Le musée Horniman de Londres restitue des œuvres du XIXe siècle pillées au Nigeria

0

Le Horniman Museum de Londres l’a annoncé dimanche 7 août. Il s’apprête à restituer ces plaques de cuivre et autres artefacts pillés par les troupes britanniques en 1897 dans l’ancien royaume du Bénin, au sud de l’État d’Edo dans l’actuel Nigéria. Cette restitution relance le débat qui agite les institutions culturelles du monde entier, d’un côté les pays africains revendiquant leurs droits et de l’autre les musées occidentaux refusant de vider leurs collections.

Parmi les œuvres et objets figurent 12 plaques de cuivre, dites « bronzes du Bénin », ou objets d’apparat en ivoire et laiton, des objets usuels comme des éventails et des paniers, ainsi qu’une clé « du palais du roi ».

Une pagaie en bois sculpté, l'un des objets pillés par les soldats britanniques de Benin City en 1897, selon le Horniman Museum de Londres, et qui sera restituée au gouvernement nigérian.
Une pagaie en bois sculpté, l’un des objets pillés par les soldats britanniques de Benin City en 1897, selon le Horniman Museum de Londres, et qui sera restituée au gouvernement nigérian. via REUTERS – Musée et jardins Horniman

90 à 95 % du patrimoine artistique et culturel de l’Afrique se trouve en dehors du continent, dans des musées du monde entier. C’est le chiffre utilisé dans le rapport de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, commandé par le président français Emmanuel Macron en 2018.

Fin juillet, lors de sa tournée sur le continent, le chef de l’Etat s’est engagé à restituer au Bénin une nouvelle fois des œuvres qui avaient été pillées par la France au XIXe siècle. Des restitutions pas au goût de tous les musées occidentaux comme le British Museum à Londres ou le musée du Quai-Branly à Paris.

De nombreuses institutions culturelles des grandes villes ralentissent. Dans le doute, selon eux, le risque de voir leurs collections se vider si des remboursements sont effectués.

Un masque de poitrine, l'un des objets qui, selon le musée Horniman de Londres, a été pillé par des soldats britanniques de Benin City en 1897 et sera restitué au gouvernement nigérian, est représenté sur cette image non datée.
Un masque de poitrine, l’un des objets qui, selon le musée Horniman de Londres, a été pillé par des soldats britanniques de Benin City en 1897 et sera restitué au gouvernement nigérian, est représenté sur cette image non datée. via REUTERS – Musée et jardins Horniman

Mais un chiffre mérite d’être mentionné, selon Dan Hicks, conservateur du Pitt Rivers Museum et auteur d’un livre sur les « bronzes du Bénin » au Royaume-Uni intitulé « The Bruthish Museum ». Dans le cas des musées britanniques où est conservée une partie importante des « bronzes du Bénin », moins de 1 % de ces objets pris sous le colonialisme sont exposés.

Ils sont dans les réserves, sans être dans une banque de documentation. Certains sont enfermés dans des boîtes qui n’ont pas été ouvertes depuis plus d’un siècle.

Lire aussi : Bénin : les œuvres restituées par la France sont arrivées à Cotonou

#musée #Horniman #Londres #retours #pillés #oeuvres #19ème siècle #Nigeria

Le reportage selon lequel le Horniman Museum de Londres restitue des œuvres pillées du XIXe siècle au Nigeria est apparu en premier sur Cameroon Magazine.

#musée #Horniman #Londres #restitue #des #œuvres #XIXe #siècle #pillées #Nigeria

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire