La Sodecoton interpellée sur son mode de recrutement et la gestion du personnel

0

(Investir au Cameroun) – Le mode de recrutement et la gestion du personnel de la Société de développement du coton (Sodecoton), mastodonte de l’agro-industrie dans le septentrion du Cameroun, préoccupent la présidence de la République.

La présidence de la République a été saisie de dénonciations mises en cause, la conduite, par les organes dirigeants de la Sodecoton, d’une politique des ressources humaines qui serait dommageable à l’unité nationale, à la stabilité et du climat à un retour durable à la performance au sein de cette entreprise», a indiqué le secrétaire général de la présidence de la République (SG-PR), Ferdinand Ngoh Ngoh, dans une correspondance adressée le 26 avril au directeur général de l’entreprise. †En attendant que la lumière soit faite sur ces récriminations, vous devrez bien veiller à ce que les recrutements et la gestion du personnel à la Sodecoton, respectent les exigences d’équilibre et de représentativité de toutes les composantes sociologiques de la nation», at-il poursuivi.

Cette correspondance de Ferdinand Ngoh Ngoh intervient dans un contexte où le DG de la société a procédé à plusieurs nominations et recrutements de personnels dont les noms et les consonances semblent renvoyés aux originaux uniquement des parties septentrionales du pays. En attendant la réaction de l’entreprise, Guibai Gatama, promoteur du mouvement « 10 millions de Nordistes » qui a défendu les intérêts des populations du septentrion, répond que globalement les chiffres à la Sodecoton sont les suivants : 140 cadres 11 originaires du Grand dont- sud ; 129 réalisateurs et assimilés, dont 22 du Grand-Nord.

Le plus, ajoute-t-il, la Sodecoton n’est particulièrement pas attractive pour de nombreux jeunes cadres originaires du Grand-Sud à cause d’un environnement climatique difficile et des salaires bas ; d’où leur faible représentativité dans cette entreprise. †Puisque le débat est enfin officiel, je vous invite tous, frères et sours, à faire le décompte dans les entreprises d’État ; danse l’espoir que l’équilibre régional que nous appelons de tous nos vœux soit enfin respecté», conclut-il.

Depuis 1982, le Cameroun applique une politique des quotas régionaux, baptisée « politique de l’équilibre régional ». Elle est autorisée par le décret présidentiel n° 82/407 du 7 septembre 1982 et l’arrêté n° 010467/MFP/DC du 4 octobre 1982 du ministre de la Fonction publique. Elle vise à assurer la participation de tous les originaires de toutes les régions aux affaires publiques. Mais, elle est souvent appliquée avec des pays et des experts comme le professeur Viviane Ondoua Biwolé demande sa révision.

Dès lors, l’appartenance à une ethnie ou à un groupe ethnorégional augmente ou diminue les chances d’accès à la fonction publique ou à des strapontins politiques.

Pour rappel, la Sodecoton est une unité agro-industrielle qui encadre plus les 200 000 producteurs de coton dans la partie septentrionale du Cameroun. Elle en est de ce fait son poumon économique. Elle est contrôlée à 59% par l’État du Cameroun, contre 30% pour le Français Geocoton et 11% par la SMIC (une entreprise locale) et produit de l’huile raffinée et des tourteaux pour les éleveurs.

SA

#Sodecoton #interpellée #sur #son #mode #recrutement #gestion #personnel

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire