Cameroun – Crise anglophone : Development Association exhorte le président Biya à remédier aux tensions croissantes entre les natifs d’Aghem et les Haoussas

0

L’association américaine à but non lucratif Aghem Family and Development Association en Amérique du Nord (AFADA-USA) a appelé le président Paul Biya à répondre aux tensions croissantes entre le peuple autochtone d’Aghem et la communauté Aku-Hausa.

La crise actuelle dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun aurait rouvert les vieilles blessures d’une querelle entre les communautés autochtones et les Aku-Hausas. Afin de maintenir la paix sociale et une coexistence harmonieuse, l’AFADA-USA exhorte le président Paul Biya à agir « rapidement et de manière décisive contre les jeunes Aku-Haoussa, les administrateurs civils et les officiers militaires impliqués dans les assassinats ciblés des peuples autochtones van Aghem en 2019 et 2021. Conseil municipal de Wum, Division de Menchum, Région du Nord-Ouest de la République du Cameroun.

Jude MUA, président de l’AFADA-USA, a déclaré que le service de messagerie de la présidence de la République du Cameroun a tamponné une copie de la lettre le 24 novembre 2021, accusant réception de la demande de l’AFADA-US datée du 5 novembre 2021 dans laquelle le président Biya est appelé à régler personnellement la situation.

Alors que Cameroun-Info.Net n’a pas encore de copie de ladite lettre, Mua affirme que la « lettre attire l’attention du chef de l’Etat sur les massacres systématiques à Wum »

« À l’AFADA-US, nous sommes alarmés et découragés par les attaques répétées horribles et ciblées contre les habitants pacifiques et hospitaliers d’Aghem par des jeunes Aku et Hausa ces dernières années avec l’approbation tacite des responsables administratifs et de sécurité », a déclaré Mua.

La lettre cite ensuite le meurtre ciblé le plus récent et ce qu’ils disent peut constituer des crimes de génocide.

« Le 18 octobre 2021, le monde a été témoin d’assassinats ciblés et impardonnables alors que des groupes armés Aku-Haoussa attaquaient le peuple autochtone d’Aghem et détruisaient leurs propriétés. Selon les rapports de témoins et de victimes locaux, 3 Aghem ont été brutalement assassinés et démembrés, 3 ont été grièvement blessés et plusieurs personnes sont toujours portées disparues. En outre, près de 7 villages contigus ont été pillés et 35 bâtiments résidentiels et 16 bâtiments commerciaux – dont des propriétés individuelles – ont été incendiés, laissant au moins 254 personnes sans abri », a écrit Mua dans un communiqué.

La lettre note que « deux palais des autorités traditionnelles ont été incendiés ».

Selon le président de l’AFADA-USA, « la perte de vie d’Aghem ne s’exprime pas en argent. Cependant, les pertes économiques et les dommages matériels subis par Aghems et la communauté dans les six villages touchés devraient dépasser 80 millions de FCFA.

Il dit que la lettre « décrit comment des jeunes Aku-Hausa ont assassiné de manière horrible Pa Gunghu John Mvo, 87 ans, un entrepreneur handicapé et un citoyen âgé, dans ses locaux commerciaux. D’après la lettre  »

Étonnamment, selon la lettre, «

La lettre pointe le chef de l’État vers plusieurs rapports, photos et vidéos accessibles au public, qui pourraient fournir au président de la république un rare aperçu de documents potentiellement jamais vus auparavant au niveau de la présidence. Il s’agit d’une opportunité extraordinaire pour le président d’accéder à des informations non diluées et non filtrées des organisations de la société civile, contrairement aux rapports officiels qui proviennent d’abord des fonctionnaires locaux en passant par les députés de division, puis des députés et gouverneurs régionaux aux ministres, et enfin dans les couloirs de la présidence. .

Pour les « assassinats ciblés du 18 octobre », la lettre fournit au chef de l’Etat deux rapports qui examinent en détail l’étendue des dégâts et localisent également les personnes touchées.

Il est important de noter que la lettre met en évidence l’intervention et la contribution uniques et rapides de l’Association humanitaire BIHNDUMLEM pour la paix et l’espoir (BIHAPH), une ONG communautaire locale à but non lucratif, et un comité ad hoc mis en place par le député de la circonscription de Menchum Sud, cher Wallang Richard Eboua, pour venir en aide aux familles endeuillées et pour apaiser les tensions parmi les jeunes Aghem en colère qui auraient pu conduire à un conflit ethnique dangereux et perpétuel.

La lettre de l’AFADA-US est citée par Mua comme disant : « Les attaques des groupes armés Aku-Haoussa sont devenues plus stratégiques et coordonnées. Le premier crime génocidaire a été enregistré en 2019 lorsque les mêmes jeunes Aku-Haoussa armés ont attaqué des indigènes d’Aghem, faisant au moins 24 morts, 52 civils mutilés et la disparition de plusieurs civils.

La lettre ajoute : « [m]Plus que, les jeunes armés Aku-Haoussa ont utilisé de l’essence et brûlé et détruit plus de 62 maisons résidentielles, 13 bâtiments et bâtiments commerciaux, et le plus choquant, deux palais des autorités traditionnelles de 2 fondoms à Wum.

L’étendue des attaques et des dégâts est clairement démontrée par des données sélectives et faisant autorité fournies au chef de l’État par l’AFADA-USA.

« Comme mentionné précédemment, la perte de 24 vies Aghem n’est pas exprimée en termes monétaires, mais les pertes économiques et les dommages matériels résultant de ces attaques à grande échelle par les jeunes armés Aku-Haoussa dans les villages touchés sont estimés à plus de 60 millions. FCFA.  » dit Mua.

La lettre est une révélation brutale pour le président Paul Biya. « Il y a des raisons de croire que l’armée à Wum déploie des jeunes Aku-Haoussa armés contre les peuples autochtones non armés et vulnérables d’Aghem. La lettre exhorte le président à visionner la vidéo non éditée et à porter un jugement sur l’implication de responsables nommés et de membres de l’armée, ainsi que d’organismes chargés de l’application des lois, dans l’incitation à un conflit interethnique à Wum qui pourrait changer la vision du président de la vie. .-ensemble portant gravement atteinte ».

« La vidéo d’une minute 40 se termine avec les soldats affirmant qu’il n’y a rien qu’ils (les soldats) puissent faire pour empêcher les jeunes Aku-Haoussa de mener à bien leur plan génocidaire », explique la lettre.

En plus d’attirer l’attention du président Biya sur les crimes de génocide commis contre les peuples autochtones d’Aghem par des jeunes Aku-Haoussa armés connus sous les yeux complaisants des chefs de gouvernement, du personnel militaire et des forces de l’ordre à Wum, l’AFADA-US demande au président d’émettre directives prennent des mesures fortes et décisives pour le Gouvernement de la République du Cameroun comme solution à court, moyen et long terme :

  • Empêcher de nouvelles attaques contre les peuples autochtones d’Aghem, leurs entreprises et leurs propriétés, les palais des autorités traditionnelles ou les objets ancestraux sacrés.
  • Arrêtez, poursuivez et punissez les auteurs connus de ces crimes odieux et de ces comportements criminels qui sont actuellement toujours en liberté à Wum.
  • Les organismes chargés de l’application des lois devraient enquêter sur les instigateurs cachés et les auteurs des infractions par les voies légales établies et poursuivre les responsables.
  • Indemnisation et réhabilitation rapides des victimes survivantes et des survivants des victimes décédées.
  • Les chefs militaires et administrateurs civils actuels de Wum qui ont rendu ce massacre possible doivent être transférés de Wum.

« Nous appelons la presse locale et internationale, les organisations humanitaires et toutes les personnes et institutions de bonne volonté à faire la lumière sur ces événements ignobles afin qu’ils ne se répètent pas sur la population d’Aghem ou d’ailleurs », a déclaré Jude Mua.

Cameroon-Info.Net comprend que AFADA-USA est une organisation à but non lucratif enregistrée dans l’État du Maryland, aux États-Unis. Il vise à rassembler les peuples autochtones d’origine Aghem de la République du Cameroun vivant aux États-Unis et au Canada. L’objectif principal est de soutenir les initiatives de développement local pour améliorer le bien-être des personnes au sein de la municipalité de Wum dans le département de Menchum, dans la région du Nord-Ouest de la République du Cameroun.

.

#Cameroun #Crise #anglophone #Development #Association #exhorte #président #Biya #remédier #aux #tensions #croissantes #entre #les #natifs #dAghem #les #Haoussas

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire