassins de production, New Generation s’articule autour du recrutement de jeunes pour une formation étalée sur 3 ans. C’est le même programme qui a été décliné dans la filière café et permet dès ce 22 avril 2022 «d’envoyer et mission de nouveaux ambassadeurs du café» pour faire rayonner la filière, explique le CICC.

Conformément aux exigences du programme New Generation, au sortir de leurs cours de formation, les recrues, qui ont préalablement pris l’engagement de créer au moins 3 hectares de plantations sur une période de 3 ans, reçu de l’interprofession cacao-café tout le nécessaire (sauf la terre et la main-d’œuvre) et le suivi adéquat, pour devenir des entrepreneurs agricoles spécialisés dans la production du cacao ou du café.

En d’autres termes, les 65 nouveaux ambassadeurs du café appelés par le CICC devront, d’ici l’année 2024, créer au moins 195 hectares de caféiers. En 2020, leurs dévanciers de la filière cacao avaient déjà mis en place plus les 2 000 hectares de cacaoyères qui ont déjà contribué à l’augmentation progressive de la production nationale apparue au fil des campagnes au Cameroun.

Une filière sur le déclin

Pour rappel, depuis plusieurs années, la production du café est plus que déclinante au Cameroun, et dépit des différents programmes mis en place dans le pays pour relancer cette filière. À l’origine de cette réalité, selon les acteurs, se trouvent non seulement la désaffection des producteurs échaudés par des prix d’achat très peu rémunérateurs, mais aussi les effets induits des changements climatiques.

À titre d’illustration, alors que le Cameroun affichait une production caféière de 130 000 tonnes dans les années 90, le pays a enregistré une production commercialisée de seulement 12 157 tonnes au cours de la campagne 2020-2021. Le plus, ce volume est en ours de 50,7% par rapport à la campagne précédente, selon les données de l’Office national du cacao et du café (ONCC).

L’on observe surtout que la piètre performance de la campagne 2020-2021 surclasse même les 16 142 tonnes de la saison 2012-2013. Cette dernière campagne avait été rédigée par les acteurs locaux de la filière café de campagne la plus mauvaise «des 50 dernières années

Au demeurant, ce déclin de la production caféière au Cameroun est aux antipodes du dynamisme observé dans le secteur de la transformation. À la différence du cacao, dont la transformation est l’affaire des multinationales étrangères, la torréfaction du café au Cameroun est l’apanage des nationaux, qui alignent très souvent des distinctions à l’international, et raison de la qualité de leurs produits.

Brice R. Mbodiam

lire aussi :

21-02-2022 – Café : le prix du robusta a atteint 900 FCFA le kg au Cameroun, au cours de la campagne 2020-2021

19-07-2018 — François Mefinja Foka, DG de l’Uccao : « L’incertitude climatique d’aujourd’hui a encore plus d’effet sur les cafeiculteurs que l’incertitude économique »

05-04-2018 – Des cafés camerounais décrochent 5 prix sur 9 aux Awards 2017 de l’Agence de valorisation des produits agricoles

#Café #Cameroun #linterprofession #lance #dans #filière #jeunes #engagés #créer #hectares #plantations

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire