Corridor Douala-Ndjamena : 39 postes de contrôle irréguliers dénombres du côté du Cameroun

0

(Investir au Cameroun) – Dans une lettre adressée, le 6 avril, à son homologue en charge de l’Administration territoriale, le ministre de la Défense (Mindef), Joseph Beti Assomo, révèle que, suite à des dénonciations faisant état d’ une multitude de postes contrôlés sur le corridor Douala-Ndjamena, ses services ont mené des enquêtes.

Selon le Mindef, il a été répertorié, du côté du Cameroun, 66 postes de contrôle, dont 39 postes de contrôle irrégulier et 27 postes de contrôle mixtes réguliers. †Cette multiplicité des postes qui constitue un véritable calvaire pour les usagers de cet ax routier est souvent prescrite par certaines autorités administratives locales[sous-préfets, préfets, gouverneurs]» affirme Joseph Beti Assomo.

Dans son courrier, le Mindef suggère donc à son collègue de l’Administration territoriale d’instruire les autorités administratives d’alléger significativement le nombre de postes de contrôle intermédiaires sur le corridor, avec institution des postes regroupant toutes les administrations entre Nrougaquées , Ngaoundéré- Bertoua, Yaoundé-Bertoua et Yaoundé-Douala.

Selon la Banque globale, le corridor Douala-Ndjamena, «concentré 35% du PIB de ces deux pays, et dessert 20% de la population du Tchad et 35% de celle du Cameroun† Mais les transporteurs se plaignent régulièrement des tracasseries policières subies par une multitude de postes de contrôle où ils sont obligés de payer des pots-de-vin lors de la distribution des marchandises. Et plus la multiplication des contrôles retarde le flux et la fluidité du transport des personnes et des biens du Cameroun vers le Tchad.

La situation est telle que dans son programme économique triennal (2021-2024) avec le Fonds monétaire international (FMI), le Cameroun s’est engagé à limiter les contrôles intermédiaires dans le transport des marchandises en transit et à simplifier les formalités administratives et procédures pour le commerce transfrontalier. Et en plus, un Observatoire régional des pratiques anormales sur les principaux corridors de l’Afrique Centrale (OPA-AC) a même vu le 11 novembre 2021 à Yaoundé. Sa mission : «collecter et analyser les données de transport permettant d’observer, d’analyser et de diffuser, les pratiques anormales le long des couloirs routiers, afin de sensibiliser les principaux acteurs et les décideurs, dans le mais d’éliminer ultérieurement ces pratiques normales

Sylvain Andzongo

lire aussi :

21-03-2022-Programmé avec le FMI : le Cameroun s’engage à limiter les contrôles dans le transport des marchandises en transit

15-11-2021-Cemac : un observatoire pour combattre les tracasseries sur les corridors sous-régionaux voit le jour

#Corridor #DoualaNdjamena #postes #contrôle #irréguliers #dénombres #côté #Cameroun

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire