Cameroun – Maurice Kamto : Le discours qui fait monter la pression

0

L’intégralité de la déclaration du président du Mrc au siège de son parti à Douala, quelques semaines avant le match d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations.if(typeof __ez_fad_position!=’undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-3-0’)};

« MRC !!![Transformonsl’avenirenpaix!MRC!!![Transformonsl’avenirenpaix!MRC!!![Victoire!Victorie!Victoire!Est-ceDouala?Jesuistrèsémudevousvoirnombreuxcetaprès-midialorsquejesuisvenuàDoualadanslaplusgrandediscrétionrendrevisiteàsesamispolitiquesquisetiennentàNewBell[Changeonsd’avenirdanslapaix!MRC!!![Changeonsd’avenirdanslapaix!MRC!!![Victoire!Victoire!Victoire!Est-cequeDoualaestlà?Jesuisparticulièrementtouchédevousvoirnomombreuxicicetaprès-midialorsquejesuisvenuàDoualadanslaplusgrandediscrétionparce-quej’allaisrendrevisiteànosamispolitelletenusàNew[Latenwedetoekomstinvredeveranderen!MRC!!![Latenwedetoekomstinvredeveranderen!MRC!!![Victoire!Victorie!Victorie!IsDoualadaar?IkbenbijzonderontroerdvelenvanuhiervanmiddagtezientoenikmetdegrootstediscretienaarDoualakwamomdatikonzepolitiekevriendenzoubezoekendieinNew-Bellwordenvastgehouden[Changeonsd’avenirdanslapaix!MRC!!![Changeonsd’avenirdanslapaix!MRC!!![Victoire!Victoire!Victoire!Est-cequeDoualaestlà?Jesuisparticulièrementtouchédevousvoirnombreuxicicetaprès-midialorsquejesuisvenuàDoualadanslaplusgrandediscrétionparce-quej’allaisrendrevisiteànosamispolitiquesquisontdétenusàNew-Bell

Alors je viens de rentrer à la prison de New Bell. Je voulais faire cette visite depuis longtemps. Mais tout ne dépend pas de nous ! Vous devez être autorisé à communiquer. J’ai pu l’obtenir pour Douala et Bafoussam, mais j’ai été refusé pour Yaoundé. Mais qu’à cela ne tienne, j’en profite pour vous adresser mes salutations les plus chaleureuses. Je voudrais vous dire quelques mots. A plusieurs reprises je vous ai dit que la voie que nous avons choisie est et reste la meilleure, Changer en paix et par les urnes.

Echangez en toute tranquillité et par les urnes. Que ceux qui vous promettent le contraire vous le disent. Je n’ai pas d’armée, je n’ai pas de milice, je n’ai pas d’armes. Donc mon seul combat politique est sur le terrain politique, et c’est par les urnes que nous changerons ce pays ensemble. Et n’ayez pas peur. N’hésite pas. Ne doutez pas, car le changement doit se produire.

Et je te l’ai dit, je ne t’ai jamais rien caché, de ce balcon je t’ai dit il y a deux ans que la route sera longue. Mais ce n’est pas parce que la route est longue que nous ne savons pas où se trouve le port. La route sera longue, mais nous y arriverons. Car on ne change pas un pays qui a vécu sous le même régime pendant 30 ou même 40 ans. C’est de la persévérance, c’est de la résilience, c’est de la confiance et des convictions.

if(typeof __ez_fad_position!=’undefined’){__ez_fad_position(‘div-gpt-ad-237online_com-medrectangle-4-0’)};Certains peuvent se fatiguer en cours de route. Mais j’ai toujours dit que je ne blâmais pas ceux qui sont fatigués et dehors. Nous arrivons à la gare avec ceux qui sont à bord du train. Nous travaillons chaque jour pour que nos camarades détenus à tort, détenus arbitrairement, soient libérés.

Je vais vous dire une chose : le fait que nous ayons choisi la paix ne signifie pas que nous fuyons la bataille. Si nous sommes obligés de nous battre, nous nous battrons. Je le dirai et le répéterai, si nous sommes obligés de nous battre, nous nous battrons. Je terminerai en disant que j’espère que nos amis politiques seront tous libérés et pourront partir en vacances avec leurs familles à la fin de l’année. Je l’espère vraiment, pour le bien de tous, car si ce n’est pas le cas, nous penserons différemment. Est-ce que Douala est là ?
Douala peut-il m’entendre ? Nous ne cherchons pas le combat, mais nous ne fuirons pas le combat. Merci ! Merci ! Ceux qui prennent le temps de dire que nous polluons ou ternissons l’image du Cameroun font tout pour ne pas ternir l’image du Cameroun. Qu’il fasse TOUT pour ne pas nuire à l’image du Cameroun.

Vous avez vu que les partis politiques, y compris les partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, dont certains gouvernent des communes, ont travaillé ensemble pendant dix mois pour présenter un projet de révision consensuelle de la loi électorale. Il nous était interdit de faire des propositions, c’est-à-dire de présenter ce projet à Yaoundé à l’hôtel Hilton que nous louions. Que ceux qui veulent nous imposer un combat sachent que nous serons prêts pour un combat.
Douala m’a-t-il compris ? Douala peut-il m’entendre ? Merci. Rentrez chez vous en paix. Mais préparez-vous, si nous sommes obligés de nous battre, il y aura un combat. Merci! « 

237online.com

#Cameroun #Maurice #Kamto #discours #qui #fait #monter #pression

Ref. : 237online.com

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

[gs-fb-comments]

[comment]

[supsystic-newsletter-form id=4]

Vidéo du jour:



Laisser un commentaire