Pénétration Est de Douala : Mag Sarl remplace Razel, en conflit avec Magil pour 17 milliards de FCFA impayés

0

(Investir au Cameroun) – Le 19 août 2022, la société Mag Sarl a signé le contrat pour la réalisation des travaux de construction de la pénétrante Est de Douala, une autoroute de 9 km qui limitera la fluidité du trafic à l’entrée de la capitale économique du Cameroun , le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi a révélé dans une interview publiée par Cameroun Tribune 21 septembre 2022. Cette signature officialise la rupture entre Magil, la maîtrise d’ouvrage déléguée du projet, et Razel, le sous-traitant exécutif du groupe canadien depuis son arrivée au Cameroun.

Pour justifier la mise à l’écart de la société française, Magil souligne que la filiale camerounaise de Razel-Bec ne répond pas aux critères (sans plus de détails) des financeurs du projet. Il s’agit de la banque britannique Standard Chartered Bank et de son garant UK Export Finance (UKEF), avec qui le Cameroun a signé un accord de prêt de 90 milliards de FCFA pour financer la première phase de ce projet. Il reste à mobiliser les 59 milliards de FCFA destinés à la construction du pont sur la Dibamba, deuxième volet du projet.

Un contentieux sur une créance de 17 milliards de FCFA

Mais au ministère des Travaux publics, des sources proches du dossier allèguent que la rupture entre Magil et Razel serait la conséquence du conflit entre les deux entreprises, depuis début 2022. En effet, dans plusieurs documents, dont Investir au Cameroun a pu en obtenir une copie, Razel confirme que Magil lui doit un peu plus de 17 milliards de FCFA, pour des travaux réalisés à sa demande dans plusieurs projets : 4,75 milliards de FCFA pour la réhabilitation du stade Bepanda Omnisport à Douala ; 10,35 milliards de FCFA pour l’achèvement du complexe sportif d’Olembe à Yaoundé et 1,94 milliard de FCFA pour la construction de l’entrée Est de Douala.

Pour recouvrer cette créance, la société française, qui estime que Magil « multiplie les excuses pour ne pas remplir ses obligations contractuelles »a tenté en vain à partir du 26 janvier 2022, avec l’aide du cabinet d’avocats D. Moukouri et associés, de saisir les comptes du groupe canadien auprès de neuf banques du pays. Le directeur, Frank Casteleyn, écrit alors au secrétaire général de la présidence de la république, Ferdinand Ngoh Ngoh. Dans ce courrier daté du 7 février 2022, la filiale locale de Razel-Bec dénonce «malveillance manifestedu Canadien à remplir ses obligations. Le patron de Razel au Cameroun a également demandé à Ferdinand Ngoh Ngoh de « user de tout son poids pour trouver une solution pacifique à ce différendPrincipalement parce que, affirme Frank Casteleyn, « la situation est intenable et menace sérieusement la stabilité de l’entreprise».

Depuis lors, le problème n’a pas été résolu. Il faut dire que les factures de Razel sont enregistrées par Magil. De sources internes à l’entreprise canadienne, ces factures sont actuellement en cours de vérification par les différents pouvoirs adjudicateurs. Quant à l’omniprésent Est de Douala, une réunion s’est tenue au cabinet du ministre Emmanuel Nganou Djoumessi le 26 août. Le but était d’enquêterla créance de la société Razel-Bec sur les installations du site« . L’une des résolutions de cette consultation demande Razel »fournir les pièces justificatives du paiement demandé, relatives au financement des installations du site pour la période de décembre 2019 à octobre 2020».

incertitudes

Cette situation perturbe la reprise des travaux de terrassement annoncée par le ministre Nganou Djoumessi »à la fin de la pluie…« En effet, un document interne du Ministère des Travaux Publics indique que l’achèvement des travaux que Razel a réalisés entre août 2019 et février 2020 (travaux de terrassement vers 1 du projet et construction des 9 ponceaux) est une condition. »Tout gâchis que Magil ferait en essayant d’introduire une autre entreprise nous mettrait en grande difficulté quant à la poursuite de ce projet.», avait prévenu l’ingénieur de marché Rémy Claude Ako’o, lors d’une réunion le 21 mars 2022, qui est également le délégué régional des Travaux publics pour le littoral.

A cette difficulté s’ajoutent les problèmes fiscaux. Il est encore difficile de définir un mécanisme permettant à l’État de couvrir la TVA et les droits de douane car Magil est exonérée du paiement de tous les impôts, droits et autres charges. Ce problème bloque actuellement l’importation de matériaux de construction routière. Cela indique que l’élargissement de la route à réaliser par Mag Sarl pourrait ne pas être achevé d’ici janvier 2024, comme le prévoit le nouveau calendrier d’exécution du projet.

Commencées il y a plus de trois ans, les infrastructures devraient être prêtes pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, qui s’est déroulée en début d’année, mais le taux de réalisation actuel est inférieur à 10 %. Faute de financement, le chantier a été arrêté fin février 2020. Malgré la disponibilité des financements et des versements d’au moins 34 milliards de FCFA dont Magil a bénéficié depuis janvier 2022, la reprise des opérations reste lente. Selon Emmanuel Nganou Djoumessi, nous sommes encore dans les études de mise en œuvre.

Abudi Ottouc

A lire aussi :

05-05-2022 – Pénétration à l’Est de Douala : Révélations sur le traitement princier du Canadien Magil qui peine à redémarrer le travail

#Pénétration #Est #Douala #Mag #Sarl #remplace #Razel #conflit #avec #Magil #pour #milliards #FCFA #impayés

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire