Malgré le transfert de 20 MW de capacité supplémentaire, le nord du Cameroun grimace toujours

0

(Affaires au Cameroun) – Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Énergie, Gaston Eloundou Essomba, effectue une mission au nom du Premier ministre pour évaluer la situation de l’approvisionnement en électricité dans le nord du pays du 24 au 26 mars 2021 , a-t-il annoncé dans un communiqué officiel publié le 23 mars 2021.

Cette mission d’évaluation fait suite aux coupures d’électricité en cours dans cette partie du Cameroun, malgré l’opération de transfert de 20 MW supplémentaires de capacité vers cette partie du pays, décidée par le gouvernement en décembre 2020 pour alléger le sort de la population. .

En effet, malgré le démantèlement de 20 MW de la centrale d’Ahala (banlieue de Yaoundé, la capitale), puis leur installation effective à Garoua (12 MW) en janvier 2021, puis à Ngaoundéré (8 MW) en février 2021, la population de les régions du nord continuent de tâtonner l’Adamaoua et l’extrême nord dans l’obscurité. Au grand désagrément du confort et des activités économiques des résidents.

Comme prédit Investir au Camerounla panne d’électricité continue dans les régions du nord n’est pas surprenante, compte tenu du coût de l’opération. En effet, selon les experts, la consommation de carburant pour la livraison effective de ces 20 MW supplémentaires devrait coûter environ 2,2 milliards de FCFA chaque mois. Une dépense étouffante qui suggère de fréquentes interruptions de service.

A ces coûts exorbitants, difficiles à supporter compte tenu des tensions dans la trésorerie (utilisation régulière du marché monétaire pour l’émission de titres à court terme), il faut ajouter l’hydrologie de cette partie du Cameroun, qui a conduit à un drainage virtuel. du barrage de Lagdo, une infrastructure importante à partir de laquelle cette partie du pays est approvisionnée.

Face à ces deux réalités, le salut des régions du nord en termes d’approvisionnement électrique pourrait se trouver dans la construction du barrage de Bini à Warak (75 MW), dont les travaux sont interrompus depuis plusieurs mois, voire dans l’énergie solaire. projets, pour lesquels les investisseurs se disent prêts, mais sont entravés par la lenteur des procédures administratives préalables à la mise en œuvre desdits projets.

BRM

Lisez aussi:

22-01-2021 – Le Cameroun accorde des exonérations fiscales au premier grand projet d’énergie solaire en Afrique centrale

27/01/2021 – La Semry, principal bénéficiaire du transfert de 20 MW de capacité énergétique vers les régions du Nord

04/12/2020 – Le Cameroun dépense 2,2 milliards de FCFA par mois pour fournir 20 MW d’électricité au nord



Source link

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: