Zone Cemac : comment le Cameroun s’est retiré de l’activité économique fin mars 2021

1

(Investir au Cameroun) – Dans son rapport de juin 2021 sur la politique monétaire dans la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), institution d’émission des six États de la CEMAC montrent une baisse de l’indicateur composite des activités économiques (ICAE). Ces données mesurent le niveau général de changement de l’activité économique sur une période de temps.  » Après un trimestre marqué par les fêtes de fin d’année (2020, ndlr), l’ICAE a enregistré une baisse de 2,5% au premier trimestre 2021, après une hausse de 6,3% au trimestre précédent. », révèle la banque centrale, qui précise par ailleurs que cet indicateur se terminera en mars 2021 « Est-ce une baisse de 0,1 % d’une année sur l’autre » ».

Mais on apprend que, malgré la baisse de cet indicateur au niveau sous-régional, son évolution par pays est tout à fait opposée, indiquant une différence dans le niveau de dynamisme des acteurs économiques. Sur la base de ces données de la Beac, le Cameroun confirme son statut de locomotive de cet espace communautaire, avec le rapport sur la politique monétaire,  » une contribution de 1,8 point à la croissance d’ICAE au premier trimestre 2021 ».

Le pays est suivi de près par le Tchad, dont la contribution à l’évolution de l’indicateur composite de l’activité économique de la zone Cemac entre mars 2020 et mars 2021 a été de 0,9 point. Le Cameroun et le Tchad sont contrôlés par le Congo (+0,6 point) et le Gabon (+0,5) point). Selon le rapport de la Beac, l’activité économique a été ralentie en Guinée équatoriale (-3,8 points) et en République centrafricaine (-0,1 point) au cours de la période considérée.

Si surprenant, la place qu’occupe un pays comme le Tchad en termes de contribution à la croissance de l’ICAE sous-régionale, celle du Cameroun reflète le dynamisme de ses acteurs économiques et la diversification de son économie, par rapport à. les autres pays de la sous-région. En effet, alors que les pays de la Cemac sont fortement dépendants de la production pétrolière, le Cameroun, qui produit et commercialise également de l’or noir, est également à la pointe de la production agro-sylvo-pastorale, manufacturière, BTP, télécom, TIC, etc.

De plus, le pays dispose du plus grand réseau d’institutions de microfinance et de banques, ce qui se traduit par un meilleur accès au financement pour les acteurs du marché, qui peuvent ainsi mieux développer leurs activités. Par exemple, selon la Beac, les agents économiques du Cameroun ont capté 45,78 % du volume total des prêts bancaires accordés par les banquiers opérant dans la zone Cemac entre juillet et décembre 2020 seulement.

Brice R. Mbodiam

A lire aussi :

04-06-2021 – Zone Cemac : le Cameroun emprunte près de la moitié des crédits bancaires accordés au second semestre 2020

.

#Zone #Cemac #comment #Cameroun #sest #retiré #lactivité #économique #fin #mars

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

1 COMMENT

  1. Zone Cemac : comment le Cameroun s’est retiré de l’activité économique fin mars 2021 – Finance-inclusive.fr

    […] Source Date de publication : 2021-07-13 12:45:00 […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vidéo du jour: