Participation en 2035 : comment des données obsolètes perturbent la politique de développement du Cameroun

0

(Investir au Cameroun) – Le Centre d’analyse et de recherche sur les politiques économiques et sociales (Camercap), think tank affilié au gouvernement camerounais, vient de publier une note dressant un bilan intermédiaire pessimiste de la « Vision 2035 », la boussole du Cameroun pour atteindre le taux de participation en 2035.

Ainsi, indique le groupe de réflexion, il sera difficile pour le pays d’atteindre la participation électorale dans la période cible car au niveau de la base, « La démographie du Cameroun est dépassée et cela n’est pas sans conséquences négatives sur la politique de développement. Soit en termes de conception (ciblage) soit en termes d’évaluation Or, souligne le Camercap, pour faire de la population un facteur efficace de développement, il faut la connaître dans sa composition, sa structure et ses mouvements.

Cependant, le dernier recensement général de la population et de l’habitat de 2005 (3e) et le 4e qui devrait être organisé après 10 ans, s’attarde. Autre illustration : la dernière enquête sur la pauvreté (la 4e L’enquête camerounaise auprès des ménages – Ecam 4) date de 2014. L’enquête prévue pour actualiser le profil de pauvreté des citoyens (Ecam 5) est en cours. Parallèlement, les résultats de 2014 placent l’incidence de la pauvreté à 37,5% de la population.

Selon Camercap, cependant, ces dernières données ne correspondent pas à la réalité. Car au vu des événements récents et actuels (crise dans le nord-ouest et le sud-ouest, Boko Haram, crises monétaires dans la zone CEMAC en 2016 qui ont plongé le pays sous le programme d’ajustement structurel, Covid-19 depuis 2020, la guerre en Ukraine avec ses déjà conséquences visibles, « l’espoir d’une réduction significative du taux de pauvreté […] semble peu probable. De même, les inégalités (écart entre pauvres et non pauvres) constatées dès 2014 vont encore se creuserNous avons donc besoin de données fiables.

Cette crise des données se répercute même sur la production industrielle, levier structurel de la« Vision 2035 ».Pour preuve, indique Camercap, le Schéma directeur d’industrialisation (PDI), révisé et aligné sur la Stratégie nationale de développement (SND 30), conformément aux instructions du Premier ministre, reste inédit et donc non opérationnel à compter de juin 2021.

Pourtant, le discours officiel proclame la volonté d’intensifier les activités agricoles et pastorales, mais les résultats ne suivent pas. La production des principales cultures de rente (cacao, café, coton et hévéa) n’est pas très avancée. C’est le cas de l’objectif de 600 000 tonnes de cacao qui reste un mirage. Le Cameroun reste paradoxalement déficitaire. La balance commerciale reste courte à long terme du fait de l’importation de produits alimentaires (riz, poisson, blé) que le pays peut produire.

Sylvain Andzongo

#Participation #comment #des #données #obsolètes #perturbent #politique #développement #Cameroun

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire