(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []pousser ({}); Cameroun – 20 mai: Paul Biya, premier défenseur de l’unité nationale

0

De Bakassi à l’extrême nord, en passant par les régions du nord-ouest et du sud-ouest et aussi le long de la frontière orientale, le président de la République a fait de l’indivisibilité du Cameroun une question non négociable.if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

Écoutez-le donc, avec l’aide de tous les Camerounais et de tous les Camerounais, et en ma qualité de Président de la République, Chef de l’Etat et du Gouvernement, remplir ce devoir sacré pour moi., Ainsi que pour l’indépendance, la souveraineté, la sécurité et l’unité de l’Etat, pour assurer la conduite des affaires de la République. Mon illustre prédécesseur n’a jamais failli à ce devoir. Je n’échouerai pas « . C’est ainsi que le président de la République a pris la parole depuis le podium de l’Assemblée nationale à Yaoundé le 6 novembre 1982.

Dans le cadre des mécanismes constitutionnels en place à l’époque, Paul Biya venait de prêter serment en tant que deuxième président de l’histoire du Cameroun. Depuis lors, il y a aujourd’hui paix, stabilité, unité et harmonie, conditions sans lesquelles le Cameroun ne peut garantir sa survie et son progrès dans les consultations des nations modernes. Comment envisage-t-il ce travail? Avec l’apport de tous les Camerounais sans exclusivité.

Cependant, le président de la république se veut lucide, lui qui fait comprendre à ses compatriotes que l’unité nationale ne peut pas être une camisole de force qui empêcherait l’exercice de toutes les libertés. Dans son message à la nation du 31 décembre 2016, il a spécifiquement déclaré à propos des revendications des milieux d’affaires derrière les manifestations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest: «Qu’on le comprenne, il n’est pas interdit de soulever des inquiétudes dans la République. D’un autre côté, rien de grand ne peut être construit dans les enchères verbales, la violence de rue et le défi de l’autorité ».

Pour la majorité des Camerounais, l’unité nationale reste sacrée et non négociable pour Paul Biya. De plus, « l’unité du Cameroun est un héritage précieux avec lequel nul n’a le droit de prendre des libertés ». Par conséquent, toute revendication, aussi pertinente qu’elle puisse paraître, perd toute sa légitimité dès qu’elle commence à saper l’unité nationale si chèrement acquise. Bakassi, lutte contre Boko Haram, lutte contre les tendances sécessionnistes dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest et contre les attaques à la frontière orientale ont été des domaines où cette volonté de préserver l’unité et l’intégrité territoriale du Cameroun s’est maintenue. Son engagement à l’intérieur de nos frontières est le même. Consolider l’unité nationale, à la lumière des revendications, qu’il jugeait légitimes, de certaines corporations d’enseignants et d’avocats anglophones des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest en 2016, qui étaient président de la République dès le début de la crise, négociations ouvertes avec les syndicats concernés.

if(typeof __ez_fad_position != ‘undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-4-0’)};Des réponses qui allaient au-delà des attentes ont été données par le gouvernement. Dans un contexte où un groupe d’extrémistes, manipulés et instrumentalisés, a tenté de mettre en œuvre un agenda caché avec un objectif bien précis: la partition du Cameroun. Le Grand Dialogue National, qui s’est tenu du 30 septembre au 4 octobre 2019, s’inscrivait dans cette volonté d’amener les Camerounais autour de la table pour trouver des solutions aux problèmes susceptibles de porter atteinte à leur unité. Le prix de l’Union panafricaine des avocats (PAU), présenté au Palais de l’Unité le 6 juin 2014 par l’ancien président sud-africain, le président d’honneur de PAU, Thabo Mbeki, était un prix pour les efforts d’un homme d’État engagé dans la résolution pacifique des conflits. . L’engagement fait à ses compatriotes le 6 novembre 1982 reste valable pour le président de la république: il a hérité d’un pays uni et il envisage de laisser à la postérité un Cameroun, où tous ses enfants continueront à vivre ensemble, fiers de leur diversité.

.fb-background-color {arrière-plan: #fff! important} .fb_iframe_widget_fluid_desktop iframe {largeur: 100%! important}

#adsbygoogle #windowadsbygoogle #pousser #Cameroun #mai #Paul #Biya #premier #défenseur #lunité #nationale

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire