La Beac suspend le refus de transferts de devises au Cameroun pour défaut de paiement, après des pressions

0

(Investir au Cameroun) –  » Suspension de la mesure de refus de transfert en cas de non-apurement C’est l’objet d’un échange de lettres adressé le 23 juin par Blaise Eugène Nsom, le directeur national de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), aux directeurs généraux des banques du Cameroun.

« J’ai l’honneur de vous informer qu’à partir de ce jour, le lot sera réservé à une demande d’autorisation de transfert, pour le compte d’un client, ne dépend plus de l’effacement des fichiers antérieurs. De plus, toutes les demandes de virement répondant aux conditions habituelles d’accès aux devises de la Banque Centrale, y compris celles précédemment rejetées pour non-compensation, doivent être envoyées à la Beac via eTransfer, avec des ordres de virement datant de moins de 15 jours. », écrit Blaise Eugène Nsom.

Cependant, selon le responsable, la Beac va engager des procédures de sanctions à l’encontre des banques et des acteurs de marché pour non-effacement des fichiers de virement financés sur la période de 2019 à mars 2021, conformément à la réglementation des changes applicable.

Concrètement, explique-t-il, les banques domiciliaires n’ayant pas transmis les dossiers d’agrément figurant dans les listes mises à leur disposition, ou les copies des lettres de mise en demeure adressées à leurs clients, recevront des lettres d’observation.

Châtiment

« De même, les opérateurs économiques n’ayant pas totalement validé les dossiers d’importation recevront, sur relance de leur banque, par leur intermédiaire des lettres de constat de défaut et ultérieurement, le cas échéant, des relances de la Banque Centrale pour infliger les sanctions appropriées. » insiste M. Nsom.

S’agissant des dossiers de virement ayant donné lieu à règlement en devise étrangère à partir d’avril 2021, les règles de change s’appliqueront et le non-respect des délais légaux d’approbation de ces dossiers expose l’agent économique et l’établissement de crédit à la violation des prescriptions sanctions réglementaires, sans préjudice de l’interdiction faite à l’agent économique d’ordonner de nouveaux virements en devises étrangères en cas d’infractions répétées à la réglementation en vigueur.

Le dédouanement est ici défini par la Beac comme le regroupement des différents documents requis (facture définitive, note de frais, note de débit, déclaration en détail délivrée par la douane, récépissé de paiement des droits de douane liés à l’importation, document de transport, bordereau d’expédition, etc. .) à la clôture d’un dossier d’importation domicilié dans un établissement de crédit. Ceci avant de procéder à de nouvelles transactions qui nécessitent un transfert de devises à importer.

Après la Guinée équatoriale, c’est au tour du Cameroun de profiter des mesures d’assouplissement concernant le règlement des dossiers de transfert de devises. Cette décision jusqu’ici intransigeante de la Beac est le résultat de pressions patronales.

Sylvain Andzongo

A lire aussi :

25-05-2021-La Beac intransigeante sur les nouvelles règles monétaires, malgré le lobbying des patrons de la Cemac

18-05-2021-Cemac : les patrons demandent un report de six mois pour l’application de la réglementation des changes

19-04-2021-Le Gicam et les banques souhaitent un assouplissement des règles de change applicables à la Cemac

.

#Beac #suspend #refus #transferts #devises #Cameroun #pour #défaut #paiement #après #des #pressions

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire