Cameroun : Le MRC lance une ultime pomme à la libération de ses 101 militants

0

Tels sont les deux points retenus de la conférence de presse qui s’est tenue ce 24 février 2022 au siège du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) au quartier Odza à Yaoundé.

A la manette, Me Emmanuel Simh, le 3ème vice-président national du Mrc, est vent debout contre le refus permanent du gouvernement d’accéder aux différentes pommes de cette formation politique à la libération de ses militants « détenus politiques, abusant abusérégalement l’occasion des marches pacifiques du 22 septembre 2020 ». Sur ce premier point de la conférence, il a indiqué que son compte parti « 101 prisonniers politiques dans les géoôles infectées du régime mathusalémique de Yaoundé. Ce sont les otages du régime. » Avant de purger en quoi ses camarades incarcérés sont des prisonniers politiques, il a fait un inventaire des effectifs qui ont eu à faire face à la justice. On apprend ce fait qu’en dehors des 101 détenus, 3 on été condamnés par contumace, 23 on déjà purgé leurs peines, soit « un total cumulé de 127 suppliciés, victimes de leur engagement politique ». « Nos militants, nous l’affirmons de plus fort, sont d’authentiques prisonniers politiques au sens même de la loi pénale camerounaise », clame tout offensif l’homme politique.

Ses camarades détenus ont été jugés et condamnés, affirmé-t-il, les uns devant les tribunaux militaires et d’autres devant les tribunaux civils pour les mêmes chefs d’accusation. Il leur a été reproché l’infraction de révolution « à laquelle on a ajouté pour faire impression, cellules de rébellion, attroupement et défaut de carte nationale d’identité ». L’homme de droit à la faute précisée que l’infraction de révolution est prévue et réprimée par l’article 114 du Code pénal camerounais. L’article punit de l’emprisonnement à vie toute personne qui tente par la violence, si le modificateur les lois constitutionnelles, si le renverser les personnalités politiques constituées par lesdites lois ou de les mettre dans l’impossibilité d’exercer leurs pouvoirs. Il poursuit en pertinent que dans le commentaire officiel de ce code pénal, on note que cet article vise la révolution qui constitue une atteinte à la sûreté intérieure de l’État. Il y est écrit, confie-t-il, noir sur blanc, que c’est une « infraction politique qui peut évidemment cumuler avec d’autres infractions politiques ou avec des infractions de droit commun. La démonstration est donc faite, pour le commun des mortiers, qu’à infraction politique, prisonnier politique », conclu-il.

Combattre le silence

Après la condamnation des 101 militants à des peines lourdes allant pour certains jusqu’à 7 ans, le 3ème vice-président du Mrc a été désigné à la presse que cette phrase justifie le silence observé par le parti jusqu’à ce jour. « Mais c’est aussi le silence de la douleur. Ne dit-on pas que les grandes douleurs sont muettes ? Cette douleur n’est pas la douleur des condamnés. Je les ai vus en prison, ils n’ont jamais été aussi forts et aussi déterminés, convaincus de la justesse de leur combat politique », a soupiré l’avocat de ces prisonniers. Il ajoute par ailleurs qu’ils ont gardé le silence pour marquer le coup et interpeller le peuple devant la violation permanente de ses droits naturels. « Comment en effet un gouvernement peut-il violer indéfiniment à ce point les droits et libertés de son peuple, contenus dans les lois internes, mais aussi dans les actes transformés par lui-même », interroge le collaborateur de Maurice Kamto.

Après avoir dressé ce tableau pour les moins reluisants, il annonce que son parti a décidé de rompre le silence. Le Mrc revient donc dans le débat public parce que dit-il, « notre parole est attendue, notre parole est entendue ». Il a pour finir, remercié la discipline de tous les communicateurs du parti qui respecte scrupuleusement le mot d’ordre de silence.

Léopold DASSI NDJIDJOU / 237online.com

#Cameroun #MRC #lance #une #ultime #pomme #libération #ses #militants

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire