Cameroun : Paul Biya mène une guerre brutale contre la BEAC

0

• L’information a été rapportée par le collègue d’affaires au Cameroun

• Le torchon brûle entre le Cameroun et la BEAC

• Ce sont les raisons de cette guerre

Ce n’est plus la grande affaire entre le Cameroun et la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC). Le point de discorde reste la nomination d’un manager de transition au Cameroun.

Le Cameroun a exprimé son désaccord avec la BEAC dans une note. « J’ai pris connaissance de votre décision (…) du 6 janvier 2022 sur l’intérim du directeur national de la BEAC pour le Cameroun. Sans interférer ni ignorer vos prérogatives, et dans le plein respect des hautes directives que nous avons reçues des autorités camerounaises, nous avons souhaité une prolongation supplémentaire, pour une durée d’un an, des activités de Monsieur Blaise Eugène Nsom. (…) J’ai également l’honneur, dans l’intérêt général de la BEAC, du Cameroun et de notre sous-région, de vous inviter à trouver une position commune… ». On peut lire dans la note envoyée par le ministre chargé de l’économie, Louis Paul Motazé, ministre des finances du Cameroun, à Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC et rapportée par le confrère Invest in Cameroon.

Par cette correspondance, l’autorité monétaire du Cameroun s’oppose à la nomination par le gouverneur de la BEAC de deux cadres camerounais pour exercer les fonctions de directeur national par intérim de la banque centrale.

« Après le départ à la retraite du Directeur National pour le Cameroun, son intérim sera assuré par Monsieur Zogo Nkada Achille, 1er Adjoint du Directeur National en charge de la Direction des Etudes Bancaires et du Contrôle, et Monsieur Asafor Cho Emmanuel, 2ème Adjoint du Directeur National. Cet intérim, qui prend effet au 1er février 2022, prendra fin avec l’entrée en fonction du nouveau directeur national », lit-on dans la décision signée par le gouverneur de la BEAC le 6 janvier 2022, poursuit Business in Cameroon

« De leur côté, les autorités camerounaises apprécient les qualités professionnelles et humaines de Monsieur Blaise Eugène Nsom. Sa coopération et ses contributions à l’élaboration des réformes des finances publiques, notamment dans le cadre des programmes économiques et financiers mis en œuvre avec le Fonds monétaire international (FMI), sont essentielles. À cet égard, il a toujours fait preuve de proactivité et de rapidité dans le traitement des dossiers qui lui sont confiés. Dans ce contexte, il nous semble essentiel de prendre le temps nécessaire pour évaluer les options de remplacement en temps opportun. C’est pourquoi, m’inspirant des précédents dans notre sous-région, pour des postes équivalents, je vous propose de reconsidérer votre décision concernant la situation administrative de M. Blaise Eugène Nsom », écrit le ministre Motazé.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire