Économie numérique : 230 millions d’emplois offerts en Afrique subsaharienne d’ici 2030

0

En témoigne la quatrième édition de la Campagne des compétences numériques au Cameroun, qui se tiendra à Yaoundé du 29 juin au 1er juillet 2022.

L’objectif est de renforcer les capacités des jeunes pour le travail et l’entrepreneuriat à l’ère numérique.
La cérémonie d’ouverture du quatrième forum numérique a eu lieu le 29 juin 2022 à Yaoundé. L’événement, co-organisé par l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (ANTIC) et la firme Microsoft sous le thème, Employabilité des jeunes et entrepreneuriat à l’ère numérique », compte tenu de la participation d’innovateurs dans le domaine des TIC ; entrées; grands experts de l’industrie.

Le directeur d’Antic, Ebot Ebot Enaw, a déclaré que : « Ce séminaire se veut une plateforme ouverte aux experts et jeunes innovateurs pour discuter de l’emploi, de l’auto-emploi et des opportunités d’affaires liées aux technologies de l’information et de la communication »† En effet, a-t-il souligné : Une étude récente menée par la Banque mondiale estime que d’ici 2030, 230 millions d’emplois numériques seront proposés en Afrique subsaharienne. Une autre étude menée par le Forum économique mondial indique qu’une augmentation de 10% du niveau de transformation numérique d’un pays entraînerait une augmentation de 0,75% du PIB par habitant et une baisse du chômage de 1,02%.

300 milliards de dollars disponibles en 2030

La population n’a pas encore pleinement compris les avantages de la transformation numérique. Selon le professeur Roger Atsa Etoundi, directeur de l’information au Minesup, les recherches montrent que d’ici 2030, 300 milliards de dollars seront disponibles grâce à la transformation numérique. « Avec le numérique, 40 % des emplois actuels disparaîtront d’ici 10 ans et de nouveaux emplois seront créés. (…) Nous vivons la quatrième révolution industrielle. Tout le monde devrait trouver un emploi dans le monde numérique en fonction de ses compétences et de ses capacités. »il a révélé.

Au cours de ce séminaire de 3 jours, les jeunes futurs stratuppers reçoivent de leurs conseillers des outils pour identifier les problèmes de société auxquels ils sont confrontés. « Le but est de leur faire comprendre que la taille du marché compte. Identifier le problème et proposer une solution adéquate à ce problème est encore plus important. Mais surtout, les outils dont ils ont besoin au quotidien qui leur permettront de comprendre ou d’en déduire rapidement le business model qu’ils appliqueront à leur projet d’entreprise », explique Cédric Yanou, Formateur. Pour Merveille Assena Bolo, une jeune startup de Suptic, c’est un sentiment d’accomplissement. Elle et ses collègues ont appris de nouvelles choses en matière de renforcement des capacités, telles que la conception graphique et le marketing numérique.

Francine Atangana / 237online.com

#Économie #numérique #millions #demplois #offerts #Afrique #subsaharienne #dici

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire