La BVMAC est dans la dernière rangée d’une trentaine d’échanges en Afrique

0

(Investir au Cameroun) – Dans son rapport d’activité 2021, la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (Bvmac), le marché financier unifié des six pays de la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), admet qu’elle est l’une des la dernière des bourses africaines.  » Sur la trentaine de bourses du continent africain, Bvmac se situe en bas du classement », peut-on lire dans le reportage précité.

« Le continent se classe au premier rang par la capitalisation boursière avec les bourses de Johannesburg, en Afrique du Sud, au premier rang avec une capitalisation boursière de 1 005 milliards de dollars (environ 661 256 milliards de FCFA) ; la bourse nigériane en deuxième position avec 74,33 milliards de dollars (48,897 milliards de FCFA) ; La Bourse de Casablanca au Maroc se classe au troisième rang avec une capitalisation de 59,3 milliards de dollars (39 035 milliards de FCFA) ; la Bourse de Nairobi au Kenya avec 23 milliards de dollars (15 131 milliards de FCFA) ; les Bourses du Ghana et la BRVM avec une capitalisation de 10 milliards de dollars à fin 2021 (6,578 milliards de FCFA)spécifie le Bvmac.

Toutes ces capitalisations boursières, qui multiplient les budgets cumulés des différents États sur plusieurs années, sont encore hors de portée du marché financier unique d’Afrique centrale. Avec ses cinq lignes cotées en compartiment actions,« Au 31 décembre 2021, la capitalisation boursière flottante est(valeur financière totale des titres de la société cotée pouvant être achetés ou vendus en bourse, ndlr)de la Bvmac a augmenté de 16,89% passant de 30,970 milliards à fin 2020 à 36,201 milliards de FCFA en 2021. Quant à l’encours de la dette obligataire de la Bvmac, il a subi une variation de 25,04%, soit un montant de 650,126 milliards de FCFA à fin 2021 de 519 937 milliards de FCFA l’année précédente. Cette augmentation est justifiée par l’admission à la cote de quatre titres (…) pour un montant total de 417 FCFA, 392 milliards», peut-on lire dans le reportage.

Non-respect des engagements

Malgré cette embellie constatée à la Bourse sous-régionale de Douala, la capitale économique du Cameroun, le résultat obtenu reste non seulement moribond à l’échelle africaine, mais aussi loin des attentes des autorités communautaires, dans le cadre du plan de relance de la BVmac. La performance réalisée en 2021 est encore loin de l’objectif de capitalisation boursière minimale de 1 200 milliards de FCFA sur le compartiment actions et de 1 000 milliards de FCFA sur le compartiment obligataire, comme envisagé dans le plan d’action BVmac 2020.

La Bvmac elle-même admet que cette réalité trouve ses racines dans la dynamique exceptionnelle du marché des titres publics de la Beac. Connu pour être plus flexible et moins cher, ce marché a conquis pratiquement toutes les activités de collecte de fonds des États de la CEMAC ces dernières années. On peut également relever que les engagements pris par les Etats de la CEMAC dans le cadre du plan de revitalisation de la Bvmac ne sont pas respectés.

Bien que ces États aient décidé d’introduire en bourse des entreprises publiques depuis au moins 2 ans, seuls trois pays l’ont fait jusqu’à présent, pour un total de 10 entreprises, dont deux sont dans les starting-blocks. Toujours en attente des listes du Tchad, de la RCA et surtout du Cameroun, pays pourtant phare de l’économie de la zone CEMAC.

Brice R. Mbodiam

A lire aussi :

09-09-2022 – Marché financier : les actions de Socapalm, Safacam et La régionale stimulent les transactions (+77%) à la Bvmac en 2021

09-08-2022 – Cemac : le réassureur gabonais SCG Ré en passe de devenir la première compagnie d’assurance cotée à la BVMAC

#BVMAC #est #dans #dernière #rangée #dune #trentaine #déchanges #Afrique

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire