Cameroun – Affaire commune Banwa (Ouest): le tribunal administratif de Bafoussam refuse le ministre de la décentralisation

0
38

Le tribunal vient de trancher en faveur des 22 conseillers municipaux qui ont décidé en session extraordinaire le 22 novembre 2020 de sanctionner le maire de cette commune de district, Charles Kameni. Pourtant, une correspondance du ministre Georges Elanga Obam a qualifié cette décision de nulle et non avenue.

C’est un revers brûlant que le Tribunal Administratif de Bafoussam, dans la Région de l’Ouest, vient d’infliger au Ministre de la Décentralisation et du Développement Local, Georges Olanga ObamEn effet, dans un jugement du 7 avril 2021, le tribunal vient de trancher en faveur des 22 conseillers municipaux de la commune de Banwa (département du Haut-Nkam) qui ont décidé en session extraordinaire le 22 novembre 2020 de mettre fin à la les fonctions du maire de cette municipalité de district, Charles Stone, et ses deux assistants.

Et pourtant, dans une correspondance datée du 30 novembre 2020 et adressée au préfet du Haut-Nkam, le ministre Elanga Obam avait arrêté unilatéralement le maire déchu et ses deux adjoints, évoquant une réunion organisée en violation des dispositions de l’article 172 de la Code général des collectivités territoriales décentralisées.

Selon le journal Le Messager rapportant cette information dans son édition du 15 avril 2021, Martin Jules Mvelle Mendo’o, le président du tribunal administratif de Bafoussam, justifie sa décision sur la base de différents points formulés autour des arguments de procédure et élaborés à la lumière de la loi.

Alors il considère que «Les résolutions adoptées au cours de ladite session sont devenues juridiquement exécutoires; que c’est donc en violation de la loi par excès et abus de pouvoir que le ministre de la Décentralisation et du Développement local a cru devoir signer la lettre contestée dans laquelle il croit à tort que «  la réunion organisée le 22 novembre 2020 par les conseillers de la municipalité de Banwa (. ..) sont nulles », nous pouvons lire.

Selon le journal «  Il s’agit donc d’éviter que la mise en œuvre de ladite lettre ne cause un préjudice irréparable aux requérants et à la commune dans la mesure où elle réhabilite une administration communale dont la gestion des fonds publics au sein de la commune de Banwa est sévèrement critiquée et a fait l’objet de divers processus , que la Justice déclare la demande d’ajournement recevable Jean Marie Deutou Nguemani, synonyme d’un déni dévastateur d’Olanga Obam… ».



Source link

QU’EN PENSEZ-VOUS?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donnez votre point de vue et aboonez-vous!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre point de vue compte, donnez votre avis



Lire aussi  CAMEROUN: CRISE-ANGLOPHONE: Pourquoi les USA consultent la France avant de prendre les décisions fermes?