Renforcement : des coupures d’électricité perturbent la production dans la zone industrielle de Douala-Bassa

0

(Investir au Cameroun) – De sources internes au ministère de l’Eau et de l’Energie, le chef de ce département ministériel, Gaston Eloundou Essomba, a reçu le 24 octobre 2022 une correspondance de l’Organisation camerounaise des industries de transformation de l’acier (Ocita). Dans ce document, la société des sidérurgistes (producteurs d’aciers à béton et autres matériaux de construction et petits outils agricoles à base de fer, ndlr) décrit la situation alarmante de l’approvisionnement en énergie électrique de leurs entreprises dans le domaine de Bassa, à Douala, la capitale économique du Cameroun.

« Nous venons à votre haute autorité solliciter vos instructions pour la stabilisation de l’approvisionnement en énergie électrique, pour notre secteur d’activité, celui des aciéries, après l’incident survenu le 20 septembre à la centrale Grands Comptes de Logbaba. . (…) En effet, depuis l’incendie du transformateur survenu au poste grands comptes de Logbaba, et après deux semaines de statu quo, un transformateur de 36 MVA a été installé pour reprendre la fourniture d’énergie électrique. (…) Ce transformateur, d’une capacité quasiment égale à la somme des trois puissances appelées et souscrites (par les métallurgistes, soit 34 MW, ndlr), ne permet pas un fonctionnement optimal de nos unités de production avec des interruptions quotidiennes quasi permanentes (à minimum 5 interruptions par jour, pour un temps de reprise de nos travaux de production estimé à 2 heures, du fait de la particularité de la transformation de l’acier)», peut-on lire dans la correspondance de l’Ocita dont l’extension a été faite aux services du Premier ministre.

«Nous saluons d’ores et déjà les efforts du gouvernement, qui a pu rétablir la fourniture d’énergie électrique dès le 13 octobre 2022, après plus de 20 jours d’interruption, suite à l’incendie, le 20 septembre, du transformateur de 50 MVA (ampères mégavolt ) qui pénètre ensuite dans la zone industrielle de Bassa. sert», se réjouit d’annoncer qu’un métallurgiste a été contacté parInvestir au Camerounqui n’a pas voulu en dire plus.

Solution finale

Afin de stabiliser l’alimentation en électricité des aciéries et autres entreprises installées dans la zone industrielle de Bassa, Ocita propose de remplacer le transformateur récemment installé (36 MVA) par un autre transformateur de même capacité que celui consommé lors de l’incendie du 20 septembre (50 MVA). La même suggestion avait déjà été faite par Eneo, le concessionnaire du service de production et de distribution d’électricité, dans une note datée du 4 octobre 2022. Cette filiale du fonds d’investissement britannique Actis proposait notamment le démantèlement des 50 MVA installés à Ngousso, en Yaoundé, pour transfert à Douala, afin de sécuriser l’approvisionnement des entreprises de la zone industrielle de Bassa.

Cette proposition d’Eneo n’ayant pour l’instant pas abouti, Ocita renonce à la charge et propose à la place le démantèlement d’un transformateur de 50 MVA à Douala, et non plus à Yaoundé. « Nous avons fait notre enquête technique et il semble qu’il y aurait une opportunité pour les deux concessionnaires (Eneo et Sonatrel) de remplacer le transformateur 36 MVA installé par un transformateur 50 MVA actuellement au poste de Bonabéri. Avec cette solution, nos productions seront stabilisées… », appuie l’Ocita.

Par ailleurs, de sources internes à Eneo, en l’absence de transformateurs permanents de forte puissance en réserve, la solution définitive à des incidents comme celui qui gangrène depuis plus d’un mois les activités des entreprises de la zone industrielle de Bassa réside dans la mise en place efficace mise en œuvre du plan de mise à niveau du réseau électrique de Douala et Yaoundé. Ce plan, qui prévoit des investissements à la fois dans les lignes de transport et de distribution, permettra, apprend-on, la construction d’une deuxième ligne de secours à côté de chaque ligne de transport et de distribution existante. Pour pouvoir basculer directement vers les lignes d’assistance en cas d’incident sur la ligne principale. Ce mécanisme doit permettre d’assurer la continuité du service public de l’électricité, malgré les incidents sur les réseaux de transport et de distribution devenus légion dans le pays, aux conséquences socio-économiques déplorables.

Brice R. Mbodiam

A lire aussi :

17-10-2022 – Zone industrielle de Bassa-Douala : les entreprises reprennent enfin du service après 24 jours sans électricité

05/10/2022 – Électricité : comment l’incendie de la centrale de Logbaba menace d’enflammer le secteur de la métallurgie au Cameroun

#Renforcement #des #coupures #délectricité #perturbent #production #dans #zone #industrielle #DoualaBassa

Source: Investir au pays

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire