16 mois de prison pour quatre militants du mouvement Stand up for Cameroon

0

Ces jeunes du mouvement Stand up for Cameroon sont détenus à la prison centrale de New-Bell depuis le 22 septembre 2020 et ont été reconnus coupables d’insurrection par le tribunal militaire le 31 décembre 2021.

Vendredi 31 décembre 2021, le tribunal militaire de Douala a statué dans l’affaire de quatre membres du mouvement Stand Up for Cameroon, arrêtés le 18 septembre 2020 dans le cadre des manifestations alors prévues par le Mouvement de la Renaissance camerounaise (Mrc) , et est détenu à la prison centrale de New-Bell depuis le 22 septembre 2020. Les quatre jeunes, Etienne Ntsama, Moussa Bello, Mira Angoung et Tehle Membou ont été poursuivis pour complot en vue de la révolution et insurrection. En fin de compte, ils ont été reconnus coupables d’un seul chef d’accusation, qui était l’insurrection. Une accusation qui leur a valu 16 mois de prison. Au moment de leur condamnation, les accusés avaient déjà passé 15 mois derrière les barreaux, dans des conditions que les responsables de leur mouvement, ainsi que des avocats et des acteurs de la société civile, n’ont cessé de condamner.

Moussa Bello et ses trois coaccusés ont été déclarés « non coupables » des chefs d’accusation de « révolution ». Ils devront également s’acquitter d’un montant de 376.000 francs CFA correspondant aux dépens, c’est-à-dire les frais résultant des poursuites engagées contre eux par le ministère public dans le cadre de cette procédure. Pour rappel, Nana Collins, le cinquième membre de Stand Up for Cameroon, a également été arrêté le 22 septembre 2020, alors que ni lui ni ses coaccusés n’ont manifesté, n’avaient déjà été condamnés à 18 mois de prison. Les cinq militants et sympathisants de Stand Up for Cameroon, mouvement social qui traite des questions de démocratie, de gouvernance et de droits humains dans notre pays, ont été arrêtés près d’une station-service dans le district de Bali. , à l’issue d’un rassemblement organisé par ce mouvement pour clarifier sa position sur les « marches blanches » lancées à l’époque par M. C.

Libérer les autres détenus

Ils ont ensuite été emmenés dans un lieu inconnu avant d’être repérés par des avocats du mouvement des droits humains. « Cette décision n’est pas conforme à la vérité. C’est une raison de plus pour renforcer l’engagement en faveur d’un changement profond et systémique de la gouvernance de notre pays. Les dirigeants et membres du mouvement Stand Up for Cameroon continueront de lutter contre l’injustice, pour la libération de toutes les personnes détenues injustement et pour la reconstruction du pays. Dans cette optique, ils renouvellent leur engagement et leur disponibilité à travailler sur des initiatives sérieuses en phase avec les changements souhaités par une écrasante majorité de Camerounais », a déclaré Franck Essi, membre de la coordination du mouvement Stand Up for Cameroon. , dans un communiqué. Une allusion à peine voilée aux militants et sympathisants du Mouvement de la Renaissance camerounaise (MRC), dont de hauts responsables du parti d’opposition, récemment condamnés à sept ans de prison.

TT / 237online.com

#mois #prison #pour #quatre #militants #mouvement #Stand #Cameroon

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire