OAPI : une décision du DG, prise après sa réhabilitation, au centre d’une polémique

0

(Investir au Cameroun) – L’Association des mandataires de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (AMOAPI) a saisi, le 13 janvier 2022, le chef de l’Etat Paul Biya pour contester une décision du directeur général de l’OAPI. Au 30 décembre, elle avait déjà saisi la DG elle-même. En l’absence de réponse, l’AMOAPI s’est tournée vers le président du siège de l’OAPI pour lui demander d’intervenir afin de rétablir le calme au sein de l’organisation.

L’Ivoirien Denis Bohoussou Loukou (photo) a été réhabilité le 10 décembre et a signé sept jours plus tard un texte relatant les décisions prises pendant sa suspension. Il s’agit des actes d’enregistrement et de renouvellement de marques, d’inscription au registre spécial des marques et d’acceptation de la désignation d’OAPI dans les enregistrements internationaux de marques. Raisons : ces actions ont été signés à l’OAPI par une personne incapable Il s’agit du directeur général adjoint, Jean-Baptiste Noël Wago, formellement désigné par le président du conseil d’administration, la béninoise Alimatou Shadiya Assouman, pour assurer l’intérim du directeur général du DG et terminer les affaires courantes pour agir.

C’est également sur ce fondement que l’AMOAPI conteste cet argument dans ses courriers, dont Investir au Cameroun a reçu copie. L’association considère également que la décision attaquée du DG précise «un grave problème de légalité et d’effectivité ».Elle serait également préjudiciable aux clients des membres de l’AMOAPI, demandeurs d’obtention et de maintien de titres de propriété industrielle. Et à juste titre : cette décision conduirait notamment à une« grande insécurité juridique».

De son côté, lors d’une conférence de presse le 25 janvier à Yaoundé, Denis Bohoussou Loukou a confirmé que sa décision vise à renforcer les droits des usagers qui pourraient faire face à des risques judiciaires. « Si parmi ces actes quelqu’un porte atteinte à votre marque et que vous poursuivez en justice pour contrefaçon ; et puis le faussaire dit que cet acte a été signé lorsque le DG a été suspendu. Le débat ne portera plus sur la contrefaçon, mais sur la qualité de celui qui a signé. Il tient compte de tous ces aléas juridiques que nous disions : il vaut mieux abroger ces lois et en produire de nouvelles pour que le titulaire ait l’esprit tranquille‘ se justifie-t-il.

L’OAPI a vécu une année 2021 perturbée par des crises de top management. En effet, le PDG a été suspendu le 14 octobre 2021 par le président du directoire, le Béninois Alimatou Shadiya Assouman. Elle accuse le DG de malversations financières et de s’être opposé à un audit qu’elle a ordonné. Ce que le DG a toujours démenti. Après des passages de canons, la DG a finalement été réhabilitée. Parallèlement, un comité ad hoc de trois ministres (administrateurs) a été créé en décembre 2021 pour «réconciliation du climat social».

Sylvain Andzongo

A lire aussi :

OAPI 14-12-2022 Crise : Le DG rétabli dans ses fonctions, mais placé sous la tutelle d’une commission ministérielle

.

#OAPI #une #décision #prise #après #réhabilitation #centre #dune #polémique

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire