Entreprises publiques : le Cameroun met en place un mécanisme pour améliorer la publication des données financières

0

(Investir au Cameroun) – Avec le soutien de la Banque mondiale, le Cameroun veut mettre en place le système des « Initiatives à résultats rapides » (IRR) pour obliger les entreprises publiques à produire, transmettre et publier des données financières fiables.

Le Projet d’Amélioration de l’Efficacité de la Dépense Publique et du Système Statique (PEPS), qui est piloté par le Ministère de l’Economie et financé par la Banque Mondiale au coût de 17,38 milliards de FCFA, vient de lancer un appel publié intéressant pour recruter des consultants qui va mettre en place « IRR » dans 14 entreprises pilotes au Cameroun, dont les identités n’ont pas encore été dévoilées. Les soumissionnaires doivent soumettre leur candidature avant la mi-septembre 2022.

La mise en place des TRI intervient dans un contexte où la tutelle des entreprises publiques, des établissements publics et des collectivités territoriales décentralisées n’est pas correctement assurée pour éviter les risques budgétaires que leur gestion pourrait engendrer pour l’administration, indique le PEPS. Et selon une étude menée par la Banque mondiale en 2018, la structure institutionnelle de surveillance et de contrôle des entreprises publiques au Cameroun est fragmentée avec un grand nombre d’institutions aux mandats qui se chevauchent.

Ainsi, explique le PEPS, le dispositif IRR vise à corriger les carences des institutions chargées de surveiller et de contrôler ces entreprises. Car selon la Banque mondiale, il n’existe actuellement aucune base de données contenant des informations financières sur les sociétés cotées au Cameroun. Pire, il n’y a pas d’échange d’informations entre les institutions de contrôle. De plus, les sociétés cotées publient plus ou moins leurs données financières et de performance.

Les causes du problème

Selon la Banque mondiale, les retards dans la production des données financières par les entreprises publiques au Cameroun sont principalement causés par l’absence d’un système approprié ; manque d’équipement et de personnel adéquats; la non-appropriation de la fonction comptable par les managers sociaux ; le retard dans la planification du personnel ; non-respect des obligations d’information, de diligence, de loyauté et de responsabilité des administrateurs ; le manque de manuels de procédures ; l’absence de calendrier et la tenue des réunions des organes consultatifs, etc.

La faible production d’états financiers certifiés est due au souci de maintenir la confidentialité des informations produites ; délais de publication courts et difficultés d’agrégation des données.

Quant au non-respect des délais d’envoi des pièces pour les audiences et de publication de la situation financière, il est dû au manque de transparence entourant certaines opérations extrabudgétaires réalisées pour le compte de l’Etat ; les opérations de certaines entreprises publiques stratégiques qui gèrent également des participations dans lesquelles elles ont l’initiative de décision et qu’elles réalisent ; le refus de certaines entreprises publiques de communiquer les comptes annuels à la surveillance financière ; les pratiques de compensation des dettes et créances réciproques dont l’issue n’est pas conforme aux règles de la comptabilité publique, etc.

Sylvain Andzongo

#Entreprises #publiques #Cameroun #met #place #mécanisme #pour #améliorer #publication #des #données #financières

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire