Crise inflationniste : les concertations entre l’État et le patronat biaisés par l’opacité des entreprises (expert)

0

(Investir au Cameroun) – Depuis plusieurs semaines, des concertations ont été engagées entre le gouvernement et les opérateurs économiques en vue de trouver des solutions pour amortir la crise inflationniste en cours, due à la relance de l’économie après conflit entre l’Ukraine et la Russie. Mais pour l’expert-comptable camerounais, David François Nyeck, un préalable à la bonne tenue de ces assises a été occulté. Il s’agit de la transparence dans les comptes des entreprises.

Dans une tribune libre qu’il vient de publier, l’expert-comptable estime que ce sont les comptes certifiés des entreprises qui doivent servir de base fiable aux discussions entre les autorités et les milieux d’affaires. †Sans comptes fiables, il n’y a aucune possibilité d’avoir le juste prix de vente. Sans comptes fiables, aucun dialogue avec les pouvoirs publics ne peut être débarrassé de soupçons», soutient-il.

En effet, lors d’une réunion, tenue le 18 mars 2022, avec le gouvernement, le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) a mis en exergue les surcoûts produits par la situation actuelle. Mais en l’absence des comptes des entreprises, il est impossible de voir comment cela impacte leurs marches. De meme, il est difficile de savoir, si les entreprises, qui menacent de ne plus approvisionner le marché au second semestre 2022 en l’absence d’un accompagnement de l’État, ont elles-mêmes fait des efforts en nécessitent certains de leurs frais non essentiels.

Pour David François Nyeck, ce culte de l’opacité, qui est pourtant contre-productif pour les entreprises, est même culturel au Cameroun. †Demandez à nos hommes d’affaires pourquoi ils ont des problèmes avec les financements de leurs entreprises. Ils vous diront tout sauf l’essentiel, à savoir : une vie phagocytée par la peur, la peur de dire avec transparence ce que l’on fait parce qu’ils vivent le paradoxe du contribuable imaginaire. L’État risque de me prendre tout, alors que ce tout provient de quelqu’un d’autre (le consommateur) dont l’État attend aussi sa part», affirme l’expert qui opère dans le milieu des affaires depuis 42 ans.

La situation est telle que le guichet disponible pour le financement des entreprises à la Bourse des valeurs à Douala (Bvmac) reste peu sollicité. preuve : selon les données disponibles, seulement trois entreprises dites au Cameroun sont inscrites en bourse. Il s’agit des sociétés suivantes : SEMC (succursale Castel), Socapalm (succursale Socfin), Safacam (succursale Socfin). Les entreprises camerounaises sont donc totalement absentes.

Sylvain Andzongo

#Crise #inflationniste #les #concertations #entre #lÉtat #patronat #biaisés #par #lopacité #des #entreprises #expert

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire