Centrale hydroélectrique de Nachtigal : taux de réalisation de 51,7%

0

C’est l’information la plus importante qui ressort de la visite du ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, à la centrale hydroélectrique de Nachtigal le 20 décembre 2021.

Accompagné pour l’occasion des directeurs techniques principaux de son département ministériel, et des directeurs généraux d’EDC, SNATREL, ARSEL, NHPC et ENEO, le ministre Eloundou Essomba a pris connaissance de l’avancement des travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal, avec la ligne de transport d’électricité de 50 km entièrement achevée et la station d’interconnexion entre RIS et RIN en construction.

Dès son arrivée sur le site de Ndokoua, vers 9 heures du matin, Gaston Eloundou Essomba a été accueilli par le directeur général de Nachtigal Hydropower Company (Nhpc), Vincent Leroux, pour la présentation effective des travaux déjà réalisés sur le site et éventuellement de les difficultés rencontrées sur le terrain. La concertation qui a suivi entre la délégation ministérielle et l’équipe de projet conduite par NHPC, en présence des autorités administratives et communales des départements de la Lékié, de la Haute-Sanaga et du Mbam et Kim, impliquées dans le projet, a permis de précise que ce chantier, qui a démarré le 1er février 2019, avec un effectif permanent de 3 176 salariés, a pour l’instant enregistré une progression globale de 51,7%. Cela représente 52 % de l’exécution sur le terrain du génie civil, 48,2 % sur le terrain électromécanique, 99,8 % sur le terrain de la ligne de transport et 86,6 % sur le terrain d’exploitation proposé. La construction de la ligne de transmission électrique de 225 000 volts de 50 km de long entre le site de Nachtigal et le poste de transformation de Nyom II est en voie d’achèvement. La centrale hydroélectrique de Nachtigal comprend un barrage avec arrivée d’eau et déversoir, une centrale à pied de 4,5 MW, une section de béton laminé de 1380 mètres de long, un canal d’alimentation de 3,3 km de long et enfin une usine de production équipée de 7 60 turbines. total de 420 MW.

A son achèvement, prévu en 2024, le barrage de Nachtigal devra donc fournir 420 Mw d’électricité, soit 30% de la consommation totale du Cameroun, avec des retombées socio-économiques importantes et variées, sans émission de CO2 par kWh. A travers ce barrage futuriste de 420 MW, le Cameroun vise à stabiliser son approvisionnement en énergie électrique, à partir de la construction d’un point d’interconnexion à Nachtigal, entre les réseaux interconnectés Nord et Sud, pour pallier les pénuries d’énergie dans les régions du Nord, causées par la baisse des précipitations, notamment sur la rivière Benoué, au barrage de Lagdo. Une vraie niche d’opportunités pour le développement des industries locales. En effet, selon le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba : « Il s’agit en fait du plus grand projet énergétique au Cameroun, depuis l’indépendance, qui est sous la houlette du chef de l’Etat Paul Biya. Au terme de cette visite sur le site de Nachtigal, nous sommes assez satisfaits du niveau et de l’avancement des travaux réalisés par NHPC. C’est pourquoi nous avons formulé des recommandations fermées pour le strict respect des délais de livraison prévus en juillet 2024 ».

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire