Le cabinet britannique Moore Stephens sélectionné pour étudier un plan de viabilité de la Semry

0

(Investir au Cameroun) – C’est le cabinet d’audit britannique Moore Stephens qui va étudier un plan de viabilité de la Société d’expansion et de modernisation de la riziculture de Yagoua (Semry), premier producteur de riz installé dans le septentrion du Cameroun.

Cette information est contenue dans une note publiée ce 15 février par Martial Valéry Zang, président de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR) du Cameroun. Dans le détail, le cabinet a reçu un mandat de trois mois pour auditer le contrat-plan Etat-Semry et mener une étude pour la viabilité de cette entreprise publique en difficulté. Montant de la mission : 60,11 millions de FCFA.

Cette mission de Moore Stephens intervient dans un contexte où les usines de l’entreprise ont transformé seulement 1,84 % de la production en 2020, soit 1 349 846 tonnes de paddy et 789 375 tonnes de riz blanc. Pis, l’entreprise a produit seulement 3 304,36 tonnes en 2020 alors que, d’après la CTR, son potentiel de production est de 120 000 tonnes par an. Cette contre-performance, selon la Commission, s’explique par les délestages électriques qui transmettra le temps de fonctionnement des rizeries.

En outre, la valeur ajoutée, en forte dégradation, est quasi nulle en 2020 (7 632 684 FCFA) et ne permet pas de couvrir les charges de personnel qui se révèlent à 912 147 381 FCFA. En conséquence, le résultat net reste négatif (- 865 780 645 FCFA) en 2020, et chute de 182% par rapport à l’exercice précédent.

Ce résultat pourrait se justifier par le déficit structurel lié à la politique d’homologation du prix de la redevance à 50 % du coût de mise en valeur des parcelles, ce qui ne permet pas la couverture totale des charges d’exploitation demandées à 6 099 593 802 FCFA et 2020, contre 7 618 367 548 et 2019», relève la Commission dans son rapport 2020. Elle estime que l’État devrait à ce titre mobiliser une subvention d’équilibre au profit de la Semry, en contrepartie du coût des missions de services publics supporté par celle-ci.

La Semry affiche une dette essentiellement constituée de la dette fiscale (3 382 692 309 FCFA), de la dette sociale (350 402 895 FCFA), de la dette fournisseur (2 490 513 926 FCFA) et des autres dettes (524 697 016 FCFA ). Ce qui constitue un risque budgétaire pour l’État qui en est l’unique actionnaire, selon la CTR.

SA

#cabinet #britannique #Moore #Stephens #sélectionné #pour #étudier #plan #viabilité #Semry

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire