Face aux ravages de la cybercriminalité, le Cameroun veut rétablir son dispositif de répression

0

(Investir au Cameroun) – L’Assemblée nationale camerounaise est appelée à se prononcer sur un projet de loi autorisant le président de la République à ratifier la convention de Budapest sur la cybercriminalité, signée en novembre 2001. D’après l’exposé des motifs de ce projet de loi défendu le 25 mars 2022 par la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng (photo), la ratification de cette convention permettra au Cameroun de s’arrimer aux normes internationales en matière de lutte contre la cybercriminalité.

Concrètement, et plus le permettre au Cameroun » le revoir et de mettre à niveau (sa) loi sur la cybercriminalité pour définir davantage les actes de cybercriminalité et les identifier, afin que les juges soient mieux outils pour les sanctionner », la convention de Budapest permettra au pays de «bénéficier d’un échange d’expérience et d’un accompagnement des grands hébergeurs » dans la traque des cybercriminels, explique la ministre Libom Li Likeng.« Vous voyez, s’il y a un problème (actuellement), Google, Amazon, Facebook… ne pouvez pas coopérer pour nous donner des informations », fait remarquer ce membre du gouvernement

Pour rappel, selon l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic), la cybercriminalité a réduit des pertes Financières de 12,2 milliards de FCFA à l’économie camerounaise en 2021. Ce qui représente le double des pertes signalées par l’Antic pour le compte de l’année 2019.

Dans le détail, les pertes financières dues aux intrusions dans les systèmes informatiques des administrations publiques et privées se chiffrent à 2,5 milliards de FCFA. Les pertes Financières dues au Scamming (email dont l’objectif est d’abuser de la confiance du destinataire pour obtenir de l’argent) et phishing (technique utilisée par des fraudeurs pour obtenir des renseignements personnels dans le but de perpétrer d’une usurpation identité) s’établit à 6 milliards de FCFA.

Quant aux pertes Financières dues au skimming, elles s’établissent à 3,7 milliards de FCFA. Le skimming est une escroquerie reposant sur le détournement des informations de cartes bancaires d’un consommateur, pendant qu’il utilise un distributeur automatique qui a été préalablement piégé par les cybercriminels.

GRE

lire aussi :

07-03-2022 – Au Cameroun, la cybercriminalité fait perdre 12,2 milliards de FCFA à l’économie en 2021 (Antic)

#Face #aux #ravages #cybercriminalité #Cameroun #veut #rétablir #son #dispositif #répression

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire