Ridicule : un ministre camerounais justifie la hausse des prix sur le marché par l’absurde

0

Dans ses vols à la Représentation nationale vendredi dernier lors de la séance des Questions orales, le membre du Gouvernement a indiqué à la Représentation nationale qu’avec la crise qui sévit dans le monde, la bouteille de pétrole en France coûte entre 5 et 6 euros.

Le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana est clair : « On ne peut pas demander aux entreprises de payer la matière première à 1100 FCFA et de revendre le produit fini embouteillé à 1100 FCFA, sauf à leur demander de fermer le magasin ; ce que signifierait une pénurie généralisée sur le marché »† Et d’ajouter : « Avant la crise, un litre d’huile de palme brute coûtait 500 FCFA. Il coûte aujourd’hui 1100 FCFA, la matière première. Cependant, c’est le prix du produit final déterminé par le Cameroun. Le prix d’une bouteille d’huile en France est compris entre 5 et 6 euros », a souligné le ministre. Une comparaison qui a fait sourire de nombreux députés car le niveau de vie entre les deux pays n’est pas comparable, puisque le Smig au Cameroun est de 36 000 FCFA et plus de 1 200 euros (plus de 700 000 FCFA).

Les ménages sont en difficulté à cause de ces augmentations vertigineuses des prix des produits de première nécessité. Avec une inflation de 04,4% au premier trimestre 2022, les mois à venir ne sont pas de bon augure car aucune solution concrète et durable n’a été présentée par le ministre du Commerce. Les baguettes, le riz, l’huile, le savon ou encore le tapioca, longtemps considéré comme le sauveur, ont vu leurs prix flamber. Le marché international n’est plus suffisamment approvisionné par la guerre russo-ukrainienne, la Russie et l’Ukraine détenant 30 % des stocks mondiaux de céréales et 65 % des importations de blé du Cameroun. L’Ukraine est le premier fournisseur mondial d’huile raffinée et plus particulièrement d’huile de tournesol.

Ce conflit a conduit à une déréglementation sans précédent des voies d’approvisionnement vers les marchés internationaux ; une déréglementation caractérisée par une hausse continue du prix des produits de première nécessité et l’implosion du prix du fret maritime. Les taux de fret maritime vers l’Afrique sont passés de 200% à 400% en 2021, tandis que les prix des matières premières et des produits de première nécessité ont augmenté. La baisse des prix n’est donc pas pour demain. La politique de substitution des importations prônée par le gouvernement est encore loin d’être attendue.

Avec une pénurie de 500 000 tonnes d’huile de palme par an, le Cameroun s’est tourné vers le Gabon, la Sierra Leone, la Malaisie et la Côte d’Ivoire pour combler le déficit.

Solière Champlain Paka / 237online.com

#Ridicule #ministre #camerounais #justifie #hausse #des #prix #sur #marché #par #labsurde

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire