Cameroun – « Illégalité » de 18 dirigeants d’entreprises publiques : le sénateur Pierre Flambeau Ngayap, à son tour, veut saisir le Conseil constitutionnel

0

A l’issue de l’audience du 7 septembre 2021 à Yaoundé, le parlementaire a fait part à la presse de son intention de réunir au moins 33 de ses collègues pour soumettre une demande respectant les exigences de la loi.

Comme certains observateurs s’y attendaient, la demande du Front des Démocrates Camerounais (FDC) de dénoncer l’illégalité de 18 dirigeants d’entreprises publiques n’a pas abouti. Le Conseil constitutionnel, réuni en son siège au Palais des congrès de Yaoundé le 7 septembre 2021, l’a déclarée « irrecevable ». Le président Clément Atangana a expliqué que le plaignant, Denis Emilien Atangana, n’avait pas la capacité de porter plainte contre les présidents de conseil d’administration, directeurs généraux et directeurs généraux délégués d’entreprises publiques ayant dépassé le plafond mandats ont dépassé.

Il a montré au jeune homme politique le chemin des tribunaux administratifs. Un chemin que ce dernier promet de prendre pour enfin gagner son procès. Mais il ne sera plus seul dans cette bataille pour l’application des lois. Un autre homme politique, le sénateur de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (PNUD), Pierre Flambeau Ngayap, envisage à son tour de saisir le Conseil constitutionnel. Après l’audition de mardi, il a annoncé son intention à la presse en ces termes : « Je suis prêt à réunir 32 autres sénateurs pour que nous soyons 33 ou 34 pour former le tiers du sénat et conquérir le conseil constitutionnel. Il s’agit de la volonté des députés de former le quorum nécessaire pour conquérir le Conseil ».

En agissant ainsi, l’opposant veut mettre toutes les chances de son côté, car le paragraphe 2 de l’article 47 de la Constitution camerounaise précise que le Conseil constitutionnel n’est saisi que par le Président de la République, le Président du Sénat, le Président de l’Assemblée nationale ou un tiers des députés ou sénateurs.

La loi n° 2017/011 du 12 juillet 2017 relative aux établissements publics prévoit que les présidents de conseil d’administration, les directeurs généraux et les directeurs généraux adjoints des entreprises publiques exercent au maximum trois mandats de trois ans. Mais le président du Cameroon Democratic Front dit avoir remarqué que 18 dirigeants ont dépassé cette limite. Il ne se contente plus d’essayer de les faire descendre de leur siège. Il veut aussi qu’ils paient pour les actes commis pendant le mandat. les « Collectivement les personnes licenciées illégalement dans les entreprises dans les entreprises par les directeurs généraux et les députés hors-la-loi »a été créé pour servir cet objectif.

.

#Cameroun #Illégalité #dirigeants #dentreprises #publiques #sénateur #Pierre #Flambeau #Ngayap #son #tour #veut #saisir #Conseil #constitutionnel

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.