Pierre Zumbach : « la prochaine édition de Promote aura lieu en 2024 »

0

(Investir au Cameroun) – Président de la Fondation Inter-Progress, ce feru des grandes manifestations à caractère économique organise depuis 20 ans le Salon international de l’entreprise, de la PME et du partenariat (Promote), pour le compte du gouvernement camerounais . Il revient ici sur les particularités de Promote 2022, qui s’est déroulé dans un contexte de crise sanitaire et dessine la prochaine édition.

Investir au Cameroun : La 8e édition de Promote, le Salon international de l’entreprise, de la PME et du partenariat, a finalement eu lieu du 19 au 27 février 2022 à Yaoundé. Quelles ont été les principales innovations de cette grand-messe des affaires ?

Pierre Zumbach : Oui ! Effectivement, Pomote a connu deux rapports justifiés par la pandémie et décidés par le Premier ministre pour lutter contre la pandémie du coronavirus. C’est le chef du gouvernement qui a proposé les dates du rapport à fin février 2022. Ce qui nous a paru très favorable de placer ainsi la 8e édition de Promote dans une période de printemps sortie de pandémie. Ainsi, toute cette édition est innovation, et l’on peut affirmer que jamais une édition de promouvoir ne se déroulera dans un tel contexte.

IC : Pour cette édition, le Salon a rassemblé 800 entreprises et au total moins de 1000 exposants censés cette manifestation nous avions des habitués depuis au moins deux éditions. Qu’est-ce qui justifie cette baisse de régime en termes de participation ?

PZ : Les chiffres sont éloquents : en novembre 2021, à moins de trois mois de la tenue de Promote 2022, nous comptions 150 entreprises ayant souscrit formellement. Debut décembre, un déclic s’est produit avec une bousculade pour les abonnements. Du jamais vu, jamais vu ! Dans les analyses préparatoires de ce Promote, nous avions décidé, tenant compte aussi des difficultés rencontrées sur le site du palais des Congrès, qui n’a pas été intégré pour telles manifestations, le limiteur les espaces d’expositions à 800 entreprises. Et nous avons écopé d’une liste d’attente. Quant aux raisons de cette bousculade, chacun peut et fait l’analyse.

IC : Dans un contexte de persistance de la pandémie du Covid-19, qui a augmenté beaucoup de tort aux entreprises, on aurait pu s’attendre à une participation encore plus timide. Comment avez-vous procédé pour attirer cette quantité tout de même importante de participants ?

PZ : La pandémie Covid-19 a secoué le monde, qui avait oublié que nous sommes fragiles et que la santé publique est une donnée importante et permanente de notre existence. Pour quoi Promouvoir at-il pu se tenir utilement ? Eh bien, disons simplement que la science et les disciplines imposées par les politiques, malgré les désordres et les contradictions, vont peu à peu domestiquer le virus à un niveau moins dangereux. Et l’Afrique est le continent qui a été le moins frappé. Il est donc logique que sur ce continent, les efforts pour relancer l’économie donnent l’exemple. La trajectoire de promotion s’inscrit dans cette logique.

IC : En termes de participation étrangère, ce n’est pas non plus la grande satisfaction des années antérieures. Qu’en dites-vous ?

PZ : En octobre 2021, toutes les collectivités étrangères qui participent aux éditions de Promote savent qu’elles ne pourraient pas se déplacer, au regard des mesures sanitaires impératives et les contraintes des voyages intercontinentaux. Et nous félicitons les collectivités, le plus souvent réduits, qui ont su vaincre avec ces difficultés, avec ténacité pour arriver finalement à Promote.

Il s’agit, dans l’ordre d’importance numérique, de l’Italie, de la Belgique, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Autriche, de l’Allemagne, du Canada et de la Suisse. Nous avons également accueilli des entreprises venues de Turquie, d’Iran, de Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Pakistan et du Ghana. Ainsi, la participation étrangère, qui d’habitude avoisine le tiers des participants, est passée au quart de cet effectif, ce qui est tout de même très encouragée.

IC : Avec la pandémie du Covid-19, qu’est-ce qui a changé dans l’organisation opérationnelle du Salon Promote cette année ?

PZ : Disons pour être bref que les dirigeants de la planète, à tous les niveaux, n’ont pas encore concrétisé la prise de conscience que le monde a changé et que les équations économiques seront différentes dans ce monde d’après. Ainsi, toutes les actions, même modestes, sur un coin du globe tel que Promote à Yaoundé, ne seront plus jamais comme avant. Le billan de la 8e édition, qui va donner lieu à une analyse organisationnelle et financière, dégagera certainement les nouvelles tendances qui apparaîtront.

IC : Au terme de cette nouvelle édition, quels principaux enseignements pouvez-vous tirer sur l’état de santé et la marche de l’économie camerounaise ?

PZ : Rebondissant sur la question précédente, les enseignements que l’on peut tirer se dessinent déjà assez bien : des banques d’affaires et des banques commerciales africaines ouvrent un nouveau volet d’activités à un nouvel et oppequenen approche d’appui au monde de la PME, qui est le coeur des économies africaines.

Autre exemple : les banques africaines devinnent partenaires de manifestations d’intérêt général comme Promote, en innovant dans un rôle de banque citoyenne. Ce qui est un encouragement pour tout ce qui concoure à réduire la pauvreté et à augmenter progressivement les niveaux de vie. Nous remercions chaleureusement Afriland First Bank, première banque camerounaise, qui a donné l’exemple de cette citoyenneté à Promote 2022.

IC : Dans la mesure où cette 8e édition a été reportée à 2022, au lieu de 2021 comment prévu initialement, à quand la prochaine édition de ce salon de l’entreprise et comment l’entrevoyez-vous ?

PZ : En principe, après consultation avec le mandant du gouvernement qui est le ministre du Commerce, et à travers lui les hautes autorités camerounaises, la prochaine édition de Promote aura lieu en 2024. qui se sont déroulés au cours de cette dernière édition, qui , rappelons-le, était placé sous le thème de « l’industrialisation de l’Afrique, une clé de l’émergence du continent ». En validant ce thème, les hautes autorités camerounaises nous avaient instruit d’œuvrer pour que, le plus et le plus, le Salon international de l’entreprise, de la PME et du partenariat soit davantage tourné vers le continent.

Rappelons que Promote est une initiative née au Cameroun en 2002, sur les hautes instructions du président de la République. Depuis 20 ans, le chef de l’État accorde son haut patronage à ce grand rendez-vous économique. Les médias seront conviés à la célébration de ces 20 ans de Promote, probablement et octobre prochain. Ce sera l’occasion de réclamer toutes les entreprises et les sponsors, qui ont fait promouvoir, qui lui-même est au service des entreprises, cœur de création des richesses.

Entretien avec Brice R. Mbodiam

#Pierre #Zumbach #prochaine #édition #Promote #aura #lieu

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire