CRTV : Charles Ndongo prépare un licenciement collectif violent

0

• CRTV est sur le point de se produire

• Le PDG veut licencier une partie du personnel

• Un cabinet d’expertise comptable a été recruté

Depuis plusieurs mois, les employés de la CRTV qui ont appris la nouvelle ont perdu le sommeil. Le directeur général de la télévision publique a engagé un cabinet comptable pour élaborer un plan de réduction des effectifs. Les médias ne conquièrent plus de nouveaux marchés publicitaires alors que les recrutements se poursuivent. Le cabinet de Jacques Atangana retenu pour l’opération devrait recevoir une enveloppe de 70 millions de FCA. Pendant huit mois, il attend les instructions de Charles Ndongo pour commencer sa mission.

«Avec 2 000 salariés, dont 384 postes de responsabilité (entre directeurs centraux et chefs de service), la CRTV, dirigée par l’ancien journaliste politique Charles Ndongo, tente de faire ses adieux à certains de ses salariés. La direction estime que la masse salariale de l’entreprise est devenue trop élevée. Or, l’Etat n’est plus en mesure de supporter financièrement les charges du groupe public, la licence audiovisuelle et les recettes publicitaires sont devenues squelettiques en raison de la crise économique », rapporte le journal français Afrique Intelligence.

Plusieurs salariés de la chaîne mère se retrouveront bientôt au chômage. Cette situation laisse certains camerounais indifférents. Ils jugent les performances de la télévision publique médiocres.

« Arrêtons, je ne suis pas payé pour leur transmettre des idées. Mais j’ai le sentiment que dans notre contexte actuel de journalistes sportifs positivement affirmés, nous ne pouvons pas nous permettre de subir l’aiguillon d’une médiocrité perpétuée et perpétuée. Serge Pensy, Marc Chouamo, Douglas Demba, Edith Giscard Nono, Juliana Tada sont des talents venus chez RSI sous ma direction d’information et qui sont aujourd’hui des références dans la profession.

Ils méritent, sous un encadrement ultra-professionnel, de faire ressortir le meilleur de nos commentaires de compétition et d’animer des panélistes de haut niveau, compte tenu de leur carnet d’adresses désormais étendu. Chassez par pitié les vampires et les gens médiocres qui nous donnent des regrets footballistiques de chercher ailleurs les bons sentiments. Y en a marre », a écrit le journaliste Célestin Biaké Difana à propos de la diffusion de la 33e édition de la CAN.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire