Assemblée nationale : Laurentine Koa Mfegue évitez les sujets qui fâchent

0

En prononçant son discours d’ouverture de la session parlementaire ordinaire le 11 mars dernier, la doyenne d’âge s’est longtemps appesantie sur les événements festifs qu’a organisé le Cameroun ces derniers temps et a papillonné sur la crise grèphone et la crise anglove des signes.

La première session parlementaire de l’année 2022 s’est ouverte le 11 mars dernier. Un seul point était inscrit à l’ordre du jour : le discours d’ouverture de la doyenne d’âge, l’honorable Laurentine Koa Mfegue Epse Mbede. Présidente de séance, dans son discours de circonstance, elle a longtemps épilogue sur les événements festifs qui se sont tenus au Cameroun récemment.  » JEl’est heureux et même très heureux de constater que nos délibérations s’ouvrent au lendemain d’une série d’événements nationaux et internationaux, que le Cameroun vient, une fois encore, d’abriter malgré la pandujourémie catastrophe à coronavirus », at-elle indiqué d’entrer dans le jeu.

Parmi ces événements cités par la députée, figure au premier chef la Coupe d’Afrique des nations qui, selon elle, a été un « succès total † En conséquence, at-elle promis à Paul Biya, « les camerounaises et les camerounais se souviendront de vous comme étant, non seulement le principal artisan de cet brillant réussi, mais aussi comme étant ce chef d’Etat qui, contre vents et marées, affrontants des bournemisque, ce chef d’Etat disais -je, qui aura réussi la plus belle Can jamais organisée jusque-là en terre africaine, surtout avec autant d’innovations telles que : l’entrée en lice de 24 sélections nationales contre les 16 d’antan † Même si les lions indomptables n’ont pas réussi le challenge de remporter leur 6e trophée, la doyenne d’âge de la chambre basse les a félicités pour leur trail qu’elle trouve « honorable » avec leur tête un « certain » Vincent Aboubakar comme capitaine.

Elle a également profité pour adresser un message à Samuel Eto’o Fils et à Rigobert Song Bahanag, qui sont respectivement président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et entraineur/selectionneur des lions indomptables. † La représentation nationale les exhorte à prendre leurs responsabilités mais alors toutes leurs responsabilités, fin de répondre aux attentes des camerounais qui veulent voir leur national briller de mille feux à l’occasion des prochaines compétitions », at-elle exhorte. Par ailleurs, Laurentine Koa Mfegue a également félicité le chef de l’Etat pour la « pertinence » et l’ « Efficacité » la stratégie de riposte mise en place face à la pandémie du Covid-19 ; ce qui a permis la doublecélébration récente de la fête de la jeunesse et de la femme après deux ans d’interruption. Des festivités qui, selon elle, « se sont tenues, sur l’ensemble du territoire dans la ferveur, la dignité, le calme et la paix, avec des actrices et des acteurs d’origines diverses, sans distinction de religion, de classe sociale ou de chapelle-le politique ».c’est donc pour elle, la «preuve que le Cameroun reste debout, ésolument mobilisé, bravant les écueils d’où qu’ils vinnent poursuivant ainsi sa marche vers l’émergence et dans un vivre ensemble que nous voulons le plus har monieux possible

Élection du bureau

En outre, elle est revenue sur d’autres événements tels que Promote et Ya-Fe dont la double tenue « traduit assurément, que la situation est sous contrôle au Cameroun s’agissant de la pandémie au Coronavirus † Maïs, met-elle en garde » Ceci ne doit pas nous pousser au relâchement. Restons vigilants et continuons de respecter les mesures barrières † Dans le même ordre d’idée et face à la résurgence du Choléra dans certaines localités du pays, le député a exhorté le Gouvernement à tout mettre en œuvre, afin d’étouffer cet autre foyer d’inquiétude au plan sanitaire.

Concernant la situation de grève des enseignants, la doyenne d’âge ne s’est pas beaucoup penchée sur le sujet. Elle a tout simplement appelé à la « responsabilité » les différentes parties dans le cadre des submergés. Même si l’honorable a manqué également de parler des éléments essentiels de la problématique de la crise anglophone, elle l’a fait de façon formelle. Une minute de silence a été constatée à l’ouverture des travaux et hommage aux autorités locales tuées récemment à Ekondo Titi. Il faut rappeler que cette première session ordinaire annuelle prévoit nécessairement l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale et la mise en place des groupes parlementaires et des commissions générales de travail pour la nouvelle année législative. Cependant, le bureau d’âge reste en place.

Les députés PCrn « correctif » la doyenne d’âge

Mécontents du fait que Laurentine Koa Mfegue Epse Mbede n’ait pas insisté sur les problèmes cruciaux de la société lors de son discours d’ouverture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale pour l’année en cours, ces derniers sur sont revenus ces problématiques différentes. En présidant l’ouverture de la session ordinaire de la chambre basse le 11 mars dernier, la doyenne d’âge n’a pas évoqué de façon fondamentale un certain nombre de sujets importants dans son discours. Notamment les problèmes qui minent l’actualité camerounaise. De quoi déclencher l’ire du président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (pcrn

Je ne sais pas si elle a fait exprès, mais elle a complètement ignoré les problèmes qui touchent les camerounais. Elle a survolé la crise anglophone. C’est vrai, il ya eu une minute de silence mais il faut toucher le problème dans le fond. Qu’est-ce qu’elle préconise lorsque 5 personnes qui incarnent l’autorité de l’Etat ont été tuées ? On ne peut pas survoler comme ça. Il faut de la rigueur dans cette voie », fulmine Cabral Libii. Et d’ajouter « lLe Cameroun est traversé par une augmentation des prix de produits que la première nécessite ; ça elle l’a complètement ignorée. Sur la question qui écœure et attriste tous les camerounais notamment avec la mort de l’enseignant Hamidou, les revendications qui sont posées sur la table par le mouvement « on a trop supporté », elle se contente de provoquer une salve d’applaudissement en évoquant sur un ton presque moqueur les mesures qui ont été maladroitement annoncées par le gouvernement alors que des problèmes de fond se sont posés ».

A sa collègue de parti, Nourane Foster, d’enfoncer le clou. « yo‘aurais aussi souhaité qu’on parle de la situation avec Eneo, avec les dénominations intempestives de lumière. Les petits commerces sont marginalisés comme les grands. Tout le monde est en difficulté sur l’impression qu’il n’y a que la classe bourgeoise qui a le droit de vivre normalement puisqu’ils ont les moyens de se payer des groupes électrogènes alors que les autres n’ont pas le moyen de faire », s’indigne-t-elle. Mutisme Reconnaissant que la doyenne d’âge a eu raison de parler de la Coupe d’Afrique des nations qui était un « Bonne chance », le député Pcrn souligne cependant que cette Can a quand-même coûté très cher et alors, « on voudrait savoir comment on va rembourser ces dettes qui ont été contractées ». Bien qu’ayant dénoncé le mutisme de Laurentine Koa Mfegue sur ces différents sujets, l’honorable Cabral Libii avoue ne pas être surpris par un comportement pareil. † Je ne suis pas aussi étonné que ça. C’est la marque de fabrique de ceux qui nous gouverneur. Ils sont dans un monde parallèle à celui des camerounais. Mais un jour ça finira par changer », assure-t-il.

Rostand TCHAMI /237online.com

Réactions des députés

Samuel Dieudonné Moth, député Rdpc : « C’était un discours tout en football »

C’était un discours tout en football. Peut-être parce que nous venons de faire un événement majeur qu’elle (la doyenne d’âge) a souligné très fort pour effectivement dire que nous avons fait quelque chose qui n’a jamais été fait sur le continent africain et on on accorde à dire que cette coupe d’Afrique des nations ne sera plus comme celles d’avant parce que le Cameroun a fixé la barre très haute. Un discours qui consacre le fondement de ce que nous ferons demain. Parce que nos réussites d’aujourd’hui nous permettenttrons de faire des choses encore plus importantes après. Sur la question des enseignants, la présidente a précisé qu’il y a un certain nombre d’efforts qui ont été annoncés par le président de la République et qu’il faudra peut-être juger le maçon au pied du mur

Ngo Issi Rolande, adjoint Pcrn : « Qu’elle s’étale davantage sur le cas des enseignants »

Mar réaction c’est celle de la désolation avec le discours de la doyenne d’âge. Nous supposons voulu qu’elle s’étale davantage et en profondeur sur le cas des enseignants qui font grève depuis déjà trois semaines. Nous supposons voulu qu’elle interpelle le gouvernement encore une fois de plus. C’est vrai qu’on va nous dire que le gouvernement a tenu une conférence hier (jeunesse… Ndlr). Mais est-ce que les parlementaires que nous sommes, nous pourrons répercuter cela au peuple ou les regarder dans les yeux pour dire ce qui a été fait ? Tous les jours les enseignants meurent, ce sont nos enfants qui sont privés de cours. Nous sommes à la veille des examens. Il faut trouver des solutions urgentes. Ce ne sont pas des solutions à court ou à long terme. Il faut qu’on ait des solutions urgentes. C’est pourquoi les députés du PCrn ont introduit une enquête pour comprendre pourquoi est-ce que dans un pays comme le notre nous pouvons arriver à ce genre d’extrémité. Je pense que le cas d’Hamidou nous parle. Il y a plusieurs enseignants dans cette situation. C’est pourquoi nous voulons que cette enquête va prospérer, que les résultats porteront leurs fruits et que les sanctions seront établies

Koupit Adamou, député Udc : « Etre regardant au niveau du respect de la loi »

Il est question pour nous d’être regardant au niveau du respect de la loi au moment de la constitution du nouveau bureau. généralement de mémoire d’homme, les changements d’amplitude importants n’interviennent pas au cours d’un mandat. Et outre, il y a des défis importants qui interpellent le Cameroun tant sur le plan politique que sur le plan socioéconomique. Nous pensons notamment à la crise anglophone qui continue à persister avec des morts qui dépassent les symboles les plus forts de l’Etat. Nous pensons également à la situation des enseignants et au-delà, la problématique générale de l’éducation dans notre pays. Il sera également question sur le plan purement politique, de voir qu’est-ce que l’Etat du Cameroun, nous en tant que parlementaires, nous devons faire sur le plan de la réforme du code électoral des lors que 2022 va s’achever et l’année 2023 va s’ouvrir avec la première échéance électorale notamment les sénatoriales. Nous n’oublions pas l’éternelle préoccupation de l’Udc concernant le code de la famille. La session se tente dans un contexte de crise portant sur le vivre ensemble. Des compatriotes qui vivent dans la région du Sud ont été pourchassés pour des raisons professionnelles alors qu’ils sont dans leur propre pays. Ça pose le problème du vivre ensemble qui est l’une des grandes préoccupations de la politique géngénéral de notre pays

Proposés par RT/237online.com

#Assemblée #nationale #Laurentine #Koa #Mfegue #évitez #les #sujets #qui #fâchent

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire