Commerce interafricain : le Cameroun exporte ses premières cargaisons de thé vers le Ghana sous le régime de Zlecaf

0

(Investir au Cameroun) – Le 19 octobre 2022, la douane camerounaise a délivré deux certificats d’origine dans la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) aux entreprises agroalimentaires Cameroon Tea Estate et Ndawara Tea Estate, en vue de l’exportation du thé camerounais expéditions vers le Ghana. Par fret aérien, ces sociétés, contrôlées par le roi du thé, Baba Danpulo, un multimilliardaire également présent à la table ronde de la Sodecoton, et l’opérateur de téléphonie mobile Nextell, ont chacun acheminé 38,6 kg de thé camerounais vers ce pays. au tarif Zlecaf avantageux.

A la conquête du marché africain libéralisé, avec un potentiel estimé à 1,3 milliard de consommateurs, Cameroon Tea Setate et Ndawara Tea Estate marchent dans les pas de Gic Afatex. Cette PME est la toute première entreprise camerounaise à exporter des marchandises (safou et ananas séché, gingembre) au tarif préférentiel de Zlecaf. La douane lui a délivré le tout premier certificat d’origine à cet effet le 6 octobre 2022. Cela a fait du Cameroun l’un des pionniers dans la mise en œuvre de la Zlecaf, qui est officiellement entrée en vigueur en janvier 2021. – Un commerce africain encore trop faible. Pourtant, nous apprenons que l’Afrique a le 2 . este plus grande zone économique du monde, derrière la Chine.

Pour que le continent noir puisse un jour suivre les traces commerciales de l’Empire du Milieu, le 6 octobre, parmi les 44 pays africains ayant formellement ratifié l’Accord de libre-échange continental (Zlecaf), sept États (Cameroun, Ghana, Rwanda, Kenya , Maurice, Égypte et Tanzanie) ont décidé d’ouvrir des échanges préférentiels sur les produits pour lesquels les règles d’origine ont déjà été fermées (presque tous les produits à l’exception du sucre, des produits du secteur textile-habillement et de l’industrie automobile).

Au Cameroun, ces produits sont classés en trois catégories. La « catégorie A » comprend les produits importés qui feront l’objet d’une libéralisation rapide. Il comprend 90,01% des lignes tarifaires, soit 5 255 produits. Ce groupe de produits sera démantelé sur une période de 10 ans selon une approche dite linéaire afin d’arriver à un droit nul. La « catégorie B » comprend les produits sensibles (produits localement). Il comprend 6,99% de lignes tarifaires, soit un total de 408 produits que le pays libéralisera en 13 ans, avec un moratoire de 5 ans.

Les produits exclus de la libéralisation forment la « catégorie C », avec 175 produits, soit une part de 2,99% des lignes tarifaires. Dans ce dernier groupe, nous trouvons des produits tels que la farine de blé, la farine de maïs, l’huile de palme brute, l’huile de palme raffinée, les sucres, les chewing-gums, les bonbons, les pâtes, les jus de fruits, les ciments portland, les ciments colles, les défrisants, les savons et les gels douche, les profilés en aluminium. , etc.

Brice R. Mbodiam

A lire aussi :

07-10-2022 – Zlecaf : le Cameroun lance un tarif préférentiel d’exportation de marchandises vers le Ghana

#Commerce #interafricain #Cameroun #exporte #ses #premières #cargaisons #thé #vers #Ghana #sous #régime #Zlecaf

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire