Le Cameroun veut mettre en place un système d’information pour suivre la gestion des marchés à bétail

0

(Investir au Cameroun) – Le Cameroun, avec le soutien de la Banque islamique de développement (BID), veut mettre en place un système d’information sur les marchés du bétail (SimMarket) en vue d’améliorer la transparence dans le fonctionnement desdits marchés, apprend-on d’un appel pour le recrutement d’un consultant pour les besoins du dossier, signé par Etienne Valère Oloungou Okounou, le coordinateur du projet.

Grâce à ce système d’information, le pays devrait disposer de la cartographie des marchés à bétail de la zone d’intervention du projet et des marchés à bétail terminaux de ses deux principales villes (Yaoundé et Douala). Cela permettrait d’identifier et de catégoriser les différents produits de ces marchés ; identifier les parties prenantes et les besoins d’information ; analyser l’offre et la demande de produits sur les marchés, etc.

En fonction des besoins des acteurs, il convient de prévoir le type d’informations à fournir par le SimMarket (masse d’animaux présentés sur le marché, nombre d’animaux vendus et prix par espèce et par catégorie, alimentation animale, etc.) ; le format de ces informations, les clients de ces informations, les zones à couvrir, les modalités de diffusion de ces informations, etc.

Par ailleurs, ce SimMarket, qui sera géré sous forme de partenariat public-privé (PPP), mettra en exergue une analyse du cadre institutionnel et réglementaire des marchés agricoles, des structures impliquées dans la production et la diffusion de l’information sur les marchés agricoles ( acteurs, interactions, forces et faiblesses, opportunités et menaces et stratégies). Les manifestations d’intérêt des candidats sont attendues pour le 17 août 2022 au plus tard.

Le Cameroun souhaite se doter d’un SimMarket dans un contexte où le pays connaît une baisse de la production de viande, selon les autorités. Selon le ministère chargé de l’industrie animale, le Cameroun a produit 296 552 tonnes de viande en 2019, contre 340 808 tonnes en 2018. Cela correspond à une baisse de 13% de la production sur un an, en raison du ralentissement de la filière avicole. Il arrive aussi qu’il y ait des pénuries dont on ne sache pas si elles sont réelles ou artificielles.

SA

#Cameroun #veut #mettre #place #système #dinformation #pour #suivre #gestion #des #marchés #bétail

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire