Restauration de la route Babadjou-Bamenda, dans le corridor Yaoundé-Enugu (Nigéria), victime de la crise anglophone

0

(Affaires au Cameroun) – Le ministre des Travaux publics (Mintp), Emmanuel Nganou Djoumessi, vient d’annoncer la reprise de la circulation sur l’axe routier Babadjou-Bamenda (59,9 km) sur le corridor Yaoundé-Enugu au Nigeria. Il a été coupé après l’effondrement de deux zones du remblai après les pluies torrentielles qui ont eu lieu dans la nuit du 24 au 25 mars 2021.

En construction depuis 2017, les travaux sur ce tronçon de route sont interrompus depuis le 14 janvier 2021 à la suite d’une attaque de sécessionnistes armés venus du nord-ouest.La société Sogea Satom, lauréate dudit contrat, dont les travaux ont débuté en 2017, a déclaré son retrait du projet et a justifié un cas de force majeure lié à la situation sécuritaire dans la zone d’intervention du projet, ouvrant la possibilité de mettre fin le projet. ce contrat, A expliqué le Mintp.

Le membre du gouvernement a ajouté que les entreprises camerounaises sont actuellement en cours de mobilisation sur la base des rapports de la mission de contrôle et des risques de nuisances routières. Ils assureront la réalisation de certains travaux visant à permettre la circulation des personnes et des biens, en attendant la contractualisation pour un nouveau marché.

A cet effet, nous sommes informés, deux entreprises seront mobilisées le long du parcours, la première côté Babadjou, la seconde côté Santa (Nord-Ouest). Du côté de Babadjou, la circulation a été rétablie en fin d’après-midi, l’entreprise poursuit ses travaux pour éviter de nouveaux effondrements dans les zones de digues. Le trafic sera également rétabli du côté de Bamenda. Cependant, il est à noter que les usagers doivent respecter les mesures en vigueur sur les routes non goudronnées, c’est-à-dire arrêter la circulation pendant deux heures après une averse.

La réhabilitation de l’axe Babadjou-Bamenda a démarré en 2017 avec l’appui de la Banque mondiale pour un montant total de 192 millions de dollars (113 milliards de CFF). Il s’agit d’éliminer les accidents et de réduire les coûts de transport et les temps de transit sur le corridor routier reliant Yaoundé à la frontière orientale du Nigéria, à travers les régions de Bafoussam et Bamenda, dont l’économie repose principalement sur la production agricole et le commerce.

SA



Source link

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: